[REECOUTE] Le questionnaire de Proust de Nikolaus Harnoncourt

A l'occasion de la disparition de Nikolaus Harnoncourt, samedi 5 mars 2016, nous vous proposons à la réécoute un portrait de ce pilier de l'histoire de la musique du XXème siècle, accompagné d'un questionnaire de Proust, réalisé pour son 80ème anniversaire.

[REECOUTE] Le questionnaire de Proust de Nikolaus Harnoncourt
Nikolaus Harnoncourt ©MaxPPP

Lors du 80e anniversaire de Nikolaus Harnoncourt, Gaëtan Naulleau a consacré un portrait du chef d'orchestre intitulé Nikolaus Harnoncourt – un éternel pionnier. Le portrait – où Harnoncourt se raconte depuis sa plus tendre enfance - s’ouvre sur un questionnaire de Proust, dont nous vous dévoilons un extrait :

Gaëtan Naulleau : Quelle est votre vertu préférée ?

Nikolaus Harnoncourt : Ma vertu préférée est la fantaisie. Je déteste la bureaucratie. Un bureaucrate n’a aucune imagination. Je n’aime pas les choses trop logiques, elles se rapproche trop de la bureaucratie.

Quelle est la qualité que vous préférez chez un homme ?

Son humanité.

Quelle qualité appréciez-vous le plus chez vos amis ?

La sincérité absolue.

Votre principal défaut ?

Je ne connais ni le mot anglais ni le mot français qui caractériseraient mon principal défaut. C’est « Zorn » en allemand, mais le mot colère en français ne le reflète pas assez. C’est une explosion des sentiments très violente.

Votre occupation favorite ?

Le travail du bois.

Votre idée du bonheur ?

Inexistante.

Votre idée du malheur ?

Il y en a deux : l’une concerne l’humanité. La répartition des richesses est tellement inégale, que les gens vivent dans une pauvreté absolue. Cela ne devrait pas exister, c’est un grand péché.

L’autre idée du malheur, est le malheur personnel. C’est l’échec. Quand vous voulez faire une chose et vous échouez encore et encore.

Vous mis à part, qui aimeriez-vous être ?

J’aimerais être…Saint François, Mère Thérésa, pas Napoléon. Peut-être un bon ami de Bach qui jouerait du violon dans son orchestre.

Où aimeriez-vous vivre ?

Dans un bel endroit dans les Alpes.

Votre couleur et fleur préférées ?

Je n’aime pas les couleurs pures. Je préfère les couleurs un peu sales. Par exemple je vais aimer un bleu avec une nuance particulière. Pour la fleur…c’est une fleur qui pousse très haut dans les Alpes et qui sent comme du miel. Elle a plein de fleurs minuscules comme de toutes petites orchidées, une vingtaine qui pousse sur chaque tige.

Votre oiseau préféré…

C’est le bouvier avec sa poitrine rouge.

Votre auteur de prose favori..

Balzac avec la Comédie humaine.

Et votre poète préféré..

J’ai un peu honte de l’avouer mais c’est Goethe.

Votre peintre préféré…

Piero della Francesca.

Votre compositeur préféré…

C’est impossible d’en avoir un. Si j’en avais que deux, ce seraient Bach et Mozart.

Pas Beethoven ?

Beethoven fait partie de très grands compositeurs. Si vous aviez une foule de compositeurs géniaux, vous verrez quand même deux têtes dépasser de cette foule : celle de Bach et de Mozart.

Pourquoi eux ? C’est un don, un mystère ?

C’est un mystère.

Bach était une des personnes les plus normales du monde, avec son traintrain quotidien en tant que professeur avec ses élèves, ses problèmes, mais quand il s’asseyait pour écrire, c’est comme si le ciel l’aidait à écrire. Mozart a mené une vie de folie, il était tout sauf une personne normale. Et quand il écrit, Apollon et les anges guident sa main. Dans aucune pièce de Bach ou de Mozart l’on ne peut dire qu’il y ait un moment où ce n’est pas parfait. Ils atteignent toujours la perfection absolue.

Votre héros préféré..

Je n’aime pas du tout les héros.

Quel personnage de l’histoire appréciez-vous le moins ?

Himmler.

Quel talent aimeriez-vous posséder ?

Je voudrais pouvoir travailler pendant 100 heures sans me fatiguer physiquement. Lorsque je fais de la musique, je suis épuisé au bout de deux heures. Je suis complètement vidé. Personne ne me voit comme cela, parce que je ne suis plus là. Après avoir fait de la musique pendant deux heures, je voudrais pouvoir m’assoir pour écrire, travailler le bois, sans me sentir fatigué.

Comment aimeriez-vous mourir ?

Je voudrais mourir bien préparé, entouré de ma famille.

Quel est votre état d’esprit en ce moment ?

Pessimisme.

►Réécoutez l'intégralité du portrait intitulé Nikolaus Harnoncourt – un éternel pionnier : Première partie :

Écoutez

Nikolaus Harnoncourt - un éternel pionnier par Gaëtan Naulleau (1)

Deuxième partie :

Écoutez

Nikolaus Harnoncourt - un éternel pionnier par Gaëtan Naulleau (2)

Troisième partie :

Écoutez

Nikolaus Harnoncourt - un éternel pionnier par Gaëtan Naulleau (3)

Hommage à Nikolaus Harnoncourt sur France Musique

Sur le même thème