Jazz Trotter : Iiro Rantala - My Finnish Calendar

Iiro Rantala est un véritable caméléon de jazz qui aime se produire sous d’innombrables formes. Le pianiste finlandais surprend toujours par les concepts de ses albums, en particulier ceux de ses projets de piano solo. “My Finnish Calendar” paraît chez ACT.

Jazz Trotter : Iiro Rantala - My Finnish Calendar
Iiro Rantala, © Aleksi Hornborg / ACT

Pour "My Finnish Calendar", Iiro Rantala a tourné une nouvelle page : c'est de la musique improvisée mais avec un récit extra-musical : d'un point de vue très personnel et finlandais, il a mis en musique le passage d'une année entière dans son pays natal, et il l'a fait avec son mélange caractéristique d'inventivité mélodique, de mélancolie et d'humour. Sa finesse et sa maîtrise technique, acquises au fil des ans, ont été appliquées ici avec un instinct infaillible pour mettre l'essentiel au premier plan.

Chaque pièce de cet album représente un mois de l'année, et chacune existe aussi comme une déclaration artistique indépendante. Et si l'intrigue ne ressort pas toujours directement de la musique, Iiro Rantala a fourni des explications et des anecdotes hilarantes dans ses notes de présentation. La force avec laquelle toute cette inspiration a jailli se manifeste dès le début de l'année : Janvier met la séquence en mouvement par un puissant hymne en la mineur, fidèle à la description de Rantala de ce "mois des regrets". Comme il l'explique : "Les Finlandais regrettent d'avoir dépensé trop d'argent à Noël, mangé trop et certainement trop bu à Noël et au Nouvel An. Beaucoup de Finlandais nettoient leur organisme et ont un mois de janvier sans alcool. Ça ne les rend pas plus heureux." C'est exactement le contraire qui se produit en février : un tourbillon joyeux et vif de staccato balaie l'auditeur, car les Finlandais sont maintenant "à leur meilleur. Toutes sortes d'activités de neige les rendent heureux." Mais en mars, il fait froid et noir depuis assez longtemps. Les Finlandais s'ennuient de l'hiver, c'est pourquoi March de Iiro Rantala est une chanson pétillante et légèrement mélancolique : "Les Finlandais rêvent d'un voyage à Paris, où le printemps est déjà là".

Iiro Rantala trouve une façon appropriée d'expliquer la signification de chaque mois à travers la musique. Du "mois des projets d'été" de mai, où les cordes du piano se sont assourdies et sont devenues de plus en plus dynamiques, au "Kesäkuu" (mois d'été) de juin (qui est en réalité "très froid et très pluvieux") pour lequel il trouve une mélodie qui semble presque inspirée du cabaret, au mois du voyage de juillet puis d'août qui est la meilleure période pour le climat mais où chacun doit retourner travailler ou aller en classe et que Rantala capture dans un style strict et presque classique. 

À l'automne, le romantisme sentimental de septembre et le mois d'octobre orageux s'accumulent jusqu'à l'obscurité de novembre, que Rantala interprète comme une ballade réconfortante, habilement alignée sur le caractère finlandais. Et enfin le mois de décembre, qui est rempli de travail, jusqu'à ce que les Finlandais soient totalement épuisés. Comme l'explique Rantala de façon ludique : "Tout ce qui fait de janvier le mois des regrets se construit en décembre." Avec cela, toute la séquence peut repartir à zéro - en effet, ce calendrier finlandais est une musique si séduisante que l'on a envie de l'entendre à nouveau. Et tout de suite !

"My Finnish Calendar" est le troisième album solo d'Iiro Rantala. Il est resté fidèle et cohérent avec les croyances artistiques qui ont façonné ses deux enregistrements précédents : "Le jazz a besoin de mélodies", dit-il. "Il a besoin de choses auxquelles les gens peuvent s'accrocher." Lors de ses débuts chez ACT avec "Lost Heroes" (2011), Iiro Rantala a prouvé son admiration des grands prédécesseurs et modèles, de Bill Evans, Erroll Garner et Art Tatum à Esbjörn Svensson, Michel Petrucciani et même Luciano Pavarotti. Il ne les a pas copiés, c'est sa propre identité qui a brillé. Puis, en 2015, il a captivé son public avec son interprétation de la musique de John Lennon. Dans "My Working Class Hero", Rantala a réussi à créer un hymne au grand révolutionnaire de la pop, d'une manière incroyablement subtile et dans un véritable esprit jazz. Et il s'est maintenant réinventé, en tant que chercheur observant les saisons finlandaises à travers le jazz....
(extrait du communiqué de presse - traduction E. Lacaze/A.Dutilh)

Iiro Rantala est en concert samedi 31 août à 14h dans le cadre du  Helsingborg International Piano Festival 2019 en Suède.