Jazz Trotter : Jazz Trotter : Jazz Onze + 2021

Du jeudi 08 au dimanche 12 septembre le festival JazzOnze+ se déroulera à Lausanne.

Jazz Trotter : Jazz Trotter : Jazz Onze + 2021
Jazz Onze + 2021

Le JazzOnze+ Festival Lausanne revient pour une 34e édition avec Paolo Fresu, Jowee Omicil, Emma-Jean Thackray et Ben Wendel comme têtes d’affiches. 

Le JazzOnze+ Festival Lausanne dévoile la programmation de sa 34e édition qui s’annonce comme un retour en force après une année blanche. Une affiche articulée autour d’un jazz décomplexé, de projets avant-gardistes et d’artistes européens incontournables. Durant cinq jours, du 8 au 12 septembre, le festival se déroulerara sur quatre scènes: la salle Paderewski, l’EspaceJazz, le Théâtre de Verdure du Casino de Montbenon et le Théâtre de l’Octogone à Pully pour une ouverture en toute élégance avec le trompettiste italien Paolo Fresu. 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Depuis que les salles ont rouvert et que les festivals d’été redémarrent, JazzOnze+ n’attend plus que de retrouver son public et les artistes. Des retrouvailles qui s’annoncent fortes en émotions et promettent des débordements d’énergies comme des moments de grandes intimités. Pour s’éviter les mauvaises surprises de l’automne dernier, le festival a avancé ses dates au mois de septembre. La saison estivale permettra notamment de déployer une scène en extérieur dans les jardins du Casino. La Salle Paderewski et le Théâtre de l’Octogone accueilleront des artistes de renommée internationale pour des concerts d’une grande qualité d’écoute. L’EspaceJazz, en configuration debout, sera le lieu des concerts électriques et festifs. 

L'élégance

Seize ans après son dernier concert au festival, grand nom du jazz européen et humble héritier du souffle de Chet Baker, Paolo Fresu présentera en trio, son projet “Tempo di Chet“ en hommage au trompettiste légendaire. De l’Italie à la France, il n’y a qu’un pas pour retrouver l’un des duos les plus complices du jazz hexagonal Vincent Peirani & Emile Parisien. L’accordéoniste et le saxophoniste ont partagé la scène plus d’un millier de fois. Sur celle de la salle Paderewski, ils nous inviteront à voyager là où le tango est roi avec leur dernier album “Abrazo“. 
Seul américain de cette programmation, le saxophoniste Ben Wendel fait preuve d’une énergie éclatante à travers des mélodies tortueuses qui ne sont pas sans rappeler la frénésie des clubs de New York, sa ville d’origine. Il clôturera cette édition le dimanche 12 septembre. 

Le laboratoire helvétique 

Comme de coutume, la scène jazz helvétique occupe une place très importante dans la programmation du festival. Qu’elle soit formée de musiciens qui s’exportent à l’international ou de talents émergents, la scène nationale fait preuve d’une qualité et d’une vivacité impressionnantes autant que d’un véritable métissage culturel. 
Parmi eux, une poignée d’artistes proposent une approche avant-gardiste et moderne de la musique improvisée. C’est le cas notamment d’Andrina Bollinger, une voix rare en Suisse. Seule sur scène, la chanteuse et multi-instrumentiste grisonne, déplace les frontières stylistiques sans complexe. Autre extraterrestre vocal, Andreas Schaerer revient au festival avec le projet Hildegard Lernt Fliegen. Opéra, folklore, rock et musique contemporaine, la voix s’entremêle et s’entrechoque avec un concert de cuivres jusqu’à obtenir un résultat déroutant et au combien captivant. 
Phénomène incontournable de la scène suisse et internationale, le batteur Arthur Hnatek a déjà marqué les esprits en solo dans son projet SWIMS et aux côtés d’Erik Truffaz ou Tigran Hamasyan pour ne citer qu’eux. Il propose pour la première fois son propre trio qui prouve que le jazz peut évoluer également entre le métal, le breakbeat et l’électro ambiant.
Dans un registre plus traditionnel mais tout autant captivant, le guitariste Louis Matute mêle avec talent les formes les plus actuelles du jazz en y intégrant des éléments de musique latinoaméricaine, tandis que le trio du pianiste François Lana incarne les personnalités d’un jazz anguleux et énigmatique tels que Monk ou Andrew Hill. 

