Jazz Trotter : Idris Ackamoor & the Pyramids - An Angel Fell

Idris Ackamoor & the Pyramids en concert à Los Angeles pour la parution du nouvel album « An Angel Fell ».

Jazz Trotter : Idris Ackamoor & the Pyramids - An Angel Fell
Idris Ackamoor, © Pat Mazzera

Figures de la scène avant-gardiste des années 70s, le voyageur cosmique Idris Ackamoor et son équipage, The Pyramids, reviennent sur terre pour nous délivrer un message d’alerte sous forme d’afro-jazz mystique. Dans ce nouvel album « An Angel Fell » qui paraît chez Strut/Differ-Ant – le deuxième en moins de trois ans – le saxophoniste américain explore des thèmes globaux tels que le changement climatique, la négligence de l’Homme, la dimension salvatrice de la musique, la nécessité des actions collectives… Cette ode à la nature est produite par le Britannique Malcolm Catto – membre fondateur de The Heliocentrics – et a été enregistrée dans les studios Quatermass (Mulatu Astatke, Yussef Kamaal…) à Londres. 

Après un retour discographique remarqué en 2016 (We Be All Africans, déjà chez Strut Records), Idris Ackamoor & The Pyramids atteignent ici leur plus haut sommet créatif depuis leur premier album autoproduit en 1973. Les membres de The Pyramids se sont rencontrés à l’Antioch College de Yellow Springs dans l’Ohio, où l’un des enseignants n’était autre que le célèbre pianiste Cecil Taylor. Le groupe se forme la même année à Paris puis enchaîne une première série de concerts en Hollande avant de se lancer dans une odyssée culturelle à travers l’Afrique. S’ensuivent trois albums, “Lalibela” en 1973, “King of Kings” en 1974 et “Birth/Speed/Merging” en 1976. Avec des performances scéniques hautement théâtrales, mêlant à la fois jazz percussif, spirituel et space-age, la formation se forge une solide réputation. Ils se sépareront en 1977 après une dernière prestation à l’UC Berkeley Jazz Festival.

En 2012, 35 ans après leur séparation, le collectif refait surface. The Pyramids repartent en tournée (notamment en Europe), mettant en vedettes les membres originaux mais également un line-up rafraîchit. En 2012, le groupe signe sur le label allemand Disko B pour un nouvel album à l’esthétique free, “Otherwordly”, mais aussi la réédition de leur back catalogue devenu quasiment introuvable, répondant ainsi à une demande croissante et inattendue des collectionneurs de vinyles et amateurs de jazz du monde entier. Idris reçoit alors un Lifetime Achievement Award aux Worldwide Awards de Gilles Peterson, puis s’engage quelque temps après avec Strut Records pour de nouvelles épopées cosmiques…

Idris Ackamoor and the Pyramids sont en concert jeudi 24 et vendredi 25 mai à 20h au Zebulon à Los Angeles.

Idris Ackamoor (saxophone ténor, keytar, voix)
Sandra Poindexter (violon, voix lead)
David Molina (guitare, voix)
Skyler Stover (contrebasse, voix)
Johann Polzer (batterie)
Bradie Speller (percussions, voix)