Le Festival d'Ambronay, 40 ans de musique baroque

Tous les ans, l’Abbaye d’Ambronay (Ain) accueille musiciens confirmés et jeunes talents pour un mois de concerts de septembre à octobre. Retour sur l’histoire d'un des plus grands festivals de musique baroque.

Le Festival d'Ambronay, 40 ans de musique baroque
Ambronay, © Bertrand Pichène

En 1980, Alain Brunet lance la première édition du Festival d'Ambronay. La commune proposait déjà des soirées musicales dans les années 1970, mais elles ont pris fin à cause de travaux de restauration de l’abbaye.

En 40 ans, le Festival d’Ambronay s’est imposé comme un haut-lieu de la musique baroque en France et à l’international. La preuve, il est passé de trois concerts en 1980 à une quarantaine aujourd’hui. 

La Musique baroque avant tout

Au départ, le Festival d’Ambronay n’a pas de vocation baroque. Lors de la première édition, on pouvait entendre le quintette de cuivres du trompettiste Guy Touvron, l’Orchestre de chambre de Toulouse et un duo voix et piano avec le baryton Udo Reinemann.

Mais très vite, la venue de de Jean-Claude Magloire en 1983, puis celle de William Christie en 1984 orientent la programmation vers la musique ancienne, un répertoire mis en valeur par l’acoustique du lieu. Et en 1985, c’est au tour de Scott Ross et de Philippe Herreweghe de faire leurs premiers pas à Ambronay. 

Ce tournant va de pair avec la révolution baroque qui accompagne les années 1980-90. Les artistes redécouvrent des œuvres méconnues, les replacent dans leur contexte de création et privilégient le jeu sur instruments d’époque. Très vite, les noms de Rameau, Haendel, Schütz, ou encore Scarlatti deviennent familiers aux habitués du Festival. 

De son côté, Leonardo Garcia Alarcón a notamment défriché deux oratorios du compositeur Michelangelo Falvetti, Il Diluvio universale et II Dialogo del Nabucco. Sans lui, ce  compositeur sicilien de la fin du XVIIe siècle serait peut-être encore ignoré de tous… 

Parmi les très nombreuses œuvres ressuscitées par le Festival, on peut aussi citer la Missa de Batalla de Joan Cererols ou Les Saisons de Joseph Haydn.

Jordi Savall à Bologne, mai 2019
Jordi Savall à Bologne, mai 2019, © Getty / Roberto Serra - Iguana Press / Coll. Redferns

Ambronay, révélateur de talents

Stéphanie d’Oustrac, Philippe Jaroussky, Patricia Petibon… Nombre de grands noms de la musique baroque ont pris leur envol à Ambronay. 

Dès 1986, le Festival lance les Concerts Jeunes Solistes qui offrent une visibilité aux baroqueux en herbe, et en 1993 une Académie baroque européenne est créée. Jordi Savall prend les rênes de cette première académie, consacrée aux Indes Galantes de Rameau – le musicien est depuis resté un grand fidèle du Festival et c’est justement grâce à Ambronay que son ensemble la Capella Reial de Catalunya a vu le jour...

Un ans plus tard, en 1994, la soprano Patricia Petibon fait ses premiers pas dans David et Jonathas de Charpentier, dirigée par William Christie. Viendra ensuite le tour de la mezzo-soprano Stéphanie d’Oustrac dans Thésée de Lully, de la hautboïste Héloïse Gaillard, des chefs Raphaël Pichon et Sébastien Daucé… 

Le Festival d’Ambronay compte par d’ailleurs aujourd’hui deux artistes et deux ensembles associés, à savoir Leonardo Garcia Alarcón, Thierry Pécou, le Sollazzo Ensemble et les Surprises.

Un Festival tourné vers la jeunesse

Très attaché à l’idée de transmission, le Festival d’Ambronay oeuvre beaucoup pour les jeunes générations. Tous les ans, des musiciens confirmés et des artistes en herbe se partagent l’affiche du Festival. Depuis 2014, le programme eeemerging accompagne de jeunes musiciens européens dans leurs carrières en leur offrant une résidence.

Cette année, ce sont les jeunes talents de l’Académie de Philippe Jaroussky qui sont mis à l’honneur – le contreténor lui-même avait donné l’un de ses premiers concerts professionnels à Ambronay à la fin des années 1990.

Du Festival au Centre culturel de rencontre

Le Festival d’Ambronay cherche constamment à se renouveler et à diversifier ses activités. En 2003, il devient « Centre culturel de rencontre » et crée son propre label, le label Ambronay Editions, avec la sortie d’un premier disque, la Selva morale e spirituale de Monteverdi par l’Ensemble de Gabriel Garrido. Une soixantaine d’albums sont depuis parus sous ce label.

En parallèle, d’autres activités se sont développées comme des concerts scolaires, des visites ou des conférences. En 2005, un nouvel espace des plus festifs est mis en place pour accueillir les familles et impliquer davantage le public. Il s'agit d'un grand chapiteau installé à l’extérieur de l’Abbaye appelé la « Caravelle », dédié non seulement aux musiques anciennes mais aussi aux musiques du monde, voire parfois... à l’electro !

Le Festival d'Ambronay en cinq dates

  • 1980 : naissance du Festival d’Ambronay
  • 1987 : premier enregistrement à Ambronay, La Messe de bataille de Cerérols par La Capella Reial de Catalunya de Jordi Savall 
  • 1993 : première Académie baroque européenne
  • 2003 : Ambronay obtient le label de Centre culturel de rencontre 
  • 2014 : création du programme eeemerging pour accompagner les jeunes ensembles baroques européens