Grooves et influences hip-hop 

Dès sa naissance, le hip-hop a régulièrement puisé dans le jazz ses rythmiques et ses mélodies. Aujourd’hui, avec une génération de musiciens bercés par cette musique, c’est le jazz qui puise son inspiration dans le hip-hop. 
Le collectif franco-britannique Neue Grafik Ensemble en est un parfait exemple. Une musique hybride entre jazz, broken beat et grime qui fera monter la température de l’EspaceJazz. En ouverture de cette soirée, la suisso-ougandaise et le beatmaker lyonnais forment Awori X Twani. Sur fond de soul, de RnB et de rap, leur musique est un cri d’indépendance et de liberté. 
Autre figure de la scène jazz britannique, sous les feux des projecteurs depuis 3 ans, Emma-Jean Thackray est trompettiste, chanteuse, DJ et productrice. L’énergie de sa musique qui oscille entre électro, house, jazz et hip-hop est contagieuse. 
Multilingue et multi-instrumentiste, le saxophoniste Jowee Omicil mélange le parfum des îles avec les mélodies de Monk et de Mozart sur des beats jamaïcains, afro-jazz et des éclats de funk à la Miles Davis. Sa musique reflète ses nombreux voyages et ses origines créoles.

Latins électrisants

Poursuivons notre voyage avec Yilian Canizares. La violoniste cubaine, installée à Lausanne, est l’une des artistes suisses qui s’exporte le plus à l’international. Ses collaborations vont d’Ibrahim Maalouf à Chucho Valdés en passant par la chanteuse Youn Sun Nah. Elle se produira, non seulement en tête d’affiche le samedi 11 septembre dans la salle Paderewski, mais également avec son nouveau groupe, The Maroons, plus rock et plus électrique que ses précédentes formations. 
La dernière soirée à l’EspaceJazz sera gratuite et particulièrement dansante. Alma Negra, surtout connu comme collectif de DJ à travers toute l’Europe, se produira ce soir en formation instrumentale , rendant hommage aux grooves du monde entier: afrobeat, salsa, disco, house, jazz ou funk. Pour clôturer cette soirée, le Brésilien João Selva, véritable vagabond parti d’Ipanema une guitare à la main, apportera la chaleur tropicale des années 70, mêlant lui aussi des rythmes chauds: samba, soul et disco. 

Tremplin en open air 

Déplacer cette édition de l’automne à l’été permettra au festival de proposer, en collaboration avec l’EJMA, trois concerts à l’extérieur, dans le Théâtre de Verdure de Montbenon. Une scène open air qui rappellera les grandes heures des concerts d’été de l’Association Onze+.
Influencé par la scène du south-east London, le Vale Quartet promet un répertoire moderne, alors que Bald Planets mise sur des morceaux aux lignes de basse piquantes et des rythmes tribaux. Son premier EP n’est pas encore sorti que tout le monde ne parle déjà que d’elle. Repérée par le projet Proxima des Docks de Lausanne, Maud Paquis nous charme avec des ballades pop, cosmiques et jazzy. Sa voix atypique et ses arrangements soignés font d’elle une artiste à suivre ces prochaines années. 

  • dimanche 12 septembre à 17h à la salle Paderewski , Ben Wendel pour la clôture du festival

Ben Wendel (saxophone ténor)
Shai Maestro (piano)
Joe Sanders (contrebasse)
Obed Calvaire (batterie)