Kenny Barron, Dave Holland, Johnhatan Blake - Without Deception

“Without Deception”, sorti chez Dare2, met en scène les deux NEA Jazz Masters, le pianiste Kenny Barron et le bassiste Dave Holland, dans une conversation au sommet avec le soutien du batteur Johnathan Blake.

 Kenny Barron, Dave Holland, Johnhatan Blake - Without Deception
Kenny Barron & Dave Holland, © Sylvain Gripoix

Simpatico. C'est un mot qui décrit bien la relation musicale et l'amitié personnelle que partagent le pianiste Kenny Barron et le bassiste Dave Holland. Facile à vivre, avec une mise en scène similaire, les deux icônes reprennent là où elles se sont arrêtées cinq ans après leur album en duo “The Art of Conversation”. Cette fois, les légendes poursuivent le dialogue avec le batteur Johnathan Blake qui ajoute sa polyvalence à la rencontre. 

Without Deception, qui paraît sur le label de Dave Holland, révèle une compatibilité entre des musiciens qui se livrent totalement entre eux et avec nous. Jusqu’à nous donner l'impression d'être un membre du groupe. Dans l'esprit du "et si…", ils ont invité Johnathan Blake, un vétéran du trio de Barron et leader émergent lui-même.  

L'attrait de jouer dans un cadre aussi épuré avec des collaborateurs de ce calibre, c’est, selon Dave Holland, pour "l'humanité qu'il y a dedans, bien sûr. C'est la personne qui est à la base de tout, le sentiment qu'elle crée dans sa musique et la façon dont elle s’intègre à l'atmosphère de collaboration". 

"J'adore jouer avec Dave", ajoute Kenny Barron. "Il est particulièrement interactif, et le groove est toujours agréable. Johnathan est un batteur très excitant, jamais dominateur. Cela donne lieu à une vraie conversation." Et Dave Holland de renchérir : "La présence de Johnathan a ouvert de nouvelles possibilités. C'est un peu compliqué d'en parler car il y a beaucoup de dynamiques en jeu, mais en tant que bassiste, partager les responsabilités rythmiques et structurelles avec Johnathan, c'était comme avoir un gros coussin moelleux sur lequel se poser. C'était un sentiment très agréable". 

Le titre “Without Deception” a été inspirée par un post sur les médias sociaux d'un ami de Barron, qui présentait un autoportrait sans fioritures, "sans maquillage, sans tromperie". Le pianiste a été instantanément frappé par le néologisme, qui semblait correspondre à sa composition tour à tour exubérante et énergique. Lorsqu'il l'a partagée avec Holland, le bassiste a suggéré qu'elle pourrait constituer un titre idéal pour l'album.  

"Nous vivons à une époque où nous nous interrogeons sur ce qu'est la vérité", explique Holland. "Mais je pense aussi que cette musique a une certaine honnêteté. Il n'y a aucune prétention, nous sommes juste trois musiciens qui s'amusent, qui jouent de la musique ensemble, qui apportent leur propre imaginaire à la créativité et qui le partagent. Ce que vous entendez, c'est ce que vous produisez - c'est la vérité". 

Bien que leurs chemins se soient souvent croisés au cours de leurs premières années, ils ont finalement eu l'occasion d'enregistrer ensemble pour la première fois en 1985, sur l'exaltant album en trio de Barron, “Scratch” . Ils se sont retrouvés en 2012 pour une série de concerts en duo en Europe et aux États-Unis, qui ont culminé avec la sortie du célèbre album en duo “The Art of Conversation”, dont JazzTimes a fait l'éloge pour avoir mis en valeur "la profonde maîtrise de deux artistes qui partagent un rapport facile et une expressivité élégamment retenue". 
(extrait du communiqué de presse en anglais - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)