Jazz Trotter : Keshav Batish - Binaries in Cycle

Le batteur et compositeur américain Keshav Batish navigue vers des identités hybrides sur son premier album “Binaries in Cycle” qui paraîtra le 10 juillet chez Woven Strands Productions. Explorations en quartet à l'intersection du jazz, du blues et du rāg hindustani.

Jazz Trotter : Keshav Batish - Binaries in Cycle
Keshav Batish, © Woven Strands Productions

Dirigeant depuis la batterie avec un objectif musical bien défini, Keshav Batish affine un son personnel à multiples facettes en tant que batteur et compositeur avec “Binaries in Cycle”, son premier album, avec le saxophoniste alto Shay Salhov, le pianiste Lucas Hahn et le bassiste Aron Caceres. Lorsque le groupe s'est réuni pour enregistrer “Binaries in Cycle” au Kuumbwa Jazz Center, à Santa Cruz, la ville d'origine du leader, la salle de spectacle était vide. C'était le 3 août 2020, au plus fort de la pandémie de COVID. Malgré les circonstances, Keshav Batish et le quartet se sont élevés pour offrir des performances émouvantes de cinq pièces originales, ainsi que des lectures inventives de Police People d'Ornette Coleman et de We See de Thelonious Monk.

Keshav Batish, qui termine actuellement une maîtrise en composition à l'Université de Santa Cruz, est un disciple musical de longue date de son père, Pandit Ashwin Batish. Il est issu de la lignée khandani et représente la troisième génération de musiciens dans sa famille. Son grand-père, S.D. Batish, a été formé à la musique hindustani et a joué des rôles de chanteur en play-back pour les films de Bollywood, ainsi que de compositeur et arrangeur, érudit et de multi-instrumentiste. Son père a passé son enfance à apprendre à jouer du sitār tout en apprenant les chansons des Beatles à la guitare. "En tant que fils et élève", dit Keshav Batish, "_écouter et finalement jouer sa musique m'a fait découvrir l'hybridité avant même que je connaisse le mot ou ce qu'il allait signifier pour mo_i."

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Keshav Batish est maintenant un virtuose sur sitār et tablā ainsi que sur la batterie, avec une connaissance profonde et en constante évolution de la musique hindustani - ce qui a un impact sur son approche de la composition et de l'improvisation jazz en retour. "La façon dont la temporalité fonctionne dans la musique hindoustani a grandement influencé ma façon d'aborder l'ornementation du temps avec le rythme", remarque Kehav Batish. Dans ses notes de pochette de “Binaries in Cycle”, il fait référence aux "deux pôles culturels ... palpables dans ma pratique musicale. D'un côté, il y a le rāg, une incarnation des formes et de l'architecture musicale qui donne un caractère spécifique. De l'autre côté, le blues, qui représente une certitude dans l'incertitude, prise dans les interstices des notes et donnant une intonation de son identité....". Avec un sens du swing fluide et autoritaire, Keshav Batish et ses collègues naviguent entre ces deux pôles culturels et trouvent une complicité créative à chaque étape du voyage.

Parmi ses nombreuses significations, le terme Binaries peut faire référence au concept jumelé de khali ("vide") et bhari ("plein") dans le système de rythme tālā en Inde du Nord. "Chaque cycle rythmique comporte un élément des deux, vide et plein, qui sert de repère auditif au musicien pour incarner le motif de chaque tālā", explique Keshav Batish. Les binaries peuvent également faire allusion au genre et à l'expérience de Keshav Batish en tant qu'artiste queer de couleur. "Il y a une certaine dose d'invention d'un nouveau langage pour expliquer quelque chose qui, auparavant, ne pouvait être identifié que comme un sentiment", ajoute-t-il.

Au cours d'un intervalle entre deux morceaux lors de la session “Binaries in Cycle”, qui s'est déroulée en conditions de concert mais sans public, Keshav Batish a déclaré à l'équipe technique rassemblée, mais aussi aux auditeurs qui écoutaient à distance, "J'espère que vous gardez les yeux ouverts pour que nous puissions nous voir tous ensemble." En ces temps d'espoir et de renouveau, les débuts ambitieux de Keshav Batish, pleins de feu, sont en effet les bienvenus.
(extrait du communiqué de presse en anglais - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)