Mort d’Alan Curtis : un « grand » de la musique baroque disparaît

Le claveciniste, musicologue et chef d’orchestre baroque Alan Curtis s’est éteint mercredi 15 juillet 2015 à Florence (Italie) à l’âge de 80 ans.

Mort d’Alan Curtis : un « grand » de la musique baroque disparaît
Le musicologue, claveciniste et chef d'orchestre Alan Curtis

Il était aussi célèbre pour ses interprétations que pour son travail de musicologue : Alan Curtis s’est éteint mercredi 15 juillet à Florence (Italie) à l’âge de 80 ans. Né le 17 novembre 1934 à Mason, dans le Michigan (Etats-Unis), Alan Curtis avait intensément contribué à la redécouverte de nombreuses pièces de musique ancienne, notamment avec l’ensemble qu’il dirigeait depuis 1977, Il Complesso Barocco.

Après son Master à l’université de l’Illinois, Alan Curtis part étudier auprès de Gustav Leonhardt à Amsterdam, et enregistre avec le maître néerlandais un certain nombre de pièces pour clavecin. De retour aux Etats-Unis, Alan Curtis se spécialise sur la musique de Jan Pieterszoon Sweelinck, et obtient son doctorat en 1963. Sa thèse sur Sweelinck est publiée en 1969, et devient un texte de référence sur le compositeur.

Ses premiers cours à l’Université de Berkeley (Californie), Alan Curtis les donne alors qu’il n’a pas encore son doctorat. Il devient professeur à part entière en 1970, et influence de nombreux musiciens, dont William Christie, qui a découvert certaines pièces de Rameau grâce aux conférences de Curtis (à Harvard notamment).

Outre les multiples enregistrements de pièces pour clavecin (dont les suites anglaises et françaises de Bach et des pièces de Couperin), Alan Curtis s’est illustré dans la direction de nombreux opéras avec l’ensemble Il Complesso Barocco, parmi lesquels des œuvres de Haendel (Ariodante, Arminio, Berenice … avec de grandes voix telles que Joyce DiDonato, Vivica Genaux, ou encore Max Emanuel Cencic), de Monteverdi (Il returno di Ulisse in patria ) ou encore Vivaldi.

Sur le même thème