Décès du violoniste Jaap Schröder

Le violoniste néerlandais Jaap Schröder était l'un des premiers à passer de l'instrument moderne à l'instrument d'époque, à la fin des années 1960.

Décès du violoniste Jaap Schröder
Les musiciens du Quadro Amsterdam (Anner Bylsma - Jaap Schröder - Gustav Leonhardt - Frans Brüggen)

Jaap Schröder est décédé mardi 31 décembre à l’âge de 94 ans. Né en 1925 aux Pays-Bas, Jaap Schröder est lauréat du Conservatoire Royal d’Amsterdam. Ils se perfectionne à Paris à l’Ecole Jacques Thibaud où il obtient un Premier Prix. Il travaille ensuite avec le Trio Pasquier tout en suivant des cours de musicologie à la Sorbonne. Avec Gustav Leonardt, Frans Brüggen, Anner Bÿlsma, il fonde en 1960 le Quadro Amsterdam puis le Concerto Amsterdam, ensemble à cordes, qui multiplie les enregistrements pour TELDEC dans le répertoire des XVIIème et XVIIIème siècles. 

Il fait ses armes de violon solo à l’Orchestre de Chambre de la Radio Néerlandaise, pour ensuite l'être avec l'Academy of Ancient Music dirigé par Christopher Hoogwood. Il sera nommé directeur musical invité des Smithsonian Chamber Players en 1982 à Washington. Il a enseigné à la Schola Cantorum de Bâle, à l'Université de Yale et au Conservatoire du Luxembourg. Les Presses Universitaires de Yale ont publié en 2007 un guide d’interprétation qu’il consacre aux oeuvres pour violon seul de Jean-Sébastien Bach.

Jaap Schröder... par lui-même

"Pendant mes années d'études à Paris, après la guerre, j'ai partagé mon temps entre l'École Jacques Thibaud et la Sorbonne, ne sachant pas si je voulais être violoniste ou musicologue. De retour aux Pays-Bas, le choix s'est fait de lui-même : trois musiciens bien connus plus âgés m'ont invité à les rejoindre dans le Netherlands String Quartet et nous avons eux ensemble 17 années de carrière réussie, avec des tournées régulières aux États-Unis, dont deux étés au Festival d'Aspen.

La musique de chambre

La musique de chambre (en particulier le quatuor à cordes) représente la colonne vertébrale de ma carrière. J'ai été successivement à la tête de trois ensembles. 

Le Quartetto Esterhazy (1972–1982) qui fut le premier quatuor à se pencher sur les questions d'interprétation musicale en lien avec le son et le style, en utilisant les instruments et les archets appropriés. Ensuite, j'ai rejoint mes amis américains avec qui j'avais déjà joué du répertoire baroque pour lancer le Smithson String Quartet à Washington (1982-1996). Nous avions tous les quatre le désir de restituer historiquement l'excitation du répertoire classique sans le surcharger de romantisme. Dans le même esprit, depuis plus de dix ans maintenant, j'explore les trésors de Haydn et Schubert avec le Skálholt Quartet, basé en Islande.

Discographie et école de violon

Heureusement, tous ces ensembles et groupes de chambre ont eu amplement l'occasion de documenter leurs visions musicales en faisant des enregistrements et j'ai à ce jour une discographie de plus de 150 disques, dont de nombreuses sonates baroques et classiques, ainsi que les œuvres pour violon seules de Bach.
Je m'inscris complètement dans la tradition du violon français et à part mes propres professeurs (Calvet et Pasquier) mes « héros » sont des gens comme Jacques Thibaud et. . . Stéphane Grappelli ! Après un premier livre sur les sonates de Jean-Sébastien Bach, je suis en train de travailler sur mon second, qui traitera de mon point de vue sur l'état (points forts et points faibles) du violon moderne.

L'homme

Trop de choses m'empêchent de pratiquer le violon comme je le voudrais (mais alors, comme l'a dit Fritz Kreisler, « celui qui s'exerce en a besoin »). J'aime beaucoup lire les biographies de mes personnes préférées, comme Saint Augustin, Erasme, Thomas Jefferson, Haydn, Cézanne et van Gogh, pour n'en nommer que quelques-unes ! Et dans la littérature, j'ai un penchant pour les nouvelles : Tchekhov, bien sûr et ses contemporains russes, mais aussi O. Henry."

Traduction du paragraphe autobiographique écrit pour la Smithsonian Chamber Music Society de Washington (date non renseignée).