Jazz Trotter : Trond Kallevåg - Fengselsfugl

Le jeune guitariste et compositeur norvégien Trond Kallevåg réhabilite les chansons écrites par les prisonniers norvégiens dans son album “Fengselsfugl”, fruit de nombreuses années de travail années de travail avec les détenus de la prison d'Oslo.

Jazz Trotter : Trond Kallevåg - Fengselsfugl
Trond Kallevåg , © Itis Vincent

Ce “Fengselsfugl” (littéralement «oiseau de prison», surnom donné aux prisonniers) de Trond Kallevåg pourrait être une bande originale, celle d’un film de prisonniers que le réalisateur Wim Wenders aurait réalisé, par exemple.

Le picking de la folk américaine, comme celle de l'excentrique compositeur et musicien Kenneth Sivertsen de sa ville natale, le blues, les paysages sonores lyriques expérimentaux et les enregistrements de terrain combinés à des instruments non traditionnels tels que le verre musical et la scie musicale sont quelques-uns des ingrédients qui s'ajoutent aux compositions cinématiques de Trond Kallevåg. On pourrait surnommer le tout "cinematic nordicana". On note aussi des directions musicales électroacoustiques inspirées par Arne Nordheim et Helge Sten.

Fengselsfugl est la continuité de son premier CD paru en 2019 sur Hubro “Bedehus & Hawaii” (Maison de prière et Hawaii). Un projet qui était inspiré par ses grands-parents profondément religieux et par la musique un peu étrange de leur maison de prière qui, selon Trond, résonnait de musiques de guitare hawaïenne ou de la slack key de Joseph Spence et Ray Kane.

“Bedehus & Hawaii” a été sélectionné parmi les 15 meilleurs albums de jazz de 2019 par Bandcamp : "Trond Kallevåg a créé l'un des plus beaux enregistrements parus en 2019 ! Sa musique contemplative est une plongée dans un univers de sérénité où les improvisations mélodiques se fondent dans des formes indiscernables et prennent la logique des rêves."

"Bedehus & Hawaii" place desormais Trond Kallevåg à sa juste place, dans la lignée des guitaristes Ry Cooder et Bill Frisell." - Jazzaroundmag.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Comme pour le disque précédent, Trond a composé la musique puis mixé le disque et c’est aussi une grande partie de son travail créatif. L'enregistrement a été réalisé au Studio Intim, qui appartient au guitariste norvégien Geir Sundstøl. Kallevåg aime beaucoup son sublime jeu de guitare steel, qui s'accorde parfaitement avec son penchant pour les musiques de films atmosphériques. On note également la présence lyrique du claviériste David Wallumrød, figure importante de la scène scandinave.

Trond est originaire de Haugesund, petite ville norvégienne de la côte ouest baignée de pluie, qui, selon lui, a forgé ce son lyrique particulier. «Ma musique est très inspirée par ma ville natale. Je pense que cela a quelque chose à voir avec la pluie, le paysage côtier et les gens qui y vivent, qui transmettent une sorte d'humeur sombre. Ma musique aussi a cette sombritude. Je choisis de travailler le son, les mélodies et la forme, plutôt que la virtuosité individuelle.»

«Il y a une ambiance étrange et intéressante à l'intérieur de la prison d'Oslo. Y pénétrer, c'est entrer dans un monde inconnu dont nous sommes séparés seulement par un mur de béton. Les détenus m'ont raconté des histoires et m'ont donné un aperçu de leurs sentiments les plus intimes. Des sentiments que nous partageons tous en tant qu'êtres humains. Avec aussi, quelques fois, des choses horribles et mauvaises". 

"C’est de la prison que j'ai composé une grande partie de la musique du disque. Comme sur mon précédent album, "Bedehus & Hawaii", je voulais dépeindre des humeurs inspirées de mes rencontres avec ceux qui vivent en marge de la société conventionnelle. Il existe aussi des similitudes entre la musique des maisons de prière et les anciens chants de prisonniers. "Fengselsfugl" est donc une suite naturelle de "Bedehus & Hawaii".

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Il s’est penché sur les chansons et les ballades populaires, écrites par de célèbres prisonniers norvégiens au 19ème siècle, qui étaient des célébrités nationales à leur époque. Cette musique était imprimée sur des "broadside". Ces feuillets de papier bon marché imprimés d'un seul côté, contenaient souvent une ballade, une rime, une nouvelle et parfois des illustrations gravées sur bois. Cette forme courante d'imprimé entre les 16ème et 19ème siècles, notamment en Grande-Bretagne, en Irlande et en Amérique du Nord, était aussi très populaire en Norvège. Les textes, diffusés ainsi, évoquaient souvent des personnages célèbres, des histoires et des légendes et constituaient les réseaux sociaux de l'époque. Ces prisonniers ont offert aux norvégiens des ballades, des récits mythiques sur leurs vies hors norme. Mythes aujourd'hui adaptés par la guitare de Trond Kallevåg.
(extrait du communiqué de presse)

Line-up :

Trond Kallevåg (guitares acoustique et électrique, électronique)
Adrian Løseth Waade (violon)
Geir Sundstøl (guitares électrique, pedal steel et harmonica)
David Wallumrød (piano droit, Wurlitzer, Arp Solus, Clavinet, Minimoog, cordes logan)
Alexander Hoholm (contrebasse)
Ivar Myrset Asheim  (batterie, carillon, percussions, scie musicale et verre).