Jazz Trotter : Rebecca DuMaine "Someday, Someday"

“Someday, Someday” qui paraît chez Summit, met en scène la chanteuse Rebecca DuMaine et le trio du pianiste Dave Miller. Un écho attachant à la situation vécue au quotidien durant la pandémie. Deux chansons françaises en prime.

Jazz Trotter : Rebecca DuMaine "Someday, Someday"
Rebecca DuMaine, © Rosaura Sandoval

L’ensemble de standards et deux originaux de la chanteuse Rebecca DuMaine dans “Someday, Someday”, sont remplis de voix chaleureuses, de solos de piano entraînants, d'idées fraîches et de variété.

Après le succès de “Chez Nous” en 2019, la chanteuse de jazz Rebecca DuMaine et son père, le pianiste Dave Miller (ainsi que le bassiste Chuck Bennett et le batteur Bill Belasco) ont créé une nouvelle atmosphère qui, bien que parfois un peu plus sombre que leurs enregistrements précédents, est finalement plein d'espoir.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Beaucoup des chansons qu'ils ont choisi sont des standards remontant à des décennies, mais les paroles (sans parler des titres de chansons comme Alone Again (Naturally) et I Guess I'll Have To Change My Plans) correspondent souvent à la situation actuelle. “Someday Someday” commence avec la belle voix de Rebecca DuMaine qui semble heureuse sur Just Friends malgré les paroles mélancoliques. L'excellente chanson pop de la fin des années 60, Alone Again (Naturally), est reprise avec plaisir, tandis que Samba de mon coeur qui bat de benjamin Biolay met en scène Rebecca DuMaine (dont la mère était professeur de français) qui chante une relation perdue. Le standard oublié The Gentlemen Is A Dope est ressuscité et sonne toujours aussi pertinent.

“Someday, Someday" parle de la situation actuelle et se tourne vers un avenir où le monde se réveillera à nouveau. La chanson introspective Both Sides Now de Joni Mitchell, qui met en scène la fille et le père dans un duo, précède sa propre chanson, Time To Get Unstuck (Happy Little New Song), qui parle de sortir de l'ornière et de faire des progrès en tirant le meilleur parti de la nouvelle normalité. Le classique de Harold Arlen As Long As I Live voit Dave Miller s'incliner devant Count Basie tandis que Rebecca DuMaine fait un peu de scat. On A Clear Day est transformé en bossa nova (ironiquement, il a été enregistré lorsque l'air de la Californie du Nord était tout sauf clair en raison des incendies de l'année). I Guess I'll Have to Change My Plan est d'abord une ballade, puis un swing.

Les autres titres comprennent une version plus rapide que d'habitude, en 3/4, du tube de Julie London Cry Me a River, une combinaison astucieuse de La Vie En Rose et de Au Privave de Charlie Parker, une version inspirée de George Shearing de Wrap Your Troubles In Dreams, et Sunny qui sert de conclusion optimiste.

Rebecca DuMaine a mené de brillantes carrières en tant qu'actrice (sur scène, dans des publicités et des voix off) et enseignante. Depuis 2010, elle chante régulièrement avec le trio de son père, enregistrant cinq CD très appréciés : “Deed I Do”, “Better Than Anything”, “The Consequence Of You”, “Happy Madness” et “Chez Nous”. Dave Miller a reçu une formation classique, mais s'est tourné vers le jazz après avoir découvert la musique d'Ahmad Jamal et de George Shearing. En plus de son travail avec sa fille, on l'entend, lui et son trio, à son meilleur sur “Rapture”, en 2009, et “Just Imagine”, en 2019.
(extrait du communiqué de presse en anglais - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)

Rebecca DuMaine (voix)
Dave Miller (piano)
Bill Belasco (batterie)
Chuck Bennett (contrebasse)