Le Pulitzer de musique 2016 récompense le jazz

Depuis 1917, le prestigieux prix Pulitzer récompense chaque année les meilleures productions littéraires, journalistiques et musicales aux Etats-Unis. Henry Threadgill est cette année distingué pour In for a Penny, In for a Pound.

Le Pulitzer de musique 2016 récompense le jazz
In for a Penny

Le prix Pulitzer de musique n’est décerné que depuis 1943. En effet, son créateur Joseph Pulitzer voulait initialement créer une bourse musicale, mais son choix s’est finalement porté vers la création d’un prix à part entière. Afin que la candidature d’une œuvre soit étudiée, il faut qu’elle soit « éminente », composée par un Américain, et surtout donnée en première représentation durant l’année.

Ainsi, Henry Threadgill, en obtenant ce prix prestigieux rejoint par exemple Aaron Copland en 1945 pour Appalachian Spring (ballet) et Steve Reich en 2009 pour Double Sextet.
Threadgill est une figure phare du jazz américain, membre notamment de l’AACM (Association for the Advancement of Creative musicians) fondée à Chicago -sa ville natale- en 1955 par le pianiste Muhal Richard Abrams.

Musicien, compositeur, pratiquant déjà le saxophone, la clarinette, la flûte et les percussions, Threadgill a également inventé son propre instrument, le « hubkaphone ». Dans la lignée des travaux amorcés par l’AACM (polytonalité, atonalité, sérialisme), Threadgill s’est notamment distingué par son gout pour déconstruire les standards du jazz. Ainsi, dans In for a Penny, In for a Pound, le compositeur a créé un tout nouveau système, une plateforme polyphonique qui encourage chaque musicien tant à improviser grâce à l’oreille, mais aussi à la connaissance du contrepoint. Par ce biais, les musiciens peuvent créer de nouvelles harmonies.

Sur le même thème