Jazz Trotter : Endless Field - Alive In The Wilderness

Le guitariste Jesse Lewis et le bassiste Ike Sturm proposent des chansons et des improvisations enregistrées en direct dans le désert sauvage du sud de l'Utah. « Alive in the Wilderness » paraît chez Biophilia.

Jazz Trotter : Endless Field - Alive In The Wilderness
Endless Field, © Christopher Georgia

Lorsque Endless Field, le duo acoustique "ambient americana" (NPR) du guitariste Jesse Lewis et du bassiste Ike Sturm, a sorti son premier album éponyme sur Biophilia en 2017, l'album a été salué par Downbeat pour sa "tranquillité impressionnante", évoquant "des horizons lointains et des mélodies aériennes et balayées par le vent". Endless Field a reçu une critique quatre étoiles et a été inclus dans le Best of 2017 de Downbeat. 

Horizons lointains, en effet : lorsque Lewis et Sturm ont envisagé de poursuivre leurs efforts, ils ont imaginé un album enregistré entièrement en plein air, dans des lieux reculés d'une rare et étonnante beauté. Après une planification logistique ardue, ils se sont aventurés dans les vastes étendues sauvages et menacées du sud de l'Utah pour enregistrer ”Alive in the Wilderness” , leur deuxième album sur Biophilia. 

Avec un système d'enregistrement alimenté par l'énergie solaire, un ingénieur profondément engagé dans le projet (Dana Nielsen), et des photographes et vidéographes du National Geographic pour documenter chaque performance (chaque piste est accompagnée d'une vidéo), Jesse Lewis et Ike Sturm ont poussé leurs limites physiques, mais sont arrivés à des moments de pure inspiration, de calme élevé et de clarté de l'intention musicale. Jesse Lewis joue des lignes complexes sans mediator, des improvisations fugitives et des textures atmosphériques sur une guitare acoustique à cordes d'acier, tandis que le son de basse chaud et ample de Ike Sturm (on peut pratiquement entendre l'air du désert remplir son instrument) donne à la musique, même la plus éthérée, une solide épine dorsale. En outre, Jesse Lewis et Ike Sturm jouent tous deux des percussions à pied bricolées par eux-mêmes (on les entend clairement sur des morceaux tels que Zim, Heart et Dance of the Bee), avec la couleur sonore et l'élan des cloches et des cymbales de Jesse Lewis. 

Pour souligner leur engagement en faveur du miltantisme environnemental et de la préservation de ces précieux paysages américains, Jesse Lewis et Ike Sturm font don de toutes les recettes de Alive in the Wilderness au Natural Resources Defense Council. "Nous voulons les aider à soutenir leur travail de lutte contre le changement climatique et de protection des zones de nature sauvage où nous avons enregistré", note Jesse Lewis. "Nous voulons que cet album sensibilise et inspire l'action". 

"Une fois que le rêve d'un enregistrement live en plein air était né", dit Ike Sturm, "nous savions qu'il devait se réaliser". Mais les obstacles étaient nombreux, comme le note Jesse Lewis, ce qui explique pourquoi le Nord-Est des États-Unis a été rapidement écarté : "Même la plus petite pluie pouvait détruire des milliers de dollars d'instruments et de matériel d'enregistrement." L'Utah a été choisi non seulement pour sa beauté, mais aussi pour son climat terriblement sec, qui avait aussi ses inconvénients : une couture de la basse de Ike Sturm s'est décollée, et les cordes de la guitare de Jesse Lewis s'arrêtaient "au bout de 20 minutes environ". Parfois, pour atteindre un endroit, il fallait faire une randonnée d'une journée entière avec plusieurs kilos de matériel, la déshydratation et la fatigue qui en résultait. 

Mais ces conditions difficiles ont placé Jesse Lewis et Ike Sturm dans un état de lâcher prise pour profiter du moment présent. "Nous avons parfois vers une tendance perfectionniste en studio", dit Ike Sturm, "mais nos aventures à l'extérieur ont fait sauter ce barrage car nous nous sommes sentis plus conscients dans ces espaces et dans notre propre corps. Tant de stimuli vous maintiennent présents, que vous le vouliez ou non : les insectes qui se posent sur vos bras et votre visage, le vent ou la terre contre votre instrument et votre propre insignifiance relative dans le grand ordre des choses". 

