Jazz Trotter : Dezron Douglas & Brandee Younger - "Force Majeure"

Le bassiste Dezron Douglas et la harpiste Brandee Younger annoncent leur premier album en duo, “Force Majeure” chez International Anthem. Album cathartique qui rend compte d’une expérience de confinement opportunément positivée.

Jazz Trotter : Dezron Douglas & Brandee Younger - "Force Majeure"
Dezron Douglas & Brandee Younger, © Deneka Peniston

“Force Majeure” est constitué de onze pièces interprétées par Brandee Younger et Dezron Douglas - des reprises d’Alice et John Coltrane, de Kate Bush, Pharoah Sanders ou de Sting ainsi qu’une composition originale - à l’occasion d’une série de concerts retransmis en direct depuis le salon de leur appartement de Harlem, à New-York, et enregistrées à l’aide d’un simple micro.  

Tandis que les premiers effets de la crise du Covid-19 accablaient les New-Yorkais, Douglas et Younger ont fait comme nous tous : ils ont respecté les consignes et sont restés chez eux. Exposés à la même perte soudaine d’activité que l’ensemble de leurs pairs, leur réflexe de musiciens et de membres actifs de la communauté, fut immédiat. Faisant passer le mot à leurs proches, ils ont créé et présenté “Force Majeure: Brunch in the Crib with Brandee & Dezron”, diffusé en direct le vendredi matin depuis leur appartement de Harlem où ils vivent ensemble. À cette occasion, ils ont interprété des chansons pour leurs amis et leurs familles. Le succès initial a transformé cette initiative en un rituel hebdomadaire au public de plus en plus nombreux. 

Nous nous sommes engagés à contribuer à l’esprit de résilience de la ville” explique Dezron Douglas. “On peut empêcher les musiciens de travailler mais pas d’être créatifs. Le monde s’est rendu compte que les arts et la culture font partie intégrante de la vie de la Cité. En tant que musiciens et créateurs, nous sommes aussi indispensables à la ville que le sont les transports publics”. 

Dezron Douglas et Brandee Younger ont d’abord commencé par interpréter des standards qu’ils connaissaient, ainsi que des pièces qu’ils voulaient apprendre à jouer (où dans lesquelles ils “voulaient entrer” comme Dezron Douglas le dit. Le répertoire a évolué de semaine en semaine pour s’adapter à l’état d’esprit des musiciens et incorporer des requêtes adressées par leurs amis et leurs proches. Brandee Younger se souvient : “Le choix du répertoire était très naturel et organique ; quand on apprenait que c’était l’anniversaire d’un(e) artiste, nous préparions un morceau en hommage… Parfois, le choix des morceaux était simplement dicté par l’humeur du moment. Dans les moments les plus difficiles, on jouait “Sing” (de la série pour enfants Sesame Street) pour nous remonter le moral - il y a quelque chose dans cette chanson qui fait systématiquement sourire. Il n’était pas facile, cela dit, d’ignorer à quel point l’ambiance était sombre. Marvin Gaye nous a beaucoup aidé pendant cette période, tout comme certains spirituals”. 

Dès les toutes premières sessions, le duo a collaboré avec le label International Anthem pour sélectionner et compiler les enregistrements et ainsi créer ce que deviendrait le répertoire de “Force Majeure”. Les meilleures prises des morceaux choisis pour l’album sont entrecoupées d’extraits de leurs échanges, parfois comiques, parfois touchants, toujours vifs et souvent profonds. La voix de Dezron Douglas conclut chacune des deux faces par des variations spontanées de son leitmotiv : “Black Music cannot be replicated, it can only be expressed.” 

Dezron Douglas précise : “Au-delà du style, la musique noire, c’est la musique créée par des musiciens noirs, pour vibrer sur nos propres fréquences de compréhension et d’empathie. J’aime toutes les musiques mais je suis conscient que c’est aussi une histoire de vibration culturelle et locale. Il ne faut pas nécéssairement être noir pour faire de la Black Music mais si vous gagnez de l’argent avec la musique noire sans faire preuve d’empathie pour les gens et la culture, vous faites partie du problème. “Les vies noires comptent” car pendant trop longtemps elles n’ont pas compté et c’était vu comme normal, y compris pour les noirs. Nous avons l’opportunité de faire ce qui est juste pour Mère Nature et pour chacun d’entre nous. Cette possibilité existe toujours. Le changement est inévitable, mais le mal, l’égoïsme et la certitude absolue d’être dans son bon droit font-ils partie de ce changement ? Sans doute ! L’amour, l’empathie et l’humanité font-ils partie de ce changement ? Sans le moindre doute ! De quel côté êtes-vous ? Nous sommes du côté de l’Amour.” 

Dezron Douglas et Brandee Younger ont conscience que cette révolution commence par une transformation du cœur. Et pour que le cœur se transforme, ses ambitions doivent être élevées. “Cet album témoigne du pouvoir de la musique de nous élever dans les moments difficiles” commente leur ami, collaborateur et autre artiste du label International Anthem, Makaya McCraven.  

“Force Majeure” est ainsi une suite réjouissante et réconfortante de musique pleine d’âme – un baume spirituel et une source de chaleur émanant d’un foyer de Harlem. 

Éducateurs engagés et musiciens célébrés, Dezron Douglas et Brandee Younger sont des forces majeures de la musique créative contemporaine. Protégé du grand Jackie McLean, Dezron Douglas est connu pour ses collaborations avec Pharoah Sanders, Ravi Coltrane ou Cyrus Chestnut. Il a enregistré plus de 100 albums dont 6 en tant que leader. Brandee Younger, dont la musique a été entendue dans le concert-documentaire de Beyoncé, Homecoming, a participé à la série de concerts Soundtrack of America, initiée par Quincy Jones et Steve McQueen et a été invitée à se produire à l’occasion des funérailles d’Alice Coltrane. Elle a notamment collaboré avec Moses Sumney et Lauryn Hill et vient de signer avec le label Impulse! qui sortira son premier album en 2021. 

Ensemble à la ville comme à la scène, Dezron Douglas et Brandee Younger se sont rencontrés en 2001 à l’école de musique de l’Université de Hartford, dans le Connecticut. Ils s’accompagnent régulièrement dans leurs groupes respectifs, ont tous les deux été membres du quartet de Ravi Coltrane, et ont participé aux sessions de l’album collégial de Makaya McCraven “Universal Beings”.
(extrait du communiqué de presse)