Miles Davis - Four & More

La séquence des perles et des inédits ressortis de l’oubli. Cette semaine, « Four & More », un album de Miles Davis, enregistré en concert en 1964, rarement cité comme l’un de ses disques essentiels, mais c’est celui qui a changé la vie de Pat Metheny.

Miles Davis - Four & More
Miles Davis & Ron Carter, © Getty / Michael Ochs Archives

En janvier dernier, le site americansongwriter.com avait interviewé Pat Metheny, juste avant la sortie de son album « This Place ». La première question porte sur l’album qui l’a le plus profondément marqué. Il s’agit de « Four & More », par le quintet de Miles Davis avec George Coleman au ténor. Juste avant que Wayne Shorter ne rejoigne Miles. Herbie Hancock, Ron Carter et Tony Williams sont déjà là… Pat Metheny raconte.

« Ce disque a eu un impact sur ma vie a plein de niveaux. Pour commencer, ce fut mon premier disque tout court. Mon frère ainé Mike l’avait rapporté à la maison et quand j’ai eu fini de l’écouter, c’est comme si j’avais pris un grand coup de batte de base ball sur la tête. On prétend que pour apprécier ce genre de musique ça prend de nombreuses années pour développer des capacités d’analyse. Moi ça ne m’a pris que cinq secondes ! J’avais onze ans, et ça m’a touché aussi profondément que les Beatles quelques mois plus tard, pour les mêmes raisons. Ça sonnait comme l’état du monde à cette époque-là. Ça sonnait à la fois moderne et décalé, mystérieux et éternel en même temps…

Mais j’avais beau être conscient de ce que Miles apportait dans chaque note, c’est le son de la cymbale ride de Tony Williams qui m’impressionnait le plus. Son urgence et son imprévisibilité. Son feeling. Et ce son !

J’écoute toujours ce disque aujourd’hui, après plus de quatre décennies. Chaque fois que j’y reviens, je remarque de nouveaux détails et il me touche d’une manière nouvelle. Au début, je ne comprenais pas toutes les subtilités des changements d’accords quand ils improvisaient, mais ce n’était pas important. Petit à petit, au fil de mon propre développement musical, j’étais fasciné par le travail sur la forme elle-même : les choix harmoniques et la sensibilité de Herbie Hancock et Ron Carter, avec cette incroyable couleur, très particulière, qui en fait l’une des plus grandes sections rythmiques de l’histoire.

J’ai toujours considéré que les plus belles musiques peuvent aussi bien s’apprécier au filtre d’une analyse microscopique et minutieuse qu’à la distance d’un télescope pour une simple mélomane. Et leur grandeur vient précisément du fait qu’elles transcendent ces différentes perspectives avec la même force émotionnelle. « Four & More » est de ce calibre à mes yeux. »

  • So What
  • Four
  • Walkin
  • There is No Greater Love
  • Seven Steps to Heaven

Miles Davis (trompette)
George Coleman (saxophone ténor)
Herbie Hancock (piano)
Ron Carter (contrebasse)
Tony Williams (batterie)
Enregistré au Philharmonic Hall du Lincoln Center, New York, le 12 février 1964