Jazz Trotter : Jan Lundgren, Émile Parisien, Lars Danielsson "Into the Night"

Après “Mare Nostrum”, avec Paolo Fresu et Richard Galliano, le pianiste et compositeur Jan Lundgren nous propose "Into the Night" chez ACT, en compagnie d’Émile Parisien et Lars Danielsson.

Jazz Trotter : Jan Lundgren, Émile Parisien, Lars Danielsson "Into the Night"
Jan Lundgren, Emile Parisien, Lars Danielsson, © Markus Faergersten / ACT

Jan Lundgren est né dans le sud de la Suède en 1966. Son premier enseignement sérieux a commencé dès l'âge de cinq ans... sous forme de leçons de piano et de tennis. Il s'est avéré particulièrement doué dans les deux disciplines, et certains étaient convaincus qu'à l'âge de l'adolescence, il n'y avait pas de problème. qu'il deviendrait le nouvel Adolf Wiklund, tandis que d'autres le considéraient déjà comme un nouveau Björn Borg. Pour le plus grand bonheur des amateurs de jazz, Jan Lundgren a finalement opté pour la musique. Comme on pouvait s'y attendre, ses premières explorations musicales ont eu lieu dans le domaine classique, mais lorsqu'il a découvert le jazz - plutôt par hasard et beaucoup plus tard - il a constaté que ce nouveau monde était très intéressant pour lui et qu'il voulait vraiment s'y plonger.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

À l'âge de 20 ans, il étudie à la célèbre Académie de musique de Malmö. Selon une histoire qui circule souvent, il a été accepté à condition qu'il occupe également le poste de pianiste dans le célèbre Monday Night Big Band. Il joue bientôt avec tous les musiciens de jazz les plus connus en Suède, de son mentor Arne Domnerus à Putte Wickman et Bernt Rosengren. Mais très tôt, il se rend aussi régulièrement aux États-Unis (et le fait encore aujourd'hui) pour travailler avec des légendes comme Benny Golson ou Johnny Griffin. Grâce à sa technique exceptionnelle et à sa formation classique, Jan Lundgren a rapidement acquis une connaissance encyclopédique de la tradition du piano jazz américain, et a rapidement été capable de maîtriser tous les styles, du jazz ancien au jazz moderne. Et tout cela a été mis à profit comme matière première pour créer sa propre musique, comme cela est vite devenu évident.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Le premier album de Jan Lundgren, "Conclusion", est sorti en Suède en 1994, et un an plus tard, il a fondé son propre trio avec ses camarades de classe Matthias Svensson à la basse et Rasmus Kihlberg à la batterie (à partir de 2000, le batteur était le Danois Morten Lund, et depuis 2007, le Hongrois Zoltan Csörsz). Le trio n'a pas eu à attendre longtemps pour percer : l'album "Swedish Standards", sorti en 1997, est devenu un best-seller et son succès allait s'avérer durable. L'album est entré dans les charts pop suédois et - avec une réédition en 2009 - est devenu une sorte de standard à part entière. Six autres albums primés et commercialement réussis avec cette formation ont suivi jusqu'en 2003. Les activités intensives de tournée du trio ont culminé avec un concert au Carnegie Hall de New York en juin 2000. C'était dans le cadre de "Swedish Jazz Salutes the USA" ; cela a fait de Jan Lundgren le premier pianiste de jazz scandinave à se produire dans cette salle si chargée d'histoire.

Travailleur acharné, Jan Lundgren a toujours d'autres projets en cours et s'y consacre à fond. À ce jour, Jan Lundgren a enregistré plus de 50 albums sous son nom ou en tant que codirecteur pour des labels de renom (de 2005 à 2009, et à nouveau depuis 2014, il enregistre exclusivement pour ACT), plus des dizaines d'autres en tant qu'accompagnateur. Il a travaillé avec presque tous les grands musiciens suédois et avec de nombreuses stars internationales du jazz comme Mark Murphy, Harry Allen, Lee Konitz et Stacey Kent. Il a également produit lui-même plusieurs CD. En 2010, Jan Lundgren a fondé le "Ystad Sweden Jazz Festival" dans la ville du sud de la Suède, où il vit depuis 2005 et qui est connue dans le monde entier comme le décor de la série télévisée Wallander de Henning Mankell. Le "Ystad Sweden Jazz Festival" s'est rapidement imposé comme l'un des plus importants festivals de jazz en Europe. Jan Lundgren y est très attaché en tant que directeur artistique. Depuis 1991, il est professeur associé à l'Académie de musique de Malmö.

En tant que pianiste et compositeur, Jan Lundgren a été l'un des pionniers du processus d'émancipation du jazz européen par rapport au jazz américain et a donné la direction à suivre aux générations qui l'ont suivi. Son jeu combine plusieurs éléments : la virtuosité, la façon de façonner le son et la conscience de la forme qui sont typiques de la musique classique européenne ; un souvenir conscient de ses propres traditions musicales folkloriques ; le canon du jazz américain ; et la joie sans entrave de l'improvisation. Cela fait de lui une personne idéale pour toutes sortes de créations musicales dans tous les genres, et la liste de ses activités est impressionnante. Il a notamment travaillé avec le trompettiste classique Hǻkan Hardenberger à la création d'un mélange passionnant de musique classique moderne et de musique libre. Il y a eu une expérience interdisciplinaire avec l'écrivain suédois Jacques Werup. Jan Lundgren s'est concentré sur la musique sacrée de la Renaissance avec le bassiste Lars Danielsson et le chœur de chambre Gustaf Sjökvist dans "Magnum Mysterium". Un hommage a été rendu au pianiste Jon Johansson, décédé beaucoup trop tôt. Jon Johansson était un pionnier qui combinait le jazz et le folklore suédois dans un "son nordique" spécifique et est donc un modèle direct et ouvertement reconnu pour Jan Lundgren. Ce concert a été enregistré et publié sous le titre "The Ystad Concert - A Tribute to Jan Johansson" en 2016. Jan Lundgren a également participé à des hommages centenaires dans de grandes salles de concert européennes au grand polymathe musical Leonard Bernstein.

Dans une certaine mesure, le projet qui définit la quintessence de l'activité de Jan Lundgren est le trio "Mare Nostrum". Un critique l'a appelé "le premier supergroupe d'Europe", ce qui n'est pas faux. La façon dont Jan Lundgren fait de la musique consiste à être polyvalent et adaptable sur le plan stylistique, à créer de l'espace pour que les choses se produisent, et à toujours être mélodique. Dans cette approche, il complète idéalement les univers sonores méditerranéens du trompettiste sarde Paolo Fresu et de l'accordéoniste français Richard Galliano. Le premier album de ce collectif d'égaux, sorti en 2007, s'est vendu à plus de 50 000 exemplaires, ce qui en fait un énorme succès dans le contexte du jazz. Depuis cette première sortie, le trio a sorti deux autres albums, chacun enregistré dans un pays d'origine différent de l'un des trois musiciens. Le plus récent, "Mare Nostrum 3", est paru en janvier 2019. Les trois albums constituent une trilogie brillante de ces grands poètes de la musique. Ensemble, ils ont redéfini la place du jazz européen. C'est un projet grâce auquel Jan Lundgren a renforcé son profil et son importance : il est en effet l'un des cofondateurs d'un "Great European Songbook".
(extrait du communiqué de presse en anglais - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)