“Il y avait un certain "poids" que je ressentais parfois", dit Lewis. "Nous avions emmené tout un équipage dans le désert, nous avions passé toute la journée à repérer un endroit, puis à rentrer le matériel et à nous installer, et  ensuite on nous disait que la lumière était un peu juste et “ok, on y va”… Il y avait une certaine pression, et tout à coup, tout dépendait de nous, juste Ike et moi. C'était intense, mais les moments intenses et les moments de calme ont tous fait partie du processus et lui ont donné de la profondeur". 

Huit des morceaux de “Alive in the Wilderness” sont co-composés par Jesse Lewis et Ike Sturm, tandis que neuf sont des improvisations libres. Sur Heart et Dust, Jesse Sturm troque la contrebasse contre la guitare basse acoustique. Outre les harmonies expansives et le lyrisme flottant de chansons comme Life on Earth, White Pond Sun et Zim (le dernier étant un hommage de Jesse Lewis à ses inspirations zimbabwéennes Oliver Mtukudzi et Chiwoniso Maraire), on entend également des sons de la nature tout au long de l'enregistrement, et plus particulièrement de l'eau. "Nous avons enregistré au bord d'une chute d'eau, juste à côté d'un ruisseau murmurant, près des ruisseaux et des rivières", se souvient le guitariste. "Nous avons choisi les endroits proches de l'eau pour les chansons les plus détendues et les plus fluides, et les chansons les plus énergiques étaient généralement sèches et en haute altitude [par exemple, "Heart"]. C'est ce dont il s'agit dans ce projet, ces moments où la nature fait partie de la musique". 

Sur Dance of the Bee, enregistré dans un champ de tournesols, les abeilles sont très présentes dans l'audio mais aussi visibles sur la vidéo d'accompagnement. Il y a aussi des oiseaux, sur Wind et Fire ainsi que sur Creature, l'improvisation solo de basse de Ike Sturm. "J'ai encore la chair de poule quand j'entends ces oiseaux", dit Jesse Lewis. "Ça me ramène à ce moment." 

Jesse Sturm est également présent en solo sur Spirit, continuant à avancer malgré le bourdonnement d'une mouche dans son oreille. "Bien que je pouvais à peine continuer à jouer avec la sensation physique", se souvient-il, "je creusais vraiment la direction qu'elle prenait dans le jeu". L'improvisation de basse solo Wolfhead a été enregistrée dans un canyon de slot, un jour qui se trouve être le cinquième anniversaire de la mort du père de Ike Sturm. "Revoir cette terre à l'âge adulte lui a fait revivre tant de moments de son enfance, en voyant l'Ouest et son étendue pour la première fois. À l'approche des parois imposantes du canyon, je me sentais nerveux, et le bruit dans cet espace caverneux m'a surpris. J'avais l'impression d'être un visiteur, qui n'offrait qu'un bref aperçu de cette dimension". 

Jesse Lewis et Ike Sturm étaient en fait des visiteurs, habitant ces vastes espaces pendant un temps court et concentré et en repartant avec une chronique audio et vidéo, “Alive in the Wilderness” , aussi intemporelle et expressive qu'on puisse l'imaginer. "Toute l'aventure a été tellement incroyable", dit Jesse Lewis. "Imaginez faire une belle randonnée en montagne et atteindre le sommet, sauf que quand vous arrivez au sommet, vous enregistrez un album ! Toute notre équipe s'est soudée, et nous partagerons tous des souvenirs de ce voyage pour la vie". 

“Alive in the Wildnerness” est publié par Biophilia Records sous la forme d'un Biopholio™, un support double face de 20 panneaux inspiré de l'origami, regorgeant d'illustrations et de notes de pochette vibrantes ; chacun d'entre eux est entièrement fabriqué à partir de papier robuste certifié FSC, plié à la main et imprimé à l'aide d'encres végétales. Dans chaque Biopholio se trouve un code unique permettant de télécharger numériquement la musique dans le format préféré. Cette conception innovante s'adresse à l'auditeur soucieux de l'environnement, qui est conscient des effets néfastes du plastique mais qui estime qu'un téléchargement numérique ne suffit pas. Les artistes de Biophilia sont unis par un intérêt commun à avoir un impact positif sur l'environnement et nos communautés. À cette fin, ils collaborent avec des organisations spécialisées dans la conservation, la durabilité et les initiatives de sensibilisation.
(extrait du communiqué de presse en anglais - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)