Mulatu Astatke & Black Jesus Experience - To Know Wthout Knowing"

Vibraphoniste et "père de l'éthio-jazz", Mulatu Astatke s'associe à Black Jesus Experience, un groupe de huit musiciens basé à Melbourne, sur leur dernier album “To Know Without Knowing” chez Agogo Records, une maison de disques allemande.

Mulatu Astatke & Black Jesus Experience - To Know Wthout Knowing"
Mulatu Astatke & Black Jesus Experience, © Agogo Records

Enregistré entre Addis-Abeba et Melbourne et mêlant les styles improvisés de Mulatu Astatke et le penchant de Black Jesus Experience pour l'exploration transcontinentale et culturelle, “To Know Without Knowing” voit Mulatu Astatke et Black Jesus Experience (ou BJX) étendre leur association improbable mais formidable, en combinant des compositions originales éclairantes et de nouveaux arrangements passionnants de classiques de l'ethio-jazz. 

Depuis qu'il a été le pionnier du son "Ethio-jazz" à la fin des années 60, l'ascension de Mulatu dans la stratosphère musicale est sans précédent. Né à Jimma, dans l'ouest de l'Éthiopie, Astatke a séjourné au Pays de Galles pour y étudier l'ingénierie, avant de se consacrer à la musique. Il s'est installé aux États-Unis et est devenu le premier étudiant africain au Berklee College of Music de Boston. Mêlant les gammes traditionnelles éthiopiennes aux arrangements de jazz et aux rythmes latins, Astatke a été le pionnier du son "ethio-jazz", qui s'est imposé à la fin des années 90 dans la foulée de la célèbre série d’albums “Éthiopiques” initiée par Francis Falcetto, parallèlement à la réédition du chef-d'œuvre d'Astatke, “Mulatu of Ethiopia”. Après avoir été échantillonné par des artistes tels que Nas/Damian Marley, Four Tet et Quantic, et après avoir contribué à la réalisation de plusieurs compositions originales pour le film culte Broken Flowers de Jim Jarmusch, sorti en 2005, l'influence de Astatke sur la communauté musicale au sens large et sa mission de faire connaître la musique/culture éthiopienne au monde entier se poursuivent aujourd'hui encore.

Ayant rencontré Mulatu Astatke au club de jazz de son neveu à Addis-Abeba en 2009, les BJX sont aujourd'hui l'un des meilleurs fournisseurs contemporains d'ethio-jazz. Il réunit des artistes de la scène florissante de Melbourne et des membres d'origine marocaine, zimbabwéenne, maori et éthiopienne. Le saxophoniste et co-fondateur Peter Harper a été initié à la musique éthiopienne par son père, professeur de musique pour le groupe de la marine éthiopienne dans les années 60, mais c'est lors de sa rencontre avec la chanteuse et future chanteuse de BJX, Enushu Taye, que son amour pour l'histoire musicale vibrante du pays a vraiment pris forme. 

Originaire d'Éthiopie, Enushu Taye a commencé à chanter pour sa communauté locale dès son plus jeune âge. En 1992 elle a été forcée de se réfugier au Caire et, des années plus tard, a émigré en Australie, apportant sa voix captivante et son itinéraire singulier à Melbourne, formant plus tard la base de Black Jesus Experience avec Harper, Ian Dixon (trompette/bugle), le pianiste Bob Sedergreen, et le "miracle lyrique", le MC zimbabwéen/australien, M. Monk, entre autres.

Se référant à la collecte instinctive de connaissances transmises, “To Know Without Knowing” marque la deuxième collaboration en studio de BJX et Mulatu Astatke, après la sortie de “Cradle With Humanity” en 2016 et toute une série de concerts en Éthiopie, au Royaume-Uni, en Australie et en Nouvelle-Zélande.  Le single principal, Kulun Mankwaleshi, est un arrangement d'une chanson de mariage éthiopienne dans la gamme unique de l'anchi-hoye éthiopien et comprend un solo de saxophone rugissant de Harper.
(extrait du communiqué de presse en anglais - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)