Maceo Parker - Soul Food - Cooking with Maceo

La légende du funk Maceo Parker va sortir son premier album studio depuis 8 ans. “Soul Food - Cooking with Maceo" le 26 juin. Il inaugurera la nouvelle marque The Funk Garage, appartenant au Mascot Label Group.

Maceo Parker - Soul Food - Cooking with Maceo
Maceo Parker, © Sabrina Feige

Maceo Parker propose un menu de classiques et d'originaux imprégnés de funk de la Nouvelle-Orléans. Il est presque impossible de distinguer qui apparut le premier, Maceo ou le funk. Il a joué avec tous les leaders du funk, à commencer par James Brown à partir des années 1960, puis a sauté à bord du Mothership Connection avec Parliament-Funkadelic, ainsi qu'une collaboration de dix ans avec Prince.

Sa carrière de leader a commencé en 1970 avec sa marque de fabrique, 2% Jazz et 98% Funky, et il a publié un catalogue de sorties étonnamment évocatrices de Maceo & All The King's Men "Doing Their Own Thing" (1970) jusqu'à "Soul Classics" (2012). Sans parler de sa collaboration avec des titans tels que Keith Richards, Bryan Ferry, Living Color, Dave Matthews Band, Red Hot Chili Peppers, Jane's Addiction, Fred Wesley, Bernie Worrell ou De La Soul. Il a également été samplé par des icônes du hip-hop, notamment les célèbres B.I.G., 2Pac et Busta Rhymes.

Dans le documentaire de 1994 "My First Name is Maceo", George Clinton a déclaré : "Vous transcendez les choses et vous êtes simplement énergique et beau. C'est là que Maceo peut jouer et chanter, pour moi, c'est là que je l’apprécie le plus".

Avec son 16e album solo, le saxophone punchy de Maceo Parker s'associe à la royauté du New Orleans Funk pour préparer une nouvelle sélection de classiques de la Soul et du Funk ainsi que des originaux de Parker. L'album a été enregistré à la House of 1000hz, à la Nouvelle-Orléans, avec Andrew "Goat" Gilchrist et produit par Eli Wolf (Norah Jones, Madlib, Al Green).

Soul Food - Cooking with Maceo" mélange le funk cru et old school avec les saveurs de la Nouvelle-Orléans. Maceo a travaillé avec Ivan Neville, Nikki Glaspie et Tony Hall, ainsi qu'avec une foule de musiciens locaux pour enregistrer les chansons. La saveur funky de la ville se retrouve dans l'album quand Maceo reprend des chansons emblématiques des maîtres du Mississippi tels que Dr. John's (le vaudou funk de Right Place, Wrong Time), The Meters (Just Kissed My Baby), Allen Toussaint (Yes, We Can Can), Aretha Franklin (Rock Steady), Prince (The Other Side of the Pillow) de Prince ou le héros de longue date de Maceo, le saxophoniste de Ray Charles, David "Fathead" Newman (Hard Times). 

"L'une des choses que j'ai appréciées en tant qu'artiste, c'est que tôt ou tard, il est temps d'enregistrer de nouveaux morceaux. D'une manière ou d'une autre, cette fois-ci, nous avons décidé de reprendre quelques morceaux. C'est donc de cela qu'il s'agit dans cet album. En studio, vous avez le luxe d'enregistrer des chansons de groupes que vous avez appréciés au fil des ans. Que dire de plus ? Une fois que vous devenez artiste, vous avez la satisfaction de faire partie du groupe d'artistes que vous admirez. 

Maceo & All the King's Men a été le premier groupe que j'ai formé après avoir quitté celui de James Brown. Il y a un sentiment de fierté quand, en tant que musicien, vous atteignez un niveau où votre propre matériel est chez les disquaires et joué à l'antenne. C'est presque comme si vous passiez du statut de musicien local à celui d'artiste de renommée mondiale. C'était donc amusant de revisiter deux chansons de cette période.

J'ai toujours été inspiré par tout le monde, simplement par tous ceux qui ont travaillé avec Ray Charles, y compris les Raelettes et Hank Crawford, donc c'est particulièrement agréable d'avoir inclus un morceau de David "Fathead" Newman sur l'album. J'ai travaillé avec les Meters, avec le Dr John et Aretha Franklin au cours de ma carrière assez longue, c'est donc un plaisir d'inclure certaines de leurs chansons. Plus que tout, Prince me manque. C'était un génie, c'était donc spécial de réenregistrer une chanson que lui et moi avions jadis caressé l'idée de la sortir et de lui donner cette touche spéciale de la Nouvelle-Orléans tout en faisant référence à la personne que j'admirais le plus en grandissant, le génie M. Ray Charles".
Maceo.
(extrait du communiqué de presse en anglais - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)