.Coup de cœur cette semaine pour le disque de l’altiste Pauline Sachse et de la pianiste Lauma Skride…

Cette semaine Emilie Munera et Rodolphe Bruneau-Boulmier ont sélectionné le disque des interprètes Pauline Sachse, alto et Lauma Skride, piano

.Coup de cœur cette semaine pour le disque de l’altiste Pauline Sachse et de la pianiste Lauma Skride…
CD Sachse/Skride

Elles nous offrent un programme en forme de chant du cygne dans lequel on retrouve la sonate pour alto de Chostakovitch, œuvre achevée un mois avant la mort du compositeur ; Et le chant du cygne de Schubert, célèbre cycle de lieder transcrit à l’alto. Une transcription qui posait certaines questions : comment dire avec l’alto ce que dit la voix à travers le texte ? Et d’ailleurs : peut-on se permettre de supprimer le texte pour laisser ces oeuvres devenir des romances sans paroles ? Réponse affirmative pour l’altiste Pauline Sachse car dit-elle, Schubert avait lui-même l’habitude de réutiliser certaines mélodies de ses lieder dans des oeuvres instrumentales : Rosamunde, La jeune fille et la mort ou La truite en sont des exemples. Ce qui est sûre, c’est que la musique de Schubert, à l’instar de celle de JS Bach, supporte bien les arrangements. Elle semble même se renouveler, se réinventer lorsqu’elle change de forme… Au fil de l’écoute, on oublie donc le texte, on oublie même que ce sont des lieder, pour se trouver face à une tout nouvelle pièce. Une réussite portée par deux excellentes chambristes.