Jazz Trotter : Logan Richardson - Afrofuturism

Avec “AfroFuturism” qui paraît chez Whirlwind, le saxophoniste et compositeur Logan Richardson confirme qu’il est l'une des voix les plus singulières du jazz contemporain.

Jazz Trotter : Logan Richardson - Afrofuturism
Logan Richardson, © Whirlwind

La carrière du saxophoniste alto, compositeur et producteur Logan Richardson est marquée par son engagement profond pour la culture musicale improvisée afro-américaine, ainsi que par son approche audacieuse des sons de la musique de demain. Son dernier album, “AfroFuturism, le cinquième en leader, synthétise tous ces éléments dans une démarche étonnamment audacieuse, d'une portée quasi-épique, en offrant un regard profond et intime sur la personnalité de son auteur. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Le cœur de l'album se compose d'une série de paysages sonores alt-rock/trap/wonky beat tonitruants créés par Logan Richardson grâce à une panoplie de claviers, de synthétiseurs et de programmations ainsi que la dernière version de son groupe Blues People, avec Igor Osypov à la guitare et Peter Schlamb aux vibes et aux claviers, Dominique Sanders à la basse et la production, et les percussions de Ryan J. Lee et Corey Fonville pour compléter l'équipe. Logan Richardson introduit des 'interludes variés, des fragments de sons récupérés, des ensembles inattendus mais limpides de cordes introspectives interprétés par Ezgi Karakus et de ballades feutrées de la chanteuse et collaboratrice de longue date Laura Taglialatela

Sa voix de saxophoniste alto constitue le fil conducteur de l'album. "J'essayais de revenir au cœur de ma voix artistique : en utilisant de nouveaux procédés de composition pour incorporer mes influences interconnectées à tous les sons que j'entends, tout en essayant de retrouver une identité.”  

L'album démarre par une introduction de The Birth Of Us par Stefon Harris - un morceau entièrement composé pour le groupe. Imaginez "Frank Zappa, Queen, Brian Wilson et Radiohead rencontrant Schoenberg dans un salon de science-fiction des années 80", déclare Logan Richardson en riant. Awaken (tiré d'un poème de la mère de Logan) et Sunrays (avec Laura Tagliatela et Corey Fonville) explorent différentes combinaisons de voix et de textes pour créer des oasis sonores envoûtantes : "J'essayais de raconter une histoire - un peu sur moi, puis sur nous tous.For Alto est un clin d'œil à son collègue Anthony Braxton, tandis que Light est une ballade dans laquelle Logan Richardson se produit en duo avec lui-même : "Je suis accro aux ballades - elles révèlent beaucoup de choses", avoue-t-il. Trap est justement cela : l'interprétation de Logan Richardson du son contemporain du Sud des États-Unis.  

Un enregistrement de la voix de son arrière-grand-mère introduit Farewell, Goodbye - une élégie vocale signée Laura Taglialatela en hommage au regretté McCoy Tyner. Black Wall Street offre une nouvelle tournure inattendue grâce aux cordes luxuriantes du violoncelliste Ezgi Karakus se fondant au saxophone de Logan Richardson pour créer une oasis de sons acoustiques. Mais le message profond est sombre, qui rappelle les émeutes de 1921 à Tulsa. Il y a une séquence de narrations audio récupérées de Busta Rhymes avant le trio final : le groupe Blues People est de retour avec le percutant Round Up, un commentaire musical virulent sur le comportement de la police lors des manifestations américaines récentes. Logan Richardson et Laura Taglialatela se joignent pour produire un son électronique voltigeant et exubérant dans According To You, puis le voyage se termine par une reprise inspirée du gospel Praise You - "Un chant pour Dieu, pour la terre, la pluie, être reconnaissant pour tout.

Logan Richardson résume : "Je prends à cœur tous mes projets, mais celui-ci était si fluide de par sa réalisation et l'osmose des différentes voix, on sent que c'est un projet vraiment spécial". Il nous livre non seulement une œuvre remarquable, mais aussi un message direct et urgent pour les générations futures, enraciné dans sa propre réalité et dans celle, plus vaste, de la communauté noire américaine contemporaine, tout en nous rappelant son imprévisibilité musicale. 
(extrait du communiqué de presse)

Logan Richardson (saxophone alto, piano, claviers, synthétiseurs)
Igor Osypov (guitare électrique, guitare acoustique)
Peter Schlamb (vibraphone, claviers, clavier basse)
Dominique Sanders, basse, clavier basse)
Ryan J. Lee (batterie, basse)
Corey Fonville (batterie)
Laura Taglialatela (voix)
Ezgi Karakus (cordes)