Michael Thomas - Event Horizon

Le jeune saxophoniste Michael Thomas explore la dépendance moderne à la technologie sur son deuxième album, « Event Horizon », qui paraît chez Giant Step Arts.

Michael Thomas - Event Horizon
Michael Thomas, © Jimmy Katz

« Event Horizon » de Michael Thomas, présente un quartet all-star avec le trompettiste Jason Palmer, le bassiste Hans Glawischnig et le batteur Johnathan Blake

Dans le vocabulaire astronomique, “event horizon”, c’est le point de non-retour. La frontière au bord d'un trou noir, où les forces gravitationnelles sont si puissantes que même la lumière ne peut s'en échapper, c'est une frontière à la limite d'un territoire mystérieux et inexploré.

Pour le saxophoniste Michael Thomas, lauréat d'un Grammy, son nouvel album sur Giant Step Arts, l'association à but non lucratif dirigée par le célèbre photographe et ingénieur du son Jimmy Katz, marque également un énorme saut dans l’avenir. Bien moins terrifiant que de se retrouver au bord d'une anomalie cosmique, la sortie de « Event Horizon » marque un tournant et peut-être un nouveau départ pour le jeune saxophoniste qui n'a pas sorti d'album sous son propre nom depuis ses débuts en 2011 sur “The Long Way”. Il n'est pas resté inactif pour autant : en tant que co-leader du Terraza Big Band, il a été nominé aux Grammy Awards dans la catégorie du meilleur grand ensemble de jazz pour son premier album en 2019, “One Day Wonder”.

"Être invité à réaliser un projet comme celui-ci, c'est un peu comme gagner à la loterie du jazz", explique Thomas. "C'est une expérience unique de travailler avec Jimmy, qui fait tout pour que tout se passe au mieux. Il s'assure que le groupe est bien pris en charge, il engage les bonnes personnes, il s'occupe de tous les détails ; tout ce que vous avez à faire en tant que leader, c'est vous préoccuper de la musique. C'est une expérience incroyablement libératrice".

Michael Thomas a répondu à cette opportunité sans précédent en assemblant un groupe de rêve. La front line l’associe au grand trompettiste Jason Palmer, qui a récemment sorti son propre album pour Giant Step Arts et avec lequel Michael a travaillé régulièrement pendant deux ans au Wally's Jazz Café, un lieu historique de Boston. Le quartet comprend également le bassiste de Miguel Zenon, Hans Glawischnig, et le batteur Johnathan Blake, dont l'album “Trion” a fait partie des premières sorties du label Giant Step Arts. Créer de telles opportunités pour les artistes, en les libérant des exigences habituelles des labels de disques et des contraintes commerciales, est précisément la raison pour laquelle Jimmy Katz a fondé Giant Step Arts. 

Enregistré en direct pendant deux nuits à la célèbre Jazz Gallery de New York, “Event Horizon” s'interroge sur le rôle que joue la technologie dans la vie moderne tout en répondant à ses avantages et à ses inconvénients. "La musique de “Event Horizon” représente les nombreuses façons dont la technologie influence notre vie quotidienne", explique Michael Thomas. "Dans la société moderne, il est devenu nécessaire de s'appuyer sur des appareils tels que les ordinateurs et les smartphones, mais cette dépendance devient souvent une distraction et crée plus de distance entre les gens, car les interactions humaines sont de plus en plus réduites. Les compositions de cet album visent non seulement à mettre en lumière ces problèmes, mais aussi à ré-humaniser le processus de création musicale en créant un espace pour l'individualité de chaque musicien, et à capturer la magie qui se produit lorsque ces voix interagissent dans un cadre vivant. Avec ces idées en tête, j'espère pouvoir inspirer les gens à se reconnecter les uns aux autres et au monde qui les entoure, et ce faisant, que la société puisse échapper au vertige des infos en continu auquel nous sommes confrontés en raison de notre dépendance technologique".

L'enregistrement en concert a permis de mettre en perspective cette relation toxique à la technologie. Si un studio peut offrir un certain nombre de commodités modernes, Thomas a estimé que la méthode à l'ancienne, bien qu'elle soit inévitablement sur la corde raide, suscitait des audaces dans la performance qui n'auraient peut-être pas eu lieu avec le filet de sécurité du studio. "Tous les enregistrements classiques que nous aimons ont été enregistrés de la même façon, c'est-à-dire que le groupe est simplement le groupe et que quelqu'un en documente le travail. Mais même si nous avons enregistré à l'ancienne, je ne voulais pas que la musique ait un aspect démodé. C'est une musique très nouvelle - un défi pour le groupe et un défi pour chaque musicien".

Michael Thomas

Le saxophoniste, compositeur et arrangeur Michael Thomas, lauréat d'un Grammy Award, est actif dans la communauté du jazz de New York depuis son arrivée en 2011. Diplômé de l'Université de Miami, du New England Conservatory et de la Juilliard School de New York, Michael s'est produit dans tous les États-Unis et à l'étranger, notamment lors de tournées en Amérique centrale et du Sud, en Australie, en Europe, au Japon et en Russie. Il s'est produit en tant que sideman avec Brad Mehldau, Dafnis Prieto, Nicholas Payton, Miguel Zenón, Etienne Charles et Jason Palmer, et apparait sur plus de 30 enregistrements. 

En tant que compositeur et arrangeur, Michael a reçu des commandes d'ensembles scolaires et professionnels à travers les États-Unis, et il est actuellement membre du BMI Jazz Composers Workshop à New York. Depuis 2015, Michael co-dirige le Terraza Big Band, nominé aux Grammy Awards, et le premier album de l'ensemble, “One Day Wonder”, est sorti en mai 2019 sur Outside In Music. Le travail de Michael a été reconnu par le magazine DownBeat ainsi que par le concours "Keep an Eye" à Amsterdam, NL, et en 2016, il a été lauréat de la série de commandes de la First Music Symphony du New York Youth Symphony. Depuis septembre 2018, Michael est professeur à la Hartt School of Music de l'Université de Hartford, Connecticut, en tant qu'artiste professeur de saxophone jazz à l'Institut d'études de jazz Jackie McLean.
(extrait du communiqué de presse en anglais - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)