Jazz Trotter : Sara Gazarek - Thirsty Ghost

La chanteuse Sara Gazarek, adoubée par son mentor Kurt Elling, continue de combiner un répertoire original avec les éléments improvisés du jazz. Elle publie son sixième album, “Thirsty Ghost”, et le présente ce soir au Yoshi’s d’Oakland.

Jazz Trotter : Sara Gazarek - Thirsty Ghost
Sara Gazarek, © Shervin Lainez

Je vois qui vous êtes vraiment... Et cela me semble tellement plus grand, plus profond, plus multidimensionnel que ce que votre musique propose actuellement ! N'ayez pas peur de prendre vos distances avec ce que vous croyez que les gens attendent de vous. Entrez donc dans toute la profondeur, les zones obscures et le rayonnement à la fois, de ce que vous êtes vraiment. C'est ce dont nous sommes impatients. Ce dont nous avons soif. La vérité, le désordre et la beauté de VOUS ”. - Kurt Elling

Tomber sur un contrat d'enregistrement dès la sortie de l'université, avec à la clé un super management et une agence de booking efficace, c’était une sacrée responsabilité quand on a y-tout juste 20 ans. Sara Gazarek a très vite enregistré, enchaîné les tournées, reçu de bonnes critiques. Et, alors que tout dans sa carrière semblait se conjuguer pour aller dans la bonne direction, elle a ressenti une certaine pression à " être la fille heureuse dans ses atours " que son entourage attendait. “L'objectif était de créer une musique lumineuse et gaie qui rendrait les gens plus heureux qu’ils n’étaient arrivés au concert. Et avec mes musiciens, c’est ce qu’on le leur procurait” confie-t-elle aujourd’hui. 

Mais 15 ans plus tard, à 35 ans elle gère un divorce, la rupture d'un long partenariat musical et que sa mère survit de justesse à un grave accident de voiture. C’est alors que son ami et mentor Kurt Elling a prononcé ces mots poignants et l'a propulsé sur une voie de remise en question, au sortir d’un concert au Birdland new-yorkais.

Le voyage musical qui en a résulté a duré trois ans, à côté d'une nouvelle relation sentimentale pleine de doutes et de mensonges, de nouvelles collaborations musicales (avec Geoff Keezer, Larry Goldings, Stu Mindeman, Josh Johnson et Alan Ferber), de voyages à l'étranger. Dans le parcours, des questions existentielles, des explorations, de nouvelles compositions, des prises de risque.... Au final, intérioriser cette idée, exprimée dans la chanson Distant Storms : "une forêt ne grandit jamais plus haut que ses profondeurs  les plus secrètes // la chaleur de la lumière va et vient, mais seule la beauté grandit, avec la pluie.

"Thirsty Ghost" explore ces nouveaux territoires par l'intermédiaire de nouvelles couleurs instrumentales (y compris la section rythmique Rhodes/orgue, clarinette basse, saxophone alto, trombone, percussions et choeur) et en accueillant des invités spéciaux (Kurt Elling, Larry Goldings). À côté du répertoire original, on trouve des reprises contemporaines (Stevie Wonder, Dolly Parton, Sam Smith) et des standards de jazz. “ Mon espoir, conclut Sara Gazarek, c'est est que chacun puisse y voir le reflet de sa propre expérience : la lumière ET les ténèbres”.

Sara Gazarek présente son nouvel album “Thirsty Ghost” lundi 16 septembre à 20h au Yoshi’s à Oakland.

Stu Mindeman (piano, orgue, Rhodes)
Alex Boneham (basse)
Christian Euman (batterie)
Josh Johnson (saxophone alto)
Iso Meshulam (trombone)
Brian Walsh (clarinette basse)
Larry Goldings (orgue)
Invité spécial : Kurt Elling
Erin Bentlage, Michael Mayo (choeur)