Adrien Perruchon nommé à l'Orchestre Lamoureux : "L'équipe travaille d'arrache-pied !"

Le nouveau directeur musical de la formation était ce mercredi l'invité de Jean-Baptiste Urbain. Adrien Perruchon a donné un aperçu de la programmation à venir. Objectif : donner un coup de fouet à l'orchestre, mis à mal par la crise sanitaire et des subventions réduites.

Adrien Perruchon nommé à l'Orchestre Lamoureux : "L'équipe travaille d'arrache-pied !"
Adrien Perruchon ne manque pour d'idées pour relancer la machine de l'Orchestre Lamoureux., © Maxppp / REMY PERRIN

Il a 37 ans, a longtemps brillé au sein de l'Orchestre Philharmonique de Radio France, et s'apprête à prendre les rênes de l'Orchestre Lamoureux. Adrien Perruchon a été nommé nouveau directeur musical de la formation, créée par Charles Lamoureux en 1881, connue pour ses grandes créations comme La Mer de Debussy ou La Valse de Ravel. Un mandat de 3 ans, à compter de septembre 2021. Et le jeune homme fourmille d'idées pour donner un nouveau souffle à l'orchestre, qui avait un peu disparu des radars et qui pâtit d'une baisse des subventions.

Deux programmes symphoniques pour commencer

"L’équipe travaille d’arrache-pied à essayer de reprogrammer pour la fin de cette saison des concerts qui étaient prévus, et qui ont été victimes de reports face au Covid", indique Adrien Perruchon, interrogé ce mercredi sur France Musique par Jean-Baptiste Urbain. En marge des autres actions de l’orchestre, comme les concerts jeune public ou les concerts en formation de chambre, il espère pouvoir présenter au printemps ou au début de l’été deux programmes symphoniques. "Et dès le début de la saison prochaine, à l’automne, entamer notre saison dans des conditions ‘normales’."

Le nouveau directeur musical croit dur comme fer au potentiel créatif de la formation, qui passe notamment par la diversité de ses membres. "On a beaucoup de musiciens qui sont dans les grandes formations permanentes, des musiciens indépendants, des chambristes…" égrène-t-il : "Tout un tas de profils qui se retrouvent." Adrien Perruchon compte articuler la programmation autour de grandes thématiques : "Chaque programme comportera un patchwork d’œuvres, ce qui est un peu ma marotte personnelle : essayer de présenter au public un mélange d’œuvres assez variées."

"Il faut s'inspirer de ce qui se fait sur le sol britannique"

Le temps presse car l'Orchestre Lamoureux est exsangue, la faute en partie à des financements réduits. Fin 2020, la Mairie de Paris, son principal bailleur de fonds, a ainsi ramené sa subvention annuelle de 150 000 euros à 120 000 euros. Comment relancer la machine ? "Il faut s’inspirer de ce qui se fait sur le sol britannique", estime Adrien Perruchon. "C'est quelque chose que j’ai pu constater pendant mes études et lorsque j’ai travaillé comme assistant, à Londres.Là-bas, on travaille d’une manière plus resserrée, avec les musiciens."