Disparition de Françoise Denieau, chorégraphe de danse baroque

Connue pour ses chorégraphies de danse baroque, Françoise Denieau est morte samedi à l’âge de 69 ans. Son inspiration et sa formation contemporaine auront marqué le monde de la danse.

Disparition de Françoise Denieau, chorégraphe de danse baroque
Françoise Denieau (photo du site Internet des Arts Florissants)

Les amateurs de musique baroque auront sûrement déjà croisé son nom. Françoise Denieau chorégraphiait l’année dernière le Tancrède de Campra (1702) sur la scène de l’Opéra royal de Versailles avec la participation de l’Opéra d’Avignon et du centre de musique baroque, avec qui elle travaillait régulièrement depuis 1993.

Héritière de Francine Lancelot, la chorégraphe fait ses pointes à l’école de danse de l’Opéra national de Paris avant d'en intégrer le corps de ballet. Passionnée de danse contemporaine, Françoise Denieau quitte ses ballerines en 1972 pour créer le Théâtre du Silence à La Rochelle avec deux anciens danseurs du ballet de Paris, Jacques Garnier et Brigitte Lefèvre. La compagnie de danse (l’une des premières en France), est vite repérée par les plus grands chorégraphes, dont Maurice Béart qui les aide en offrant son Oiseau de Feu.

Au milieu des années 80, Françoise Denieau rencontre l’actrice Malavika qui lui fait découvrir le Bharata Natyam, l’une des plus anciennes (et difficiles) danse indienne, ce qui la pousse à étudier un an en Inde grâce à une bourse. Ce n’est qu’à son retour en France en 1987 que Françoise Denieau s’intéresse à la danse baroque. Elle rejoint alors la compagnie Ris et Danceries créée par la danseuse et chorégraphe Francine Lancelot. Les deux femmes partagent une passion pour les danses contemporaines et baroques. Françoise Denieau pense la danse du 17ème comme un art à part entière : « C'est une danse qui n'est pas sur la démonstration comme la danse classique, on est sur autre chemin, un autre esprit. Il faut rechercher non pas l'exécution mais la manière de s'exister. » [Le Dauphiné Libéré, octobre 2013]

En 2003, Francine Lancelot confie à Françoise Denieau sa création: Bach Suite II à l’Opéra de Paris, dix-neuf ans après Bach Suite, créé pour le danseur Rudolf Noureev qui se révélait pour la première fois dans la danse baroque sur la scène du théâtre des Champs-Elysées. Un Bach Suite III voit le jour au théâtre du Capitole en 2014, toujours avec la participation de Françoise Deneau.

Parmi ses chorégraphies, l’on peut citer un Rameau, maître à danser avec les Arts Florissants en novembre 2014, salué par la critique : « La chorégraphie de Françoise Deniau, gracieuse et élégante, remplit pleinement la tâche de plaire l’assistance. » [Muse Baroque]

Samedi, l’opéra d’Avignon annonçait sa disparition sur Twitter, lui rendant hommage. Ils avaient accueilli la chorégraphe en 2009 avec l’opéra-ballet Amadis de Lully dirigé par Olivier Schneebeli.

Sur le même thème