Jazz Trotter : Theo Walentiny - Looking Glass

Le jeune pianiste Theo Walentiny est considéré comme “la” révélation new-yorkaise. Il sort un premier album solo, le kaléidoscopique “Looking Glass”.

Jazz Trotter : Theo Walentiny - Looking Glass
Theo Walentiny, © theowalentiny.com

Looking Glass” présente des improvisations en solo inspirées des icônes du piano que sont Keith Jarrett et Paul Bley, ainsi que du compositeur contemporain de Toru Takemitsu et de la puissance poétique de “Mingus Plays Piano”. 

Le pianiste de Brooklyn Theo Walentiny a créé un univers d'introspection musicale et d'émotion avec son premier album solo, “Looking Glass”. "Mon objectif était de mettre l'accent sur l'improvisation brute et non préparée, sans aucun matériel préconçu", explique le pianiste de 24 ans. "Entrer dans un état de flux subconscient est quelque chose que j'aspire souvent à atteindre - donc, dans un sens, c'était la clé de ma préparation pour la session. Le titre de l'album, qui provient de la première composition, représente l'idée que les morceaux eux-mêmes sont une feuille de verre qui reflète deux mondes - l'un étant mon moi conscient et l'autre mon état subconscient. J'espère qu'en révélant mon moi musical dans un état subconscient de vulnérabilité, l'album pourra également aider les auditeurs à mieux se connaître. Pour moi, la musique la plus puissante est celle qui vous transporte - et c'est mon objectif pour l'auditeur. La pandémie que nous vivons tous a inévitablement conduit à une plus grande introspection pour la plupart d'entre nous. Je sais que, pour moi, créer en solo peut être une échappatoire puissante.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Theo Walentiny - qui dirige également l'Aurelia Trio avec le bassiste Nick Dunston et le batteur Connor Parks, tout en composant pour son septet et en créant sa propre musique électronique - a enregistré “Looking Glass” dans le sous-sol d'une maison de Bethlehem, en Pennsylvanie. Le piano utilisé pour la session, un Steinway modèle B, avait appartenu au saxophoniste Dave Liebman lorsqu'il vivait à New York dans les années 1970, à l'époque de la scène des lofts, et des personnalités telles que Chick Corea et Richie Beirach l’avaient utilisé. "Dès que j'ai joué la première note", se souvient Theo Walentiny, "j'ai su qu'il s'agissait d'un instrument spécial - je me sentais presque électrifié." 

“Looking Glass” s'est déjà attiré les louanges de quelques personnalités estimables, non seulement du pianiste-compositeur Vijay Iyer ("La musique de Theo éclate d'émotions riches et complexes... juxtapositions éblouissantes de sauvagerie et de tendresse"), mais aussi du saxophoniste Oliver Lake : "Les compositions et les improvisations de Theo sont des œuvres d'inspiration soigneusement élaborées - son approche créative du temps, de l'espace et de la dynamique est incroyable". Parmi les points forts de “Looking Glass”, citons la dramatique ouverture Fanfare for the Looking Glass et la poétique évocatrice Behind Tall Grass, ainsi que les abstractions dynamiques de Film I et Of Worlds Other Than.  

À propos de certaines de ses influences en matière de piano solo, Theo Walentiny cite le “Köln Concert” de Keith Jarrett et “Open, To Love” de Paul Bley, ainsi que “Mingus Plays Piano” de Charles Mingus. "Je n'ai jamais essayé d'imiter consciemment l'un de ces albums pour “Looking Glass”, même si chacun d'entre eux a contribué à ma sonorité et à ma sensibilité au fil des ans, en particulier lorsqu'il s'agit de jouer en solo", explique Theo Walentiny. "La façon dont Jarrett a créé de longues narrations et des mondes musicaux uniques sur le “ Köln Concert”, c'est comme s'il entrait dans un état de transe où la musique se joue toute seule. C'est en partie son travail en solo qui m'a inspiré les longs sets improvisés en solo. “Open, To Love” de Bley démontre sa profonde connexion avec l'instrument, et la façon dont il travaille avec l'harmonie et le temps produit un son d'un autre monde. Quant à “Mingus Plays Piano”, j'ai grandi en écoutant cet album dès mon plus jeune âge. Je me souviens avoir trouvé le CD qui traînait chez moi et avoir été époustouflé par les premières notes de Myself When I am Real, comme je le suis encore aujourd'hui. L'écoute de Mingus sur cet enregistrement m'a montré ce qui était possible pour le piano et l'esprit humain - un moyen de communiquer plus puissant que les mots. C'est quelque chose à quoi il faut aspirer.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

À propos de Theo Walentiny 

Le pianiste, compositeur et improvisateur Theo Walentiny est né en 1996 et a grandi dans le New Jersey. Il a grandi dans un foyer artistique, son père étant un peintre abstrait et sa mère une art-thérapeute. Il a commencé à étudier la musique classique et l'improvisation dès l'âge de 6 ans. Par la suite, Theo Walentiny a découvert McCoy Tyner, Chick Corea et Charles Mingus, entre autres, ce qui l'a amené à étudier davantage le jazz et la musique improvisée. Il a commencé à étudier en privé avec le pianiste de jazz Oscar Perez et s'est initié à la technologie musicale, ce qui l'a amené à s'intéresser à la musique de films. Theo Walentiny a déménagé à New York en 2014 pour poursuivre ses études à la New School for Jazz and Contemporary Music, avec comme professeurs, Reggie Workman, Jane Ira Bloom et Kirk Nurock. Le monde des influences de Walentiny s'est élargi à Andrew Hill, Cecil Taylor et à des polymathes de la musique créative de la nouvelle génération comme Tyshawn Sorey et Corey Smythe, sans oublier le modernisme poétique des compositeurs internationaux Toru Takemitsu et Henri Dutilleux. 

En plus d'être cofondateur de l'Aurelia Trio avec le bassiste Nick Dunston et le batteur Connor Parks, Theo Walentiny dirige un septet à l'esprit libre qui met en valeur ses compositions, dont les inspirations vont de l'impressionnisme et du romantisme classiques au jazz moderne et à ses collaborations avec des artistes visuels. En tant que sideman, le pianiste est membre du Arta Jekabsone Quintet, du Kalia Vandever Quartet, du Lucas Kadish's Tundra et du Secret Mall. En plus de jouer dans les meilleures salles de New York, Walentiny s'est produit en Israël, en Suisse et en Chine. Il se passionne pour la composition pour l'image, entre autres formes de multimédia, et contribue activement à la Speak Low Sync Library, basée à Pékin. Theo Walentiny développe également un projet à orientation électronique en vue de la sortie d'un prochain album.
(extrait du communiqué de presse en anglais - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)