Haydn à l’honneur dans un nouveau festival parisien

Petit nouveau dans le paysage parisien : le festival Osez Haydn s’installe à l'Institut d’études avancées dans le IVe arrondissement de Paris du 12 au 13 octobre 2018. Conférences, concerts, exposition… tout un programme autour du compositeur autrichien qui n’a pourtant jamais mis les pieds à Paris.

Haydn à l’honneur dans un nouveau festival parisien
Osez Haydn se tiendra à Paris le 12 et 13 octobre, © Marc Pellerin

Julien Chauvin, violoniste et directeur musical du Concert de la Loge, lance la première édition du festival Osez Haydn ! à Paris. Deux jours pour célébrer le compositeur autrichien en musique mais surtout en débats, conférences, tables rondes… « On avait envie d’inviter des historiens, musicologues, chefs d’orchestre pour questionner les différents genres chez Haydn, comme le quatuor à cordes ou l’opéra », explique Julien Chauvin. Le festival va aussi poser la question de savoir pourquoi, à Paris, Joseph Haydn  est si peu joué sur les scènes lyriques. Ou encore : pourquoi tous les quatuors débutent leur programme avec Haydn avant de finir sur des œuvres de Bartók ou Beethoven… 

« Ce sera un lieu où l’on peut réfléchir ensemble, avec des personnes qualifiées autour de la table et un public qui pourra aussi poser des questions », annonce l’initiateur du projet. Le lieu justement était tout trouvé : l’Institut d’études avancées, situé dans l’hôtel de Lauzun. Un « joyau de l’île Saint-Louis », selon les mots de Christophe Girard, administrateur de l’institut et adjoint à la culture à la mairie de Paris. « Les chercheurs du monde entier y viennent pour réfléchir à l’état du monde », poursuit l’homme politique avant de conclure : « C’est le lieu idéal pour permettre à des musiciens d’avoir des échanges, des débats et des discussions autour de la place de la musique dans la cité et dans la société ». 

Haydn et Paris : l'impossible rencontre ?

Mais pourquoi choisir de célébrer la figure de Haydn en plein cœur de Paris, ville où il ne mettra jamais les pieds ? « Il a composé onze symphonies pour cette ville », justifie Julien Chauvin. « C’est une audace ! », lance quant à lui Christophe Girard. « Julien Chauvin ose mettre Haydn dans Paris alors qu’il est peu célébré, peu joué, peut-être moins connu des mélomanes parisiens… » 

Le compositeur autrichien est davantage rattaché à la capitale britannique où il séjourna longtemps et composa de nombreuses symphonies à l’honneur de Londres. Mais ce festival permet de poser des questions sur la place de la musique de Haydn dans la capitale française, notamment au sein des différentes institutions culturelles. « Le partenariat avec l'institut d'études avancées permet de mettre autour d'une table des acteurs différents comme le directeur de la Bibliothèque National de France ou un chercheur en littérature spécialisé dans le XVIIIe siècle, explique Julien Chauvin. Le but est d’avoir un dialogue entre les arts mais aussi entre les disciplines ». 

Rendez-vous le 12 et 13 octobre pour célébrer Haydn, en musique et en réflexion dans un cadre de rêve, l’hôtel de Lauzun où Charles Baudelaire séjourna entre 1843 et 1845.