Carl Nielsen aurait eu 150 ans

Il aurait eu 150 ans cette année. Souvent défini comme le plus connu des compositeurs danois, Carl Nielsen reste relativement méconnu en France. Cette date anniversaire est l’occasion idéale de donner à l’ensemble de sa production la place qui lui revient de droit dans l’histoire de la musique occidentale.

Né le 9 juin 1865 à Sortelung, petit village sur l’île danoise de Fionie, Carl Nielsen est élevé dans une modeste famille paysanne de 12 enfants. Jeune, il fait partie d’une fanfare militaire avant de devenir second violon au sein de l’Orchestre Royal du Danemark.

La première fois que Nielsen quitte son Danemark natal c’est pour se rendre à paris en 1891. Lors de cette première escapade il y rencontre une jeune sculptrice danoise Anne-Marie Brodersen, dont il tombe éperdument amoureux.

Puis, il se rend en Allemagne, en Autriche - où il rencontre Brahms qui marque son œuvre. Rapidement, Nielsen se pose en critique du romantisme tardif - alors dominant - et décide de faire évoluer son esthétique vers davantage d’objectivité. En témoigne sa période dite psychologique, où, porté par sa philosophie humaniste de l’existence, il illustre sa conception de l’homme. A ce titre, sa première partition marquante, la Symphonie n°2 (1902) illustre 4 tempéraments humains : la colère, le flegme, la mélancolie et le tempérament sanguin

En quelques années, Nielsen se hisse au sommet de la création musicale danoise, une période prospère de son existence, enrichie de chefs-d’œuvre. En 1903 lors d’un voyage à Athènes avec sa femme, il compose notamment, l’ouverture Helios qui représente le soleil levant au-dessus de la mer Egée.

L'une des plus grandes réussites de cette période est la Symphonie n° 3 dite " Espansiva " (1910-1911), communicative, et d'une extrême originalité.

La guerre et les premières remises en question

La Première Guerre mondiale, change le regard de Nielsen csur le monde et sur la vie. Il commence à se poser des questions sur sa propre musique et sur le modernise.
Des soucis conjugaux s’ajoutent, ainsi qu’un surmenage au sein d’une société artistique très absorbante. Alors qu’il aborde sa soixantième année, les signes de la vieillesse se font sentir. De ce mal-être résultent les Symphonies n° 4 « Inextinguible » (1915-1916) et n°5 au sein desquelles s’affrontent de façon dramatique et inédite, les forces de la vie et de la destruction.

Un héros national au Danemark

En 1925, à l’occasion de son 60ème anniversaire, Nielsen est fêté allègrement. C’est l'occasion pour son pays de le reconnaître comme un de ses plus grands compositeurs.

Des manifestations exceptionnelles sont organisées, mais elles ne peuvent difficilement masquer la déception du créateur, souffrant de n’avoir pu connaître une plus forte adhésion à sa musique à l'international.

Aujourd’hui l’étendue considérable de son œuvre constitue un héritage riche, rempli de réelles inovations, mais encore trop souvent méconnues.

Retrouvez les émissions Dans l’air du soir (1/2) et (2/2) consacrées à Carl Nielsen

Sur le même thème