Jazz Trotter : Trondheim Jazz Orchestra - Happy Endlings

“Happy Endlings”, le 20ème album du Trondheim Jazz Orchestra sous la direction artistique du bassiste Ole Morten Vågan, paraît chez Odin/Outhere.

Jazz Trotter : Trondheim Jazz Orchestra - Happy Endlings
Trondheim Jazz Orchestra, © Odin Records

Fondé en 1999, le Trondheim Jazz Orchestra est basé, comme son nom l’indique, à Trondheim en Norvège autour du MNJ (Mid-Norway Centre of Jazz). Ses membres ne sont pas fixes et changent d’un projet à l’autre. On a pu voir dans les rangs de cet orchestre défiler quelques-uns des meilleurs musiciens norvégiens (Jenny Hval, Kim Myhr, Sofia Jernberg…) ainsi que bon nombre d’invités à la renommée internationale (Chick Corea, Pat Metheny, Joshua Redman…)

Il est commun de penser que l’ère numérique a réduit la capacité d’attention et modifié le rapport du public à la culture. Nombreuses sont les illustrations qui viennent appuyer ce point, mais le monde du jazz semble avoir été quelque peu épargné. En effet, une partie de son public reste avide d’albums longs et aventureux. En témoignent le triple disque de Kamasi Washington “The Epic” ou encore “Journey to the Mountain of Forever” double album du duo londonien Binker & Moses, deux récentes publications acclamées par le public et la critique. 

Avec 82 minutes, Happy Endlings qui paraît chez Odin/Outhere, bien que plus court que le triptyque de Kamasi Washington, s’inscrit dans cette lignée et est pour le moins épique. Au delà de sa durée inhabituelle, c’est un vrai condensé d’innovations, de chocs, de surprises et d’engagement social. Malgré certains moments empreints de douceurs, l’impact de ce nouvel album du Trondheim Jazz Orchestra s’apparente à celui d’un tour de montagnes russes particulièrement intense et haletant. C’est assez fatiguant, mais jouissif au point de vouloir réitérer l’expérience.

Pour ce 20ème album, en quasi 20 ans d’existence, la direction artistique et la composition ont été confiées au bassiste Ole Morten Vågan, qui avait déjà été convié sur “We Are” (2005), “Wood And Water” (2008) et “What If?” (2009). On le connaît surtout pour sa participation à “Motif”, projet expérimental à l'esthétique zappaienne. “Happy Endlings” reprend d’ailleurs l’aspect moderne de “Motif”, ici couplé à un savoir faire musical assez traditionnel, pour un résultat faisant écho aux images apocalyptiques réminiscentes de l’oeuvre du peintre romantique anglais du 19e siècle John Martin (The Last Man, Sadak in Search of the Waters of Oblivion et The Destruction of the Pharoah’s Host.)

Dense, complexe et varié, ce festin musical est une invitation à l’interprétation personnelle et chaque auditeur y reconnaîtra ses propres références dans un panorama d’influences qui s’étend de Zappa au Africa/Brass de John Coltrane en passant par le travail de Leonard Bernstein sur la bande originale de “West Side Story” ou encore l’obscur jazz-opéra sud africain de Todd Matshikiza “King Kong” (1959).

Le Trondheim Jazz Orchestra est en concert vendredi 07 décembre à 21h Victoria Nasjonal Jazzscene à Oslo (Norvège).

Sofia Jernberg (voix)
Ola Kvernberg (violon)
Eivind Lønning (trompette)
Øyvind Brække (trombone)
Fredrik Ljungkvist (saxophone ténor, clarinette)
Espen Reinertsen (saxophone ténor, clarinette basse)
Eirik Hegdal (saxophone baryton, saxophone alto, clarinette)
Øyvind Engen (violoncelle)
Oscar Grønberg (piano)
Ståle Storløkken (Hammond Organ, effets)
Gard Nilssen (batterie, droite)
Håkon M. Johansen (batterie, gauche)
Ole Morten Vågan (basse, composition)