Nantes célèbre le centenaire du premier concert de jazz en Europe

Nantes a commémoré lundi 12 janvier l'arrivée du jazz en Europe, 100 ans jour pour jour après le premier concert de jazz qui avait été donné en 1918 par un orchestre militaire américain, dirigé par James Reese Europe, au Théâtre Graslin.

Nantes célèbre le centenaire du premier concert de jazz en Europe
L'orchestre américain du 369e régiment d'infanterie, à Paris, en 1918, © AFP / PHOTO SIGNAL CORPS USA 21880

« Ici, le 12 février 1918, s'est joué le premier concert de jazz sur le sol européen ». Désormais, une plaque commémorative rend hommage à la découverte du jazz en Europe, il y a 100 ans. Elle a été dévoilée hier sur la scène du Théâtre Graslin à Nantes, car c'est entre ces murs qu’ont retenti les premières notes de cette musique encore inconnue en France, grâce à un orchestre de 40 musiciens qui ont combattu pendant la Première Guerre mondiale sous commandement français, au sein du 369e régiment d'infanterie américain, les Harlem Hellfighters.

La secrétaire d'Etat auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq, a rendu hommage a ces « soldats exemplaires (...) décorés à de multiples reprises pour leur bravoure » et au lieutenant James Reese Europe, « un jour chef d'orchestre devant ses hommes, un autre jour chef de guerre derrière son arme ».

Musicien de renom, surnommé le « roi du jazz », le lieutenant James Reese Europe (1880-1919) avait déjà 14 ans de carrière derrière lui lorsqu’il a débarqué le 1er janvier 1918 à Brest, avec l'orchestre qu'il avait mis sur pied.

Il avait créé en 1910 le premier syndicat de musiciens Afro-Américains, le Clef Club. Son orchestre symphonique de 125 musiciens sera ainsi le premier orchestre noir américain à jouer, deux ans plus tard, sur la scène du Carnegie Hall, à New York. Sa vie se terminera cependant de façon assez tragique : rentré du front en héros, il est mort lors d'une tournée, le 9 mai 1919, d'un coup de couteau fatal porté au cou par un batteur de son orchestre.

« Nous sommes honorées d'être ici, au même endroit que lui il y a 100 ans. (...) James Reese Europe a eu une telle influence ici en France », a déclaré à l'AFP l'une de ses petites-filles, Theresa Europe, avant l'hommage rendu à son grand-père. « Aux Etats-Unis, au moment où il jouait de la musique, les Afro-Américains n'avaient pas les mêmes droits que les Blancs et ici ce n'était pas un problème. La France l'a considéré comme un musicien, comme un homme, elle a reconnu son talent sans regarder sa couleur de peau, ce qui malheureusement aux Etats-Unis, en 1918, n'était pas le cas », a-t-elle ajouté.

Un « concert du siècle » en trois parties se poursuivait dans la soirée sur la scène du Théâtre Graslin. Il sera diffusé les samedis 17 et 24 février ainsi que le 3 mars dans le Jazz Club, présenté par Yvan Amar sur France Musique.