Quelle est la meilleure version d'Acis et Galatée de Georg Friedrich Haendel ?

Chantal Cazaux, Emmanuel Dupuy et Piotr Kaminski élisent la version de référence d'Acis et Galatée de Georg Friedrich Haendel.

Quelle est la meilleure version d'Acis et Galatée de Georg Friedrich Haendel ?
Acis et Galatée

(ré)écouter l'émission : La Tribune des critiques de disques du 14 mai 2017

participez

compte-rendu :

Le démarrage est plutôt réussi: l’ouverture a du caractère, et sous la battue urgente de Christopher Hogwood, l’intrigue se pose aussitôt. Assez vite hélas, le chef ne peut palier les défaillances de son plateau, en particulier un Charles Workman au chant débraillé et au timbre engorgé. Un live problématique.

Bien sûr, il faut accepter le ton traînant et compassé de l’Academy of St Martin in the Fields, à laquelle Neville Marriner imprime tout de même une poésie diaphane ; déplorer aussi l’Acis vociférant de Robert Tear, grossière erreur de distribution ; pour, ces obstacles passés, se régaler du Polyphème plein d’esprit de Benjamin Luxon, fin conteur doté de moyens caverneux, et de la Galatée lumineuse d’une Jill Gomez au chant irréprochable.

Là encore, l’opulence orchestrale et la solennité de ton nous ramènent à un Haendel d’un autre âge, devant un chef raide comme un piquet (Adrian Boult) qui n’a pas envie de s’amuser. Ce sera fatal à la Galatée de Joan Sutherland, triste et placide, face à un berger (Peter Pears) qui a davantage lu Ovide que gardé des moutons : on adore ou on rejette. Le Polyphème d’Owen Brannigan est le point fort de ce millésime, basse somptueuse, ample, grave, dans un « O Ruddier than the cherry » ravageur d’humour macabre, digne d’un numéro du Muppet Show ! En-core ! En-core !

Les baroqueux entrent dans la danse. Malheureusement John Eliot Gardiner pêche par manque d’imagination, et, passé une ouverture fébrile, commet des joliesses, verse dans le délicat, comme s’il refusait de raconter l’histoire. On trouve le temps long, d’autant que les trois héros pâtissent de cet accompagnement gris et atone. Mention spéciale pour l’Acis vif-argent du merveilleux Anthony Rolfe-Johnson.

D’emblée on perçoit chez Robert King un allant, une chaleur et une noblesse qui, dès l’ouverture, font pardonner de menues approximations. L’Acis de John Mark Ainsley est de premier plan, timbre cuivré, mots sensuels sertis dans une diction parfaite : le berger de nos rêves. Et si la Galatée, musicale et fraîche, de Claron McFadden semble un rien mince, Michael George, en Polyphème, s’amuse sans en faire trop.

Sur un tempo vif, le ton joyeux, euphorique, mélancolique de la pastorale va comme un gant à William Christie, qui bénéficie d’instrumentistes exceptionnels – écoutez ces hautbois ! Les solistes campent des personnages de chair constamment suivis et servis par cette palette orchestrale irisée, dans une optique très chambriste. La Galatée de Sophie Daneman est une merveille de légèreté et d’abandon amoureux, l’Acis de Paul Agnew, aux reflets moirés, côtoie un Polyphème truculent, qui insuffle dans sa voix noire et vibrante des bouffées de tendresse inattendues. La référence.

palmarès :

N°1
Version E

Sophie Daneman, Paul Agnew, Alan Ewing, Les Arts Florissants, dir. William Christie (Erato, 1998)

Acis et Galatée par les Arts Florissants
Acis et Galatée par les Arts Florissants, © CD Erato

N°2
Version C

Claron McFadden, John Mark Ainsley, Michael George, The King’s Consort, dir. Robert King (Hyperion, 1989)

Acis et Galatée par The King's Consort
Acis et Galatée par The King's Consort, © CD Hyperion

N°3
Version A

Norma Burrowes, Anthony Rolfe Johnson, Willard White, The English Baroque Soloists, dir. John Eliot Gardiner (Archiv, 1978)

Acis et Galatée par The English Baroque Soloists
Acis et Galatée par The English Baroque Soloists, © CD Archiv

N°4
Version B

Joan Sutherland, Peter Pears, Owen Brannigan, Philomusica of London, dir. Adrian Boult (Decca, 1959)

Acis et Galatée par le Philomosica of London
Acis et Galatée par le Philomosica of London, © CD Decca

N°5
Version F

Jill Gomez, Robert Tear, Benjamin Luxon, Academy of St Martin in the Fields, dir. Neville Marriner (Decca, 1977)

Acis et Galatée par l'Academy of Saint-Martin-in-the-Fields
Acis et Galatée par l'Academy of Saint-Martin-in-the-Fields, © CD Decca

N°6
Version D

Danielle De Niese, Charles Workman, Matthew Rose, Orchestra of the Age of Enlightenment, dir. Christopher Hogwood (Opus Arte, 2009)

Acis et Galatée par l'Orchestra of the Age of Enlightenment
Acis et Galatée par l'Orchestra of the Age of Enlightenment, © DVD Opus Arte