Ambroisine Bré, révélation des Victoires de la musique classique 2019

La mezzo-soprano Ambroisine Bré est nommée dans la catégorie “Artiste lyrique” des Victoires de la musique classique 2019. Rencontre et portrait en cinq questions.

Ambroisine Bré, révélation des Victoires de la musique classique 2019
Ambroisine Bré, chanteuse et révélation des Victoires de la musique classique 2019, © Radio France / Kamil Bendida

Ambroisine Bré a été nommée Révélation pour les Victoires de la musique classique édition 2019 dans la catégorie "Artiste lyrique". La mezzo-soprano est native de la Trinité-sur-Mer. Nous l'avons rencontrée lors de ses répétitions à la Seine Musicale, juste avant le Concert des Révélations du vendredi 11 janvier, retransmis sur France Musique les mercredi 23 et jeudi 24 janvier dans Carrefour de Lodéon

France Musique : Qu’est-ce qui vous a donné envie d’être chanteuse ? 

Ambroisine Bré : Ma grand-mère chantait beaucoup dans sa cuisine, elle écoutait Mado Robin, Maria Callas et elle avait une voix assez exceptionnelle. Mais c'était une époque où les femmes n'avaient pas vraiment le droit de quitter le foyer, c'était les enfants ou la carrière et elle a choisi les enfants. Elle avait une voix de soprano colorature qui faisait penser aux oiseaux. Je suis allée vers la voix naturellement. Cela m'aidait à exprimer mes émotions, mes chagrins, mes joies et me faisait du bien. 

À quoi pensez-vous quand vous jouez ?

Je pense au rôle que je suis en train de chanter, aux gens qui sont là. Avant j'étais très stressée de voir des gens dans le public, maintenant j'aime bien me servir d'eux pour nourrir mon chant. Le stress ne nous quitte jamais, mais très jeune je suis arrivée à l'oublier un peu. J'étais dans une classe de maîtrisiens, on faisait beaucoup de concerts dans une basilique en Bretagne, il y avait une dimension spirituelle assez forte, on chantait du baroque sacré. L'aspect transcendantal, où l'on sort de son corps pour exprimer quelque chose, où l'on devient un moyen de transmettre une émotion, je l'ai eu jeune. Après il a fallu que j'apprenne à gérer cette émotion. Au début on peut être dépassé, avant d'apprendre à doser.

Si vous n’aviez pas été chanteuse, qu'est-ce que vous auriez fait ?

J'aurais fait quelque chose dans l'art, je n'étais pas du tout scolaire ou intello, j'étais manuelle donc j'aurais adoré faire des choses comme l’ébénisterie, la maroquinerie tout ce qui touche aux métiers manuels. J'adore aussi l'opéra pour ça car dans les coulisses c'est ce qu'on voit. On voit ceux qui font les perruques, les maquilleurs, les costumiers, je suis fascinée, j'adore les observer, je me dis que j'aurais pu être parmi eux. 

Si vous deviez remercier quelqu’un (ou quelque chose) pour votre carrière musicale, qui est-ce que ce serait ?

Ma mère parce qu'elle a cru en moi. Pour la petite histoire j'ai revu une vidéo de moi petite, et je me suis dit : comment a-t-elle pu y croire ? J'étais toute jeune mais elle a senti que j'avais quelque chose à défendre, à apporter, et elle a senti aussi que c'était la seule chose qui m'épanouissait. Elle a toujours été dure avec moi mais c'est ce qui m'a porté. Sans elle je ne serais pas là où je suis. 

Dans le programme que vous présentez au concert des Révélations, quelle est l’oeuvre qui vous tient le plus à cœur et pourquoi ?

J'aime les trois, mais je dirais Carmen. Ce n'est pas très original : quelle mezzo n'a pas envie de chanter Carmen ? Depuis longtemps je me sens Carmen, j'ai envie de défendre ce rôle, mais je vais attendre avant de le faire car ce serait trop prématuré. Je suis fascinée par ce personnage, jeune mais qui a une énorme conscience sur beaucoup de sujets. Elle a quelque chose d'animal qui me plaît, que je crois avoir en moi et que j'aimerais un jour défendre. J'espère être convaincante, mais je suis sûre que je peux découvrir des choses en moi grâce à ce rôle. Que ce soit comme une rencontre. 

Propos recueillis par Aliette de Laleu

Vidéos d'Ambroisine Bré

Bizet : Carmen - Habanera "L'Amour est un Oiseau rebelle"

Clara Schumann : Six lieder op.13, n°1 "Ich stand in dunklen Traümen"

Mozart : La Clémence de Titus "Parto, parto"

Votez pour les Révélations 2019