La France à l'honneur pour le festival Misteria Paschalia de Cracovie

Pour la Semaine Sainte, Cracovie organise l’un des plus beaux festivals de musique baroque sacrée du monde. Pour la première fois, la programmation a été confiée à un musicien et dédiée à un pays, Vincent Dumestre et la France. Reportage.

La France à l'honneur pour le festival Misteria Paschalia de Cracovie
L'oratorio Il Terremoto donné dans l'église Sainte-Catherine de Cracovie durant le festival Misteria Paschalia. , © Wojciech Wandzel

S’il y a bien un pays où la Semaine Sainte a toujours un sens, c’est bien la Pologne. Pays très majoritairement catholique, la période pascale est un des temps forts de l’année chez les pratiquants. C’est donc en toute logique que depuis 11 ans, la ville de Cracovie a décidé d’organiser l’un des plus grands festivals de musique baroque sacrée au monde. Misteria Paschalia se déroule sur 8 jours avec le plus grand respect de la liturgie : Passions, Leçons de ténèbres, Messe des morts, Stabat Mater ou Te Deum, les différentes formes de la musique sacrée sont réunies dans différents lieux emblématiques de la ville.

Mais cela n'était pas suffisant selon la nouvelle direction du festival. Le Bureau des festivals de Cracovie, organisateur de la manifestation, inaugure cette année une version modifiée de Misteria Paschalia. La programmation a été confiée à un artiste, Vincent Dumestre, fondateur de l’ensemble baroque Le Poème Harmonique avec le souhait que chaque édition soit dédiée à un pays. C’est donc avec la France que le festival a décidé de renouveler sa formule en mettant à l’honneur les compositeurs mais aussi les ensembles français.

Vincent Dumestre et son ensemble sont le fil rouge de cette édition 2017 avec pas moins de quatre concerts différents pendant la semaine. Le musicien français connaît bien ce festival pour y jouer régulièrement depuis 10 ans, c’est ce qui explique pourquoi Robert Piaskowski, le nouveau directeur, a fait appel à lui. « Je me sens privilégié par cette invitation. Ce n’est pas tous les jours que l’on nous donne l’opportunité d’une telle carte blanche. Cela me permet de défendre le répertoire que j’aime avec le Poème Harmonique et d’inviter de nombreux copains musiciens que je trouve formidables » explique Vincent Dumestre qui travaille depuis 1 an à l’élaboration du festival.

Le musicien a souhaité faire résonner les œuvres avec le riche patrimoine architectural de Cracovie. Il a par exemple choisi de donner une version scénique de Il Terremoto de Draghi en la présentant sous l’impressionnant retable de l’église Sainte-Catherine. Une œuvre produite par le festival et qui tournera dans différents pays par la suite. Vincent Dumestre loue la qualité et les moyens mis par la ville de Cracovie pour faire vivre ses nombreux festivals. « Cracovie est une ville de culture, c’est un élément très important ici. Alors lorsqu’il s’agit de célébrer la musique sacrée composées pour la Semaine Sainte, on peut sentir une grande implication et une énergie très forte de la part de l’organisation et surtout du public » explique le fondateur du Poème Harmonique. « Cela peut parfois poser quelques petits soucis d’emploi du temps. Nous avons dû organiser nos répétitions dans l’église Sainte-Catherine en prenant en compte les 5 messes quotidiennes qui y sont célébrées ! Ca peut devenir très compliqué ».

Le Poème Harmonique dirigé par Vincent Dumestre dans l'église Sainte-Catherine de Cracovie
Le Poème Harmonique dirigé par Vincent Dumestre dans l'église Sainte-Catherine de Cracovie , © Wojciech Wandzel

Festival européen dans un pays eurosceptique

Misteria Paschalia s’affiche comme un festival profondément européen, non seulement grâce à la programmation (des ensembles français, composés de musiciens de nationalités diverses et jouant des compositeurs français et italiens) mais aussi grâce au public des concerts, composé de polonais et des nombreux touristes qu’attirent la ville baroque (12 millions en 2016).

