Jean-Claude Malgoire, roy de la musique, est mort

Il était chef d'orchestre, hautboïste, musicologue, fondateur d'ensemble, musicien au sens le plus noble du terme. Jean-Claude Malgoire est mort samedi 14 avril 2018 à l'âge de 77 ans.

Jean-Claude Malgoire, roy de la musique, est mort
Jean-Claude Malgoire , © Danielle Pierre

« C'est comme ça et ça ne changera jamais, je suis musicien ! », s'exclamait Jean-Claude Malgoireau micro des grands entretiens. Le chef d'orchestre français est mort le 14 avril 2018 à l'âge de 77 ans. Mais on ne peut résumer sa vie à cette fonction puisque Jean-Claude Malgoire débute dans la musique comme hautboïste. Né à Avignon le 25 novembre 1940, il suit des cours au conservatoire de la ville avant de s'installer à Paris où il intègre le conservatoire de la capitale à 17 ans. 

Deux premiers prix en poche (hautbois et musique de chambre) et dix ans plus tard, Jean-Claude Malgoire rejoint les rangs de l'Orchestre de Paris, alors sous la direction de Charles Münch, comme cor anglais solo. Il jouera sous la direction des plus grands chefs d'orchestre : Karajan, Solti, Ozawa... 

Du baroque au contemporain 

Les années 60 marquent un tournant dans le monde musical en France avec l'intérêt croissant pour la musique baroque. Un genre musical que Jean-Claude Malgoire va porter, encourager et enrichir toute sa vie. Il fonde en 1966 La Grande Écurie et la Chambre du Roy, un ensemble de musiciens jouant sur instruments d'époque. 

Musicien curieux, éclectique, Jean-Claude Malgoire ne s'arrêtera pas au baroque. Avec son ensemble, il s'intéresse aux musiques du XIe au XXIe siècle. Par exemple en 1970, il joue la création en France de Sequentia VII de Luciano Berio et intègre un ensemble spécialisé en musique contemporaine. 

Jean-Claude Malgoire va créer toute sa vie. Que ce soit en ressuscitant des œuvres oubliées du répertoire baroque, qu'en s'intéressant de très près à la musique contemporaine. C'est donc tout naturellement qu'il prend la direction, en 1981, de l’Atelier Lyrique de Tourcoing. Cette scène originale qui se dit "d'art et d'essai", travaille en étroite collaboration avec La Grande Écurie et la Chambre du Roy. Ensemble, ils explorent un répertoire sur plusieurs siècles, à destination de tous les publics. Une sorte de laboratoire de créations. 

Et ce n'est peut-être pas un hasard si l'une de ses dernières apparition sur scène, en janvier 2018 à Tourcoing et au théâtre des Champs Elysées, s'appelait aussi Création, celle de Haydn, oratorio ambitieux, qu'il dirigeait avec son ensemble.  

« Le roi est mort, vive Malgoire ! » titrait le Classic Club qui recevait Jean-Claude Malgoire en janvier 2016. Aujourd'hui ce n'est plus un titre, Jean-Claude Malgoire, le roi, est mort. Il nous reste ses nombreux enregistrements et son témoignage. 

France Musique rend hommage à Jean-Claude Malgoire 

Benjamin François était au micro de Clément Rochefort dans Musique Matin pour évoquer la disparition du chef d'orchestre.

Étonnez-moi Benoît rendra un court hommage à la disparition du musicien avec son invité, Marc Minkowsi. 

Renaud Machart consacre son émission à Jean-Claude Malgoire samedi 14 avril dans Zig Zag.  

Dimanche à 20h, une émission hommage à Jean-Claude Malgoire sera diffusée, avec des extraits de sa discographie lyrique et des témoignages d'artistes. La soirée sera présentée par Benjamin François.