L'Ensemble Correspondances de Sébastien Daucé entame sa résidence à Caen

L'Ensemble Correspondances, créé par Sébastien Daucé en 2008, entame une résidence de trois ans à Caen. Il succède aux Arts Florissants de William Christie implantés depuis 25 ans en Normandie.

L'Ensemble Correspondances de Sébastien Daucé entame sa résidence à Caen
Sébastien Daucé et l'Ensemble Correspondances

Après avoir accueilli les Arts Florissants en résidence pendant 25 ans, le Théâtre de Caen ouvre un nouveau chapitre de son histoire avec l'Ensemble Correspondances. Le groupe baroque créé par Sébastien Daucé y donne son premier concert ce samedi 5 mars avec un programme nommé Grands Motets pour la Semaine Sainte de Marc-Antoine Charpentier.

Adopté le 14 février dernier par le conseil municipal de la ville de Caen, le partenariat avec l'ensemble est prévu pour une durée de trois ans mais n'a pas grand chose à voir avec les conditions dont ont profité les Arts Florissants pendant un quart de siècle. Jusqu'au 1er janvier 2016, l'ensemble de William Christie bénéficiait de 700 000 euros de subventions, dont la moitié provenait de la Ville, l'autre de la Région.

Le partenariat avec l'Ensemble Correspondances sera lui uniquement financé sur le budget du Théâtre de Caen, sans enveloppe supplémentaire. Deux achats de productions sont prévues par an, auxquelles s'ajoutent 120 000 euros minimum en coproduction sur les trois ans. Mais cette résidence va permettre à l'ensemble créé à Lyon en 2008 de monter son premier spectacle lyrique, alors qu'il n'a donné jusqu'alors que des concerts sans mise en scène.

Le Concert royal de la nui t, salué par la critique lors sa sortie en disque (Harmonia Mundi) va ainsi faire l'objet d'une version scénique à Caen à l'automne 2017, promet le théâtre de Caen, qui vient d'être conventionné scène lyrique par l'État. Spécialisé dans la musique sacrée française, Correspondances, dont le nom est tiré d'un poème de Baudelaire, inscrit son travail de redécouverte des partitions du XVIIe siècle dans la lignée des recherches lancées par les Arts florissants.

Le jeune ensemble de 16 musiciens et chanteurs minimum continuera parallèlement à jouer en Rhône-Alpes, région qui demeure partenaire. "C'est un bonheur de succéder à William Christie, a déclaré Sébastien Daucé. J'ai découvert la musique baroque grâce à lui. Son travail a bénéficié à tous les musiciens de Correspondances ".

L'arrêt de la résidence avait laissé un goût amer dans la bouche de William Christie. Sur France Musique, il avait déclaré quitter la Normandie avec "regret" mais avec "l'immense satisfaction [d'avoir] participé à l'extraordinaire aventure qu'est la musique ancienne en province". Le maire de Caen, Joël Bruneau, avait justifié sa décision à cause d'un "contexte budgétaire contraint". Mais il se disait en coulisses, que la présence de plus en plus ténue des Arts Florissants sur le territoire déplaisait fortement.

Avec ce nouveau partenariat, la ville et son théâtre prennent moins de risque en fixant une durée de trois ans seulement de résidence. Emmanuelle Dormoy, maire-adjointe en charge de la culture, explique avoir la volonté "d'afficher un soutien fort à la création, et plutôt sur la jeune création ".

Sur le même thème