Catherine Trottmann, mezzo-soprano, Révélation des Victoires de la Musique Classique 2017

Catherine Trottmann est mezzo-soprano. Elle est nommée pour les Victoires de la musique classique 2017 dans la catégorie “Révélations artistes lyriques”. Nous lui avons posé cinq questions.

Catherine Trottmann, mezzo-soprano, Révélation des Victoires de la Musique Classique 2017
Catherine Trottmann est nommée pour les Révélations aux Victoires de la Musique Classique , © Radio France / A.deLaleu

France Musique : Pouvez-vous vous présenter ?

Catherine Trottmann : J’ai 24 ans et j’ai grandi en Bourgogne. J’ai commencé à chanter à Dijon, avec Roselyne Allouche, puis je suis venue à Paris pour des études au CNSM (Conservatoire national Supérieur de Musique) dans la classe de Glenn Chambers.

Quand et comment avez-vous décidé d’être chanteuse ?

Je fais de la musique depuis toute petite. J’ai joué de la flûte traversière pendant dix ans. Je ne viens pas du tout d’une famille de musiciens mais mes parents nous ont fait faire de la musique à moi et à tous mes frères et sœurs. Le chant a été finalement assez instinctif. Je m’exprimais en chantant dans la vie quotidienne, pour tout et n’importe quoi. Quand j’ai eu quatorze ans, j’ai poussé la porte de la classe de chant de mon conservatoire, à Dijon. J’étais un petit peu trop jeune et j’ai du tricher sur mon âge pour pouvoir y entrer, mais ça a fonctionné ! Puis tout a été très vite. Au bout de deux ou trois mois, le virus avait déjà pris et j’étais totalement passionnée. Au point que je n’allais pas au lycée pour assister aux deux jours de cours que donnait ma prof dans la semaine. Je m’asseyais au fond de la classe de chant et j’écoutais tous les cours, toute la journée. C’était assez évident que je ne voudrais plus rien faire d’autre.

Quel serait votre rêve le plus fou ?

Ça va être d’une banalité folle, mais c’est tout simplement d’être heureuse ! Concernant la musique, j’ai évidemment beaucoup de rêves, comme partager la scène avec des artistes que j’admire énormément. Il y a aussi des rôles qui me font rêver depuis très longtemps : Carmen, Charlotte, Octavia… des grands rôles d’opéra !

A quoi pensez-vous quand vous chantez ?

J’essaye de ne pas penser. J’essaye surtout de vivre les choses dans la peau du personnage que j’incarne, en tout cas quand il s’agit d’opéra. Pour une mélodie, je tente de me créer un univers et d’être plutôt dans des sensations. La technique, j’y pense en travaillant avant, mais pas une fois sur scène.

Quel est votre plus beau souvenir musical ?

Mon plus beau souvenir de scène c’est quand j’ai chanté le rôle de Hänsel, dans Hänsel und Gretel d’Engelbert Humperdinck, à l’opéra de Metz. D’abord parce qu’il y avait une énorme symbiose avec la soprano et parce que j’adore cet opéra. J’adore ce rôle. C’était un de mes tout premiers.

Propos recueillis par Nathalie Moller

Vidéos

Concert des Révélations - Victoires de la Musique Classique 2017
Enregistré mardi 3 janvier au studio 105 de la Maison de la Radio

Giacomo Meyerbeer : Les Huguenots, « Nobles Seigneurs salut »

Wolfgang Amadeus Mozart : Les Noces de Figaro, « Voi che sapete »

Claude Debussy : Les Ariettes oubliées, « C'est l'extase langoureuse »

Joaquín Turina : Poema en forma de canciones op.19, « Cantares »

Découvrez les autres candidats nommés aux Révélations