Jazz Trotter : Tomeka Reid - Old New

La violoncelliste, compositrice et arrangeuse new-yorkaise Tomeka Reid continue d'explorer de nouveaux territoires à la tête de son quartet “Old New” paraît chez Cuneiform.

Jazz Trotter : Tomeka Reid - Old New
Tomeka Reid Quartet, © Jasmine Kwong

Les référendums annuels sur le jazz peuvent toujours classer le violoncelle dans la catégorie des instruments divers, mais entre les mains de Tomeka Reid, il relève d’un instrument de premier plan. Sur “Old New”, le deuxième album du Tomeka Reid Quartet, elle incarne la dimension progressive du jazz. Débordant de textures et de mélodies saisissantes, la musique de Tomeka Reid se rattache de façon palpable à la tradition tout en remaniant ces sons pour répondre à ses propres besoins expressifs. Du vieux neuf, en effet ! 

Bien que Tomeka Reid ait abondamment enregistré depuis ses débuts sur l'album “Afrika Rising” de la flûtiste Nicole Mitchell en 2002 (DreamTime Records), “Old New” n'est que son deuxième album à la tête de son propre groupe, faisant suite au quartet éponyme “Tomeka Reid” (paru sur Thirsty Ear). Comme cette sortie de 2015, on retrouve dans “Old New” la guitariste Mary Halvorson et le batteur Tomas Fujiwara, qui jouent ensemble dans au moins une demi-douzaine d'ensembles différents, et le bassiste de Chicago Jason Roebke. Il s'agit essentiellement d'un groupe à cordes, un hybride électro-acoustique dans lequel n'importe quel musicien peut assumer des responsabilités mélodiques ou rythmiques à un moment donné. 

"Je voulais avoir un groupe centré sur les cordes", déclare Tomeka Reid, qui a récemment été élu violoniste/celliste de l'année pour la deuxième fois consécutive par la Jazz Journalists Association. "Je voulais un instrument harmonique, mais pas un piano et je voulais aller dans une autre direction. Pour ce quartet, j'aime que Mary utilise les pédales de manière intéressante et créative. On entend tout de suite que c'est elle. J'aime ce contraste avec le fait que je joue moi-même acoustique dans cet ensemble".

Installé dans le Queens depuis 2016, Tomeka Reid a écrit une grande partie de la musique de “Old New” grâce à une subvention de Roulette Intermedium. L'album s'ouvre sur la chanson titre, une pièce qui sert presque de manifeste à une artiste qui s'appuie consciemment sur le travail de ses prédécesseurs à cordes les plus aventureux. C'est un original de Tomeka Reid "c'est une vieille forme, un hymne", dit-elle. Tomeka Reid est aussi efficace pour évoquer les gens que les lieux. Niki's Bop est un hommage à sa chère amie et mentor Nicole Mitchell, une ligne joyeuse et dansante qui miroite pratiquement. "Je l'imaginais jouer cette mélodie à la flûte", dit Tomeka Reid. "Elle est une grande source d'inspiration dans ma vie. Il n'y a rien de mieux que d'écrire une chanson en pensant à quelqu'un."

Si la musique de Tomeka Reid semble puiser dans une multitude de sources, c'est parce qu'elle a absorbé un éventail d'influences époustouflant en un laps de temps relativement court. Au cours de la dernière décennie, elle a collaboré avec des visionnaires chevronnés liés à l'Association pour l'avancement des musiciens créatifs de Chicago (AACM), se produisant et enregistrant avec Anthony Braxton, Nicole Mitchell, Roscoe Mitchell et l'Art Ensemble of Chicago. Elle a également travaillé en étroite collaboration avec des contemporains tels que le batteur Mike Reed, le cornettiste Taylor Ho Bynum, et des maîtres chevronnés comme Nicole Mitchell et la pianiste Myra Melford, parmi beaucoup d'autres. "Je suis une grande défenseuse des cordes dans la musique improvisée, en particulier des violonistes, des altistes et des violoncellistes qui sont leurs propres leaders", déclare Tomeka Reid, qui a fondé et dirige le Chicago Jazz String Summit. "Beaucoup de mes projets sont centrés là-dessus".

Tomeka Reid a grandi en dehors de Washington D.C., et est arrivé relativement tard au violoncelle. Se concentrant sur la musique classique pendant son adolescence et au début de la vingtaine, elle a commencé à étudier le jazz pendant sa dernière année à l'université du Maryland, à College Park, lorsque son mentor de premier cycle l'a encouragée à commencer à explorer la tradition. "Il a eu l'idée de ce livre de lignes de basse de Rufus Reid et je me contentais de lire ces lignes de basse et de faire ces petits concerts", se souvient-elle.

En 2000, elle s'est installée à Chicago pour suivre un programme de musique à l'université DePaul, où elle a rencontré la flûtiste et compositrice Nicole Mitchell, une relation qui lui a permis de redéfinir son orientation esthétique. Alors qu'elle était immergée dans la scène des musiques improvisées, Reid a appris à faire son propre chemin, ce qui était à la fois libérateur et extrêmement stimulant. "Après avoir rencontré Nicole, elle m'a fait découvrir le Velvet Lounge, le club où j'ai rencontré des membres de l'AACM et appris à connaître leur travail et leur esthétique. J'ai grandi à partir de là et j'ai commencé à aller au Velvet Lounge, où j'étais souvent la seule instrumentiste à cordes", dit Tomeka Reid, en faisant référence au South Loop qui était alors détenu et géré par le saxophoniste ténor Fred Anderson. "Tout le monde me soutenait et m'encourageait à trouver ma propre voix, ce qui était bien, mais également frustrant".

Tomeka Reid est lauréate d'un prix 3Arts en musique en 2016 et a obtenu son doctorat en musique à l'Université de l'Illinois, Urbana - Champaign en 2017. Elle co-dirige également l'aventureux trio à cordes Hear in Now avec le violoniste Mazz Swift et la bassiste Silvia Bolognesi. Lorsque le moment est venu de lancer un groupe pour jouer sa musique originale, elle a demandé conseil à Nicole Mitchell, qui lui a suggéré Mary Halvorson. Tomeka Reid travaillait déjà avec Tomas Fujiwara dans le fascinant ensemble Living By Lanterns de Mike Reed, inspiré par Sun Ra (qui a sorti “Old Myth, New Science” en 2012 chez Cuneiform). Il était tout à fait logique de réunir les deux musiciens. Mary Halvorson et Tomas Fujiwara ont déjà joué ensemble dans le trio Thumbscrew avec le bassiste Michael Formanek et dans le puissant Ensemble Kolossus de Formanek. Ces trois musiciens sont également à l'origine du quintette Code Girl de Mary Halvorson.
(extrait du communiqué de presse en anglais - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)