Jazz Trotter : Jeremy Pelt - The Art of Intimacy Vol. 1

Un exemple parfait de la philosophie du "less-is-more", “The Art of Intimacy, Vol. 1” qui paraît chez HighNote, optimise les connexions personnelles et musicales entre Jeremy Pelt et ses compagnons de trio.

Jazz Trotter : Jeremy Pelt - The Art of Intimacy Vol. 1
Jeremy Pelt, © Gulnara Khamatova

Le trompettiste de jazz Jeremy Pelt a exploré une variété de styles sur ses albums, du hard bop acoustique au funk électrifié et même à la musique électronique. Avec le plus introspectif “The Art of Intimacy, Vol. 1”, qui paraît chez HighNote, il change encore de vitesse, s'installant dans un format de trio sans batteur sur un ensemble de ballades chaudement feutrées. 

L'album contraste fortement avec son ambitieux démarche de 2019, “The Artist”, où il s'inspirait des sculptures d'Auguste Rodin. Alors que cet album mettait en avant un post-bop harmoniquement dynamisé, dans la veine de Woody Shaw, ici il revient à l'essentiel. Il est accompagné de deux pointures, le pianiste George Cables et le bassiste Peter Washington. Les deux musiciens sont des fidèles du trompettiste, Peter Washington étant le parrain du fils de Jeremy Pelt et Georges Cables le connaissant depuis la fin de ses études à Berklee à la fin des années 90.
(extrait du communiqué de presse en anglais - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)

Le trio est en concert jeudi 12 mars à 20h30 à la Jazz Keller à Esslingen (Allemagne)
et vendredi 13 mars à 19h30 & 21h45 au Duc des Lombards à Paris (75)

Jeremy Pelt (trompette)
George Cables (piano)
Ray Drummond (basse)