Jazz Trotter : Moses Boyd - Dark Matter

Après la sortie récente du sombre et puissant single Stranger Than Fiction et un show sold out au légendaire club londonien Fabric le 30.10, le batteur, producteur et compositeur originaire de South London Moses Boyd sort son tout premier album solo “Dark Matter” sur son propre label Exodus.

Jazz Trotter : Moses Boyd - Dark Matter
Moses Boyd, © Dan Medhurst

Batteur, producteur et compositeur incontournable d’une scène londonienne en pleins bouleversements, Moses Boyd trace son chemin à sa façon. En tournée avec Sampha ou Kelsey Lu, aux côtés de Sons Of Kemet ou Zara McFarlane, en duo avec Binker Golding ou sur le projet The Lion King: The Gift de Beyoncé, Moses Boyd apporte son souffle unique, perfectionné au fil des années, un pied dans le grime ou la musique électronique, un pied dans le jazz et l’afrobeat.

“Dark Matter” fait suite au projet sorti par Moses Boyd en 2018, Displaced Diaspora, qui rassemblait de nombreux invités sur des productions toute signées du batteur, incluant le très dansant Rye Lane Shuffle, mixé par les producteurs Four Tet et Floating Points dans leurs DJ sets. “Dark Matter est la première véritable tentative de positionner Moses Boyd en tant que producteur et leader de groupe, rassemblant par ailleurs ses collaborateurs habituels : le chanteur anglo-nigérian Obongjayar, la productrice expérimentale Klein ainsi que deux noms bien connus de la scène jazz anglaise actuelle, la saxophoniste Nubya Garcia et le bassiste Gary Crosby OBE

“Dark Matterest une étape importante dans l’évolution de Boyd, illustrant ses talents de producteur, de compositeur et de batteur, sa capacité singulière à mélanger le jazz avec d’autres influences contemporaines. Le travail sur l’album a été entamé après son premier voyage en Afrique du Sud en 2017. Au fil de son séjour, il rassemble des samples de sons, des bouts de rythmes enregistrés à la batterie dans un studio ou l’autre, prêté par des amis artistes, expérimentant et rassemblant autour de lui idées et collaborateurs.

“J’aime toujours le jazz, bien sûr. Mais aujourd’hui je fais quelque chose d’un peu différent. Je n’ai eu aucune pression ou attente particulière. Je n’ai pas non plus ressenti le besoin de créer quelque chose immédiatement, j’avais une vraie liberté. Ca a été très libérateur pour moi. Ce disque est finalement très produit, il rassemble beaucoup de sons différents, en provenance de sessions ou de lieux éparpillés mais je suis parvenu à y créer une cohérence, à faire en sorte que cela sonne comme le travail d’un producteur qui joue aussi du jazz”.

“Dark Matter est ainsi un jalon pour Moses Boyd, un album de producteur de la part d’un jeune compositeur assemblant plusieurs fils différents pour créer un ornement musical nouveau : l’énergie brute du grime et de l’afrobeat, les rythmes effrénés du Londres underground, le tout combiné à la créativité et l’esprit collaboratif du groupe. Porté par cet état d’esprit très ouvert, il n’est pas surprenant que son talent ait attiré l’attention de nombreux autres milieux artistiques, le monde de la mode avant tout, le poussant à produire des morceaux originaux pour la collaboration entre la Fondation Louis Vuitton et le MoMa en 2017 et, plus récemment, pour un défilé de Men’s Dunhill à la Paris Fashion Week en 2018 et 2019.

Auréolées d’un double prix, ceux du MOBO et du Jazz FM Award, les collaborations de Moses Boyd en studio et en live ont été tout autant variées que très singulières, au fil des années : depuis les tournées aux côtés de Sampha et Kelsey Lu, jusqu’ à la collaboration avec Sons Of Kemet, avec le pionnier du Gqom sud-africain DJ Lag pour le compte de la bande originale The Lion King signée Beyoncé. Moses Boyd a, entre autres, réalisé “Arise”, l’album de 2017 de la chanteuse Zara McFarlane, pour le compte du label Brownswood de Gilles Peterson et sorti plusieurs projets sur son propre label Exodus. Enfin, il est co-créateur du duo Binker & Moses aux côtés du saxophoniste Binker Golding.

Une tournée de 13 dates au Royaume-Uni et en Europe est prévue en février et mars 2020, avec un point d’orgue au Brixton Electric, haut-lieu des débuts de Moses Boyd.