Une volonté clairement affirmée de la part de Robert Piaskowki, directeur de la programmation artistique du Bureau des festivals de Cracovie et qui tranche avec l’euroscepticisme affiché du parti conservateur PiS (Droit et Justice) au pouvoir depuis l’automne 2015. Certes, la musique sacrée baroque jouée pendant la Semaine Sainte dans un des pays les plus catholiques du monde n’est pas la chose la plus transgressive qui soit. Mais force est de constater qu’en devenant le plus gros festival de ce genre au monde, la ville de Cracovie entend célébrer l’aspect européen et cosmopolite de sa richesse culturelle.

Et cela passe notamment par la volonté de mettre un pays à l’honneur à chaque édition. « Nous voulions nous démarquer de ce qui se fait ailleurs dans les autres festivals baroque. On ne souhaitait pas présenter les mêmes œuvres qui tournent habituellement dans les circuits des festivals européens. C’est pourquoi nous avons souhaité confier la programmation à un artiste pour que sa vision puisse être génératrice de nouveaux projets. Je n’aurai jamais le degré de pertinence d’un musicien professionnel. C’est ce qui explique pourquoi Vincent Dumestre a fait appel à Dominique Visse pour un rôle bien précis dans Il Terremoto, par exemple » explique Robert Piaskowski.

Le contreténor français campe en effet le personnage du scribe dans cet oratorio « au sépulcre », forme musicale dont raffolait Vienne durant la Semaine Sainte, et présenté en première mondiale durant Misteria Paschalia avec une mise en scène de Benjamin Lazar. « C’est extrêmement motivant de se retrouver avec tous ces ensembles français ici à Cracovie. C’est une belle façon de célébrer notre savoir-faire en matière d’interprétation de la musique ancienne. D’autant plus que de nombreuses œuvres italiennes sont également programmées durant le festival. Cela permet de se rappeler que la musique et les musiciens ont toujours circulé en Europe à cette époque. C’est une façon de casser le moule, de ne pas avoir systématiquement des ensembles italiens pour jouer des œuvres italiennes, etc. » se réjouit Dominique Visse.

Vincent Dumestre, fondateur du Poème Harmonique, a été choisi pour programmer cette édition 2017 de Misteria Paschalia à Cracovie
Vincent Dumestre, fondateur du Poème Harmonique, a été choisi pour programmer cette édition 2017 de Misteria Paschalia à Cracovie, © Wojciech Wandzel

Le chanteur explique avoir eu un léger cas de conscience au moment où son personnage insulte Dieu et le Christ alors que les représentations se déroulent dans une église. « Même si je ne suis pas croyant, cela fait un petit quelque chose de blasphémer dans un lieu de culte du pays le plus catholique au monde ! » plaisante Dominique Visse. Le festival a d'ailleurs pu poser quelques problèmes pour les membres de l'Eglise de Cracovie. Car désormais, chez de nombreux habitants de la ville, le festival est devenu un nouveau moyen de célébrer Pâques, ce qui fait grincer quelques dents chez une partie des ecclésiastiques. Certains fidèles se contenteraient d’assister à des concerts dans les églises plutôt que d’aller assister à la messe. Une dizaine de jours avant le début de Misteria Paschalia, la direction du festival et les membres de l’archidiocèse se sont réunis pour savoir si la manifestation pouvait causer du tort à la Semaine Sainte. Heureusement, la ville de Cracovie a su convaincre le clergé local du bien-fondé de l’événement.

Et quel événement ! 12 soirées d'exception réunissant la crème des ensembles baroques français. Le Poème Harmonique bien sûr qui, en plus de l'opéra sacré de Draghi, joue la Selva morale e spirituale de Monteverdi; le Stabat Mater de Pergolèse, le Te Deum et les Grands Motets de Lalande. Vincent Dumestre a donc profité de sa carte blanche pour inviter Skip Sempé et son Capriccio Stravagante, le Taylor Consort et Justin Taylor, L'Ensmble Pygmalion et Raphaël Pichon, l'Ensemble Matheus de Jean-Christophe Spinosi, etc. Et autant de compositeurs passionnants : Jean Gilles, Sébastien de Brossard, Jean-Baptiste Gouffet ou Marc Antoine Charpentier. A signaler également, un concert dans les fameuses mines de sel de Wieliczka, classées au patrimoine mondial de l'Unesco. La direction a déjà décidé de célébrer la Grande-Bretagne l'année prochaine, puis l'Espagne en 2019, sans dévoiler le nom de l'artiste qui aura carte blanche.