Jazz Trotter : Josefine Cronholm, Kirk Knuffke, Thommy Andersson - Near The Pond

“Near the Pond” du cornettiste américain Kirk Knuffke, du bassiste suédois Thommy Andersson et de la chanteuse suédoise Josefine Cronholm explore les échanges culturels au sein d’un projet inspiré par l’œuvre littéraire de l’auteur Carl Sandburg. Sortie chez Stunt (dist. UVM).

Jazz Trotter : Josefine Cronholm, Kirk Knuffke, Thommy Andersson - Near The Pond
Josefine Cronholm, Kirk Knuffke, Thommy Andersson, © Jenny Nilsson

L’auteur américano-suédois Carl Sandburg est né à Galesburg dans l’Illinois en 1878 de deux immigrants suédois (Clara Mathilda et August Sandberg). Ses poèmes reflètent l’Amérique industrialisée dont il dresse un portrait brut et puissant. Avec la défiance d’un musicien, il outrepasse les conventions de l’époque concernant forme et structure. Guitariste et chanteur talentueux, Carl Sandburg compile les airs de la folk américaine. C’est cette musicalité avancée, que l’on retrouve dans sa poésie, qui a séduit Kirk Knuffke et qui a amené trois de ses poèmes à figurer sur l’enregistrement. Josefine Cronholm a été fascinée par le destin de Clara Mathilda, la mère de Carl Sandburg : son voyage solitaire à travers l'Atlantique, et les rêves de la Suède qu'elle laissait derrière elle. Cette fascination inspire musique et paroles qu'elle apporte au projet. Le poème de la chanson Near the Pond, qui donne son titre à l’album, est de Shunn Theingi, 9 ans. Kirk Knuffke a trouvé le texte dans un livre qu'il a découvert dans la rue à New York.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Kirk Knuffke a sorti une douzaine de disques en tant que leader et co-leader, tout en jouant un rôle important de sideman sur d'innombrables enregistrements avec des artistes tels que Matt Wilson, Allison Miller, Butch Morris, Uri Caine, Pierre Dørge et Michael Formanek. Il est devenu l'un des artistes les plus fascinants de sa génération. Grâce à une voix forte et personnelle ainsi qu'une grande virtuosité technique, il trouve l'équilibre entre l'expérimental et le fondamental, entre l'innovation et la tradition. Il n'est pas étonnant que le New York Times l'ait salué comme "l'un des musiciens les plus occupés de New York".

Kirk Knuffke et Thommy Andersson ont travaillé ensemble sur plusieurs projets au fil des années et il ne leur a pas fallu longtemps pour reconnaître et apprécier ce qu'ils avaient en commun. "Thommy et moi avons rapidement découvert que nous avons le même sens de la tonalité et que nous aimons travailler avec de la musique aux racines simples. Je pense que nous nous considérons comme des musiciens de folk plus que de jazz... J'adore le jazz, mais en grandissant, j'étais plus intéressé par le blues", explique Kirk Knuffke.

Thommy Andersson décrit quelque chose de similaire : "On peut aussi trouver des éléments de blues dans la musique folklorique suédoise. Le plus important est que les musiciens, d'où qu'ils viennent, puissent assurer. Je ne chercherais jamais à essayer de m'adapter et de sonner comme un bassiste américain. Les musiciens doivent avoir le courage de jouer comme ils l'entendent - il est alors très logique de jouer par-delà les frontières et les cultures." Kirk Knuffke est d'accord : "L'une des choses étonnantes de la musique est que les gens veulent jouer et peuvent jouer ensemble par-delà les océans et les générations."

Thommy Andersson a travaillé avec de nombreux musiciens au cours des 20 dernières années, et on peut l'entendre actuellement dans le New Jungle Orchestra de Pierre Dørge ainsi que dans ses propres projets. C'est un ami fidèle de Josefine Cronholm et une présence constante dans ses groupes. C'est à sa suggestion qu'elle l'a rejoint à Copenhague, formant ainsi un trio de base quelque peu inhabituel : basse, cornet et voix. Josefine Cronholm et Thommy Andersson vivent tous deux dans la capitale danoise depuis plusieurs années, mais ils marchent toujours fièrement au rythme culturel distinct de leur patrie suédoise. Josefine Cronholm note que "l'un des aspects intéressants du projet est la rencontre des cultures. J'ai de fortes racines dans la musique folklorique suédoise, mais j'ai aussi chanté du jazz, de la musique brésilienne et de la musique improvisée, et j'écoute et m'inspire des traditions musicales du monde entier. Cela fait partie de mon identité".

Pour Josefine Cronholm, sa voix est un instrument qui doit être écouté et respecté comme un tiers égal du trio. En tant qu'improvisatrice sans paroles, elle fait preuve d'un contrôle qui respire le courage et l'imagination. Cronholm a collaboré avec pratiquement tout le monde, tant au Danemark qu'à l'étranger, publiant des disques avec le New Jungle Orchestra, Marilyn Mazur, Django Bates, Steen Rasmussen Quintet et String Swing, en plus d'un certain nombre de disques à son nom pour lesquels elle a reçu deux fois des prix aux Danish Music Awards (Grammys danois).

Le batteur américain Kenny Wollesen a été intégré au groupe pour l’enregistrement de “Near The Pond”, et le trio est devenu un quartet. Wollesen - résident de New York, comme son ami Kirk Knuffke - captive depuis des décennies le public et ses compagnons d'orchestre par sa polyvalence, son imagination et sa capacité à abolir les frontières entre les genres et les traditions. Les dons de Kenny Wollesen l'ont amené à jouer avec Tom Waits, Rickie Lee Jones, Sean Lennon, Ron Sexsmith, Norah Jones, John Lurie, Myra Melford, John Zorn, et il est un membre régulier des groupes de Bill Frisell depuis des années.

Thommy Anderson a écrit les arrangements pour un trio à cordes lui aussi peu conventionnel: deux altos et un violoncelle, que l'on peut entendre sur certains passages. En tant que bassiste, il est connu pour son jeu profond, terre-à-terre, sombre et résonnant. Ses arrangements entraînent les musiciens dans les profondeurs des graves. Il a décidé de ne pas inclure les violons qui dominent habituellement les petits ensembles de cordes, donnant ainsi au cornet et aux voix du groupe, un espace supplémentaire pour briller.

Les chansons de cet album sont, pour la plupart, facilement accessibles aux auditeurs et d'une durée relativement courte. L'improvisation est libre et peu de décisions musicales ont été conclues à l'avance concernant les formes et les arrangements. Il s'agit d'une production bien planifiée et magnifiquement exécutée qui rend justice à l'énergie structurelle parfois audacieusement libre et fraîche des poèmes de Carl Sandburg.
(extrait du communiqué de presse)

Kirk Knuffke (cornet, voix)
Thommy Andersson (basse)
Josefine Cronholm (voix)
Kenny Wollesen (batterie)
Lena Fankhauser (alto)
Marta Potulska (alto)
Melissa Coleman (voix)