Jazz Trotter : Kassa Overall - I Think I'm Good

Kassa Overall est l’un des secrets les mieux gardés de la scène new-yorkaise. Il s’impose sur ce deuxième album “I Think I’m Good” - le premier pour le label de Gilles Peterson, Brownswood - comme un touche-à-tout génial qui passe du jazz au rap avec une aisance déconcertante.

Jazz Trotter : Kassa Overall - I Think I'm Good
Kassa Overall, © Aren Johnson

Kassa Overall conjugue comme peu de ses contemporains une connaissance de l’improvisation (il joue avec le meilleur de la scène jazz contemporaine) et une appétence pour le rap le plus actuel.

I Think I’m Good” est une fenêtre sur la vie de Kassa Overall, un brillant compositeur aux prises avec l’enfer du système carcéral américain, et les aléas et risques des relations amoureuses… Le musicien de jazz, batteur, producteur, rappeur et chanteur originaire de Seattle confronte les réalités du quotidien à ses épisodes maniaques, qui l’ont contraint à une hospitalisation alors qu’il était étudiant. Les thèmes de l’incarcération et de la claustrophobie reviennent tout au long de l’album, sans pour autant gommer le sentiment d’un espoir fragile mais vital.

« L’instabilité mentale ou l’hyper-sensibilité sont des choses qui me semblaient trop tabou pour être abordées » affirme Kassa. « Mais je veux montrer au monde que les personnes mentalement sensibles sont les vrais innovateurs de notre société, avec l’espoir d’établir de nouvelles normes qui embrasseraient notre vision unique de la réalité. »

Ces dernières années, le jazz et les musiques improvisées rencontrent, à échelle mondiale, de nouveaux publics. De passionnants mouvements jaillissent des communautés musicales de Londres à Melbourne, de Chicago à Johannesburg. Mais de Charlie Parker jusqu’aux artistes de notre époque, New York a été et reste le terrain privilégié de nombreuses scènes,

celui sur lequel évolue désormais Overall, faisant de I Think I’m Good un disque sans la moindre barrière entre hip hop et jazz. Il y convoque le gratin de la nouvelle garde new-yorkaise : Joel Ross, Morgan Guerin, Julius Rodriguez, Melanie Charles, J Hoard. Mais aussi des noms plus confirmés tels que Sullivan Fortner, Brandee Younger, Theo Croker, Craig Taborn, Aaron Parks ou encore Vijay Iyer, qui rend ici un magnifique hommage à leur mentor musical commun, Geri Allen, avec qui Overall a joué pendant 7 ans. Dr. Angela Davis, figure légendaire de la communauté afro-américaine, fait une apparition remarquée sur les thèmes de la condition humaine et de la justice sociale (“Show Me A Prison”).

Comme Karriem Riggins avant lui, Overall appartient à cette catégorie rare de musiciens aussi à l’aise dans la performance jazz que dans la production hip-hop. Il combine les genres sans complexes, à la manière de Madlib ou Flying Lotus. Pourtant, l’un des aspects les plus frappants de cet album est son intimité singulière, découlant de ses méthodes de production aussi DIY qu’audacieuses. Une grande partie de l’album est née dans la chambre de Kassa à Bushwick. « J’ai récemment commencé à me considérer comme un producteur de ‘backpack jazz’, qui pourrait se définir comme le fruit de la rencontre entre un musicien de jazz, un ‘backpack rapper’ et un producteur de chambre » explique-t-il.

Overall décrit sa méthode comme étant plus sociale que de la simple production de chambre. « Le producteur de chambre est solitaire, mais le producteur ‘backpack’ a une démarche plus collaborative, mobile, et une capacité d’improvisation qui va dans le sens de notre tradition. Mon studio est avec moi presque tout le temps. J’ai besoin de pouvoir travailler n’importe où, n’importe quand, à mon rythme. »

Comme l’a écrit Time Out New York, Kassa Overall est tel un « homme de la Renaissance, ayant une connaissance approfondie dans de nombreux domaines connectés : à la fois un batteur de jazz au funk et à la maîtrise unique, et un MC et producteur au talent singulier ».
(extrait du communiqué de presse)

En concert le vendredi 28 février à 20h au Jack London Revue à Portland (Oregon) dans le cadre du 2020 BIAMP PDX Jazz Festival.

Kassa Overall (batterie, voix, électroniques)
Carlos Overall (saxophone)
Julius Rodriguez (piano, claviers)
Paul Wilson (synthétiseurs, électroniques)