Jazz Trotter : Lucien Johnson - Wax//Wane

Le compositeur et saxophoniste Lucien Johnson sort “Wax//Wane” sur son tout nouveau label Deluge, composé de six titres autour de la lune et d’autres merveilles.

Jazz Trotter : Lucien Johnson - Wax//Wane
Lucien Johnson, © Deluge

Lucien Johnson est un artiste remarqué sur une longue liste d’enregistrements. Le son de son saxophone marque des albums de The Black Seeds, Hollie Smith, The Phoenix Foundation et The Yoots.  

Wax///Wane” est la première sortie numérique deLucien Johnson sous son propre nom, et l'album met en scène un ensemble singulier : John Bell au vibraphone, Michelle Velvin à la harpe, Tom Callwood à la contrebasse, Cory Champion à la batterie et Riki Piripi aux percussions. Tous se retrouvent pour créer des paysages immersifs et des grooves fumants. Le saxophone de Lucien Johnson, décrit par Jazz in Paris comme "lyrique comme Coltrane, puissant comme Rollins", s'élève au-dessus de l'ensemble, apportant une aura mystique à la dialectique entre ombre et lumière. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Originaire de Pukerua Bay, en Nouvelle-Zélande, Lucien Johnson s'est forgé une réputation de compositeur et de multi-instrumentiste hors pair, avec un public qui s'intéresse aussi bien au jazz et à la musique classique qu'à la musique électronique et expérimentale. Il a joué avec une longue liste de pointures du jazz et de la musique improvisée, comme Mulatu Astatke, Barre Phillips, Marilyn Crispell, John Betsch, Steve Potts, Jobic Le Masson et Lol Coxhill. Avant de signer avec Deluge Records, il a publié de la musique par le biais de l'influent label japonais 'Wonderful Noise', dont l'album 'West of the Sun” a été retenu parmi les albums de l'année 2017 par NZ Jazz. 

Il a également été directeur musical du Shogun Orchestra, qui a sorti deux albums sur le label allemand Jakarta Records. À Paris dans les années 2000, il s'est produit dans un trio d'improvisation libre avec Alan Silva et Makoto Sato, publiant un album sur le label français Improvised Beings. Parmi ses autres réalisations notables, il a remporté le titre de Sound Designer de l'année et une nomination pour Outstanding Composer aux Wellington Theatre Awards 2017, a remporté le Susan Rhind Award pour la composition Addis Nocturnes en piano solo à Paris en 2017, a composé pour l'Orchestre symphonique de Nouvelle-Zélande et la New Zealand Dance Company. Son œuvre intitulée Strasbourg 1518 a été jouée au New Zealand Festival 2020 et le sera à nouveau au prochain Auckland Arts Festival 2021.
(extrait du communiqué de presse en anglais - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)