Jordi Savall : « Chaque musique reflète le caractère d'un peuple »

Avant d'être gambiste, chef d’orchestre, compositeur ou fondateur du label Alia Vox, Jordi Savall est surtout un humaniste qui respire pour la musique. Invité dans Musique Matin de Clément Rochefort, le musicien se livre sur ses derniers projets et disques.

Jordi Savall : « Chaque musique reflète le caractère d'un peuple »
Jordi Savall au Concert des Nations en 2009. , © Getty / Robbie Jack

Depuis plus de 50 ans, le gambiste et chef d’orchestre catalan Jordi Savall exhume les trésors de la musique médiévale, de la Renaissance et du baroque, avec ses ensembles Hespèrion XXI, La Capella Reial de Catalunya et Le Concert des Nations. Il y a tout juste 20 ans, en 1998, quelques années après le succès du film Tous les matins du monde d’Alain Corneau qui l’a fait connaitre auprès du grand public, Jordi Savall fondait son propre label discographique Alia Vox, grâce auquel il continue de nous faire voyager à travers les âges, les pays et leurs différentes cultures musicales, savantes et orales, dans une démarche historique et humaniste. 

A 76 ans, le musicien n’a rien perdu de sa curiosité ni de sa grande générosité. Pour lui, la musique a toujours été un acte d’engagement, une réponse à la misère et à la barbarie, un lien essentiel entre les Hommes, un baume consolateur ou tout simplement le miroir le plus fidèle de l’humanité. Il nous a fait le plaisir de nous recevoir pour parler, entre autres, de ses derniers enregistrements, de son projet d’orchestre de migrants Orpheus XXI, de la situation politique de sa terre natale, la Catalogne, ou encore de l'importance capitale de la viole de gambe, son instrument, dans la naissance de la Musica Nova au XVIe siècle. Entretien.

La « Musica nova » ou la naissance de la viole 

Au début du XVIe siècle, la musique savante occidentale prend un tournant stylistique. Elle laisse derrière elle le vieux Moyen-Âge et commencent à se développer des instruments capables de contrepoint et d’harmonie. C’est ainsi qu’apparait la viole de gambe, l’instrument de Jordi Savall, dont le répertoire se développe dans toute l’Europe jusqu’à la fin du XVIIe siècle, comme on peut l’entendre sur le disque Musica Nova (Alia Vox, 2018) à travers les pièces de Parabosco, Dowland, Gibbons, Scheidt, Marini ou encore Charpentier.

À ÉCOUTER

La Musica Nova, entretien avec Jordi Savall

La viole de gambe, instrument incontournable 

Au fil du XVIe siècle, la pratique musicale privée et sociale s’étend aux cercles aristocratiques et bourgeois dans la plupart des pays d’Europe, surtout en Angleterre où l’on joue la viole « en consort », c’est-à-dire à plusieurs violes de tessitures différentes. Dès lors, le fait de savoir jouer de la musique (en particulier de la viole) devient une marque de bonne éducation et de distinction.

À ÉCOUTER

La viole de gambe - Entretien avec Jordi Savall

Musique et Guerre de Succession d’Espagne

Autre parution récente du label Alia Vox, le disque In Excelsis Deo, sur lequel Jordi Savall met en regard deux messes contemporaines de la Guerre de Succession (1701-1714) : la Missa Scala Aretina (1702) du catalan Francesc Valls et la Messe à deux chœurs et deux orchestres (1704) du français Henry Desmarest. Deux ouvrages chevillés par quelques chants traditionnels catalans de liberté et de déploration. Mais qui est ce Francesc Valls ? 

À ÉCOUTER

Qui est Francesc Valls ? - Entretien avec Jordi Savall

Vive la Catalogne (libre) 

Catalan d’origine, Jordi Savall suit de très près la situation politique en Catalogne, qui oppose les autonomistes emmenés par Carles Puigdemont au gouvernement espagnol de Madrid. Épris de liberté depuis toujours, le chef regarde ces événements avec tristesse, mais sans concession.

À ÉCOUTER

Jordi Savall et la Catalogne

La musique, un engagement pour la vie

Pour Jordi Savall, la musique est le plus juste reflet de la vie, des cultures, mais aussi du malheur et de la souffrance de certains. Mais c’est avant tout un engagement pour la paix ! Une certitude qu’il a éprouvée avec beaucoup de succès, l’année dernière, avec son album Les routes de l’esclavage (Alia Vox, 2017).

À ÉCOUTER

La musique, un engagement pour la vie - Entretien avec Jordi Savall

À ÉCOUTER

La musique et la paix - Entretien avec Jordi Savall

Orpheus XXI

Si la beauté peut consoler le monde, il est des maux contre lesquels elle ne peut rien. C’est pourquoi, face à l’arrivée de migrants abandonnés à eux-mêmes et déracinés, Jordi Savall a lancé l’année dernière le grand projet Orpheus XXI récemment récompensé par le prix du Mécénat culturel « Un Projet, un mécène ». Orpheus XXI, plus qu’un simple « orchestre de migrants ».

À ÉCOUTER

Le projet Orpheus XXI - Entretien avec Jordi Savall

Les 20 ans du label Alia Vox

Créé en 1998 par Jordi Savall, le label discographique Alia Vox lui a permis, depuis 20 ans, d’explorer en toute liberté la musique médiévale, de la Renaissance et baroque, d’exhumer des partitions inconnues, de tisser des liens entre musique occidentale et traditions orientales. Mais quels sont ses plus grands souvenirs d’enregistrement ?

À ÉCOUTER

Alia Vox, les souvenirs - Entretien avec Jordi Savall