" Commando Musik " de Willem de Vries - Sélection du Prix France Musique des Muses 2020

Sélectionné pour le Prix France Musique des Muses 2020 "Commando Musik. Comment les nazis ont spolié l'Europe musicale " de Willem de Vries est édité chez Buchet-Chastel. Présentation :

" Commando Musik " de Willem de Vries - Sélection du Prix France Musique des Muses 2020
" Commando Musik. Comment les nazis ont spolié l'Europe musicale " de Willem de Vries (Buchet Chastel) - Sélection du Prix France Musique des Muses 2020, © pôle vidéo - France Musique

Toutes les infos sur le prix   ici

L'auteur

Né à Amsterdam en 1939, Willem de Vries est musicologue. Au cours de sa thèse consacrée à « Darius Milhaud et le jazz », entre 1984 et 1991, il découvre l'existence du Sonderstab Musik. Cet ouvrage est paru en anglais en 1996 (Amsterdam University Press) et en allemand en 1998. Au cours de ses recherches, il a découvert, en 2004 par exemple, dans une ancienne librairie de la RDA, 71 nouvelles compositions dédiées à Arthur Rubinstein, et volées dans sa maison parisienne. Elles ont été rendues à sa famille aux États-Unis et seront léguées à la Juilliard School of Music.

Le Livre 

Dès leur accession au pouvoir, les nazis ont développé une politique culturelle agressive de saisies et de pillages en France et dans tous les territoires occupés. Dès le 17 juillet 1940, l’organisation Rosenberg était créée, connue sous le nom ERR, dont le but était d’éliminer la vie culturelle juive dans toute l’Europe, à travers la confiscation des œuvres d’art et des bibliothèques. Une cellule «Sonderstab Musik» a spécialement été créée, composée d'éminents musicologues allemands, chargés de localiser des manuscrits, des livres et des instruments de musique.
Dans cet ouvrage qui a nécessité plus de dix ans de recherches, Willem de Vries révèle l'organisation de ce commando qui, entre 1940 et 1944, fit « transférer » vers l’Allemagne plusieurs centaines de milliers d’ouvrages et plusieurs dizaines de milliers d’instruments et de partitions.
Le compositeur Darius Milhaud, les pianistes Wanda Landowska et Arthur Rubinstein, le critique musical Arno Poldes, le violoncelliste Gregor Piatigorski,.... sont parmi les victimes de ces spoliations. Parmi les spoliateurs, on découvre le musicologue allemand Wolfgang Boetticher avec qui l'auteur a correspondu et dont il dresse en fin d'ouvrage un portrait sans détours.

  • Qu’avez-vous cherché à montrer davec cet ouvrage ?

A travers ce livre, j’ai souhaité montrer les horreurs de la 2e Guerre Mondiale. Outre la déportation des Juifs, il y a aussi eu la confiscation de toutes leurs possessions jusqu'aux dernières chaises, draps, livres, fotos, etc.. Plus aucune trace n’est restée de leurs possesions.  Mon travail a porté plus particulierement sur la musique: instruments, disques, musique imprimée, livres, etc. J’ai voulu révéler l’organisation des nazis, les chiffres des confiscations, les noms des musicologues allemands mais aussi les noms des victimes, musiciens, compositeurs juifs, etc.  Tout cela est essentiel pour moi comme musicien et musicologue né dans cette période noire (1939). C’est aussi un acte de respect vis-á-vis de mes parents qui avaient vu leur voisins juifs être déportés. 

  • Quels sont vos prochains projets ?

J’ai 80 ans aujourd’hui et je crois avoir fait de mon mieux de montrer au public les effets de la guerre dans la domaine de la musique. Je suis heureux d'avoir retrouvé quelques objets, manuscrits... (Milhaud, Landowska, etc.). En retraite aujourd’hui, je continue à suivre les recherches d'autres dans ce domaine.