VIDEO : La viole de gambe par Myriam Rignol

A l'occasion des 40 ans des Arts Florissants, Myriam Rignol, violiste dans l'ensemble de musique baroque, nous fait découvrir différentes facettes de la viole de gambe en images et en musique.

VIDEO : La viole de gambe par Myriam Rignol
Myriam Rignol, violiste, © Radio France / Pôle vidéo, France Musique

France Musique : Pourquoi y-a-t-il une tête sculptée sur les violes de gambe ?

Myriam Rignol :« Dans le temps, on disait que la viole de gambe était l'instrument qui se rapprochait le plus de la voix humaine, d'où la présence d'une tête humaine à la place de la traditionnelle volute, que l'on peut trouver sur un violon par exemple. Sur mes instruments, ces visages représentent les saisons. »

Pouvez-vous nous décrire les différentes parties de votre instrument ?

« Tout d'abord, il y a le chevalet, sur lequel sont tendues les cordes. Il repose sur la caisse, un espace creux qui fait office d'amplificateur écologique sans électricité. Cette dernière est composée de la table d'harmonie au dessus, du dos en dessous (qui est plat sur une viole de gambe, contrairement au violoncelle) et des éclisses sur les côtés. La table d'harmonie comporte des trous, les ouïes, qui sont en forme de "C" sur une viole de gambe. Comme sur une guitare, le manche est équipé de frettes, pour pouvoir jouer des accords et améliorer la justesse du jeu. Enfin, sur la tête de l'instrument, on trouve les chevilles. Elles permettent de tendre et de détendre les cordes pour les accorder. Ces dernières sont fixées sur le cordier, au bas de l'instrument. D'ailleurs, les cordes de violes de gambe sont fabriquées à partir de boyaux d'animaux torsadés. Les plus graves sont doublées d'un fil de métal pour les alourdir.

Au même titre que le violon, la viole de gambe est une famille d'instruments. On peut par exemple rencontrer le ténor, le dessus, ainsi que des tailles moins standardisées comme le par-dessus, l'alto, le grand ténor, la petite basse, le violonnet ou encore la contrebasse de viole. »

Comment sont produits les sons à la viole de gambe ?

« La première question qui se pose, c'est comment mettre les cordes en vibration. On peut soit les pincer (dans ce cas, on parle de jeu en pizzicato), soit les frotter avec un archet. Dans ce dernier cas, on emmène les cordes, elles résistent et finissent par lâcher pour revenir à leur position initiale en ondulant. Ce phénomène se répète plusieurs dizaines, voir centaines de fois par seconde : les cordes vibrent. Cette vibration est transmise au chevalet, qui lui même la transmet à la table d'harmonie, puis à la caisse qui l'amplifie, ce qui permet de l'entendre. »

Peut-on produire des sons... inattendus avec cet instrument ?

« Le compositeur et violiste anglaisTobias Humea demandé qu'une partie d'une de ses pièces soit jouée avec le bois de l'archet. Dans la musique contemporaine, on peut également trouver des sons aussi étrange que souffler dans la viole de gambe ! »

Est-ce facile de débuter la viole de gambe ?

« Les débuts sont plutôt faciles. En effet, l'instrument possède des frettes, comme sur une guitare, et la tenue de l'archet est plus évidente qu'une tenue d'archet de violoncelle. Ensuite, comme tout instrument, pour arriver à un niveau d’exception, il faut beaucoup de travail et de persévérance. Personnellement, j'ai commencé la viole de gambe à six ans. »

Quels styles est-il possible de jouer à la viole de gambe ?

« Avec cet instrument, on joue principalement les musiques de la Renaissance et de l'époque baroque, avec une petite incursion dans le début classicisme, mais aussi les musiques contemporaines. Ensuite, pour qui aime la transcription, on peut jouer de tout car c'est un instrument de musique comme un autre. »

Existe-t-il un cliché sur votre instrument ?

« Il paraîtrait que l'on passe la moitié de notre temps à s'accorder et l'autre moitié à jouer... Faux, c'est évidemment absolument infondé ! »

Pour reparler d'archet, pourquoi tenez vous le votre à l'envers ?

« C'est marrant , moi-même je pose la question aux violoncellistes. Si vous regarder les instruments traditionnels du monde, qui se tiennent entre les jambes, quasiment tous se tiennent avec le bois de l'archet tourné vers le bas. En effet, la position de main est très naturelle, il n'y a plus qu'à poser l'archet dans la paume pour commencer à jouer. Par contre, tenir l'archet de cette manière en jouant du violon, ce n'est pas très confortable... Les violoncellistes, quand à eux, se sont mis à tenir leurs archets avec le bois tourné vers le haut, pour uniformiser les temps forts avec le violon. Ces derniers ont leurs temps forts en tirant, nous les violistes, nous l'avons en poussant. »

Pour finir, avez-vous une anecdote à nous raconter ?

« En tant que musicienne, je suis amenée à beaucoup voyager avec mes instruments, pour donner des concerts. Un jour, en arrivant à la douane, le douanier me demande ce que je transporte dans ma grosse boîte dans mon dos. Comme d'habitude dans cette situation, je simplifie : "C'est un violoncelle monsieur_". "_Ah d'accord, j'aime beaucoup la musique ! Vous pouvez ouvrir ? Simple vérification". Alors j'ouvre la boîte : "Mais, mademoiselle, c'est une viole de gambe ! Et un modèle français à sept cordes !". C'est la seule fois que cela m'est arrivé en quinze ans de métier. »