Jazz Trotter : Dayna Stephens - Right Now !

Dayna Stephens, élu Rising Star du saxophone ténor dans le référendum des critiques de Downbeat en 2019, publie son 10ème album en leader, “Right Now ! The Dayna Stephens Quartet Live at the Village Vanguard” chez Contagious Music.

Jazz Trotter : Dayna Stephens - Right Now !
Dayna Stephens, © John Rodgers

Enregistré dans le club historique de New York en février 2019, “Right Now !” trouve Dayna Stephens à la tête d'un brillant quartet avec Aaron Parks au piano, Ben Street à la basse et Gregory Hutchinson à la batterie. "Jouer au Vanguard était si spécial pour moi", dit Dayna Stephens. "Le Vanguard a été le premier endroit où j'ai vu des musiciens jouer en direct, c’était une cassette vidéo du Johnny Griffin Quartet que j'ai dévorée quand j'avais 13 ans. Diriger mon propre groupe au Vanguard est le plus grand honneur que moi, et le jeune de 13 ans qui est en moi, ayons jamais pu imaginer".   

Environ un an après l'engagement de ce quartet, le Vanguard a dû fermer ses portes indéfiniment en raison de la pandémie de Covid-19, et “Right Now !” sort à un moment où le club est encore fermé. Heureusement, le Vanguard a lancé une série de concerts en ligne (détails sur villagevanguard.com), diffusée sur le web les vendredi et samedi soirs, avec également une série spéciale en solo le mardi soir. 

"Il est étrange et troublant d’observer la scène du jazz dans cette situation", poursuit Dayna Stephens. "Le Vanguard est le lieu de rencontre depuis si longtemps que la vivre uniquement sur nos écrans d'ordinateur ressemble à un crime. Mais nous sommes tous reconnaissants de pouvoir y communier virtuellement pendant que notre société se reprend en main. Ce sera une expérience unique d'y jouer sans public, et peut-être qu'un avantage, quand on regarde de chez soi, est la possibilité d'être aux premières loges. J'ai vraiment apprécié les concerts en direct, et je peux imaginer que le club aura une empreinte encore plus forte sur la scène mondiale du jazz après tout cela". 

Une grande partie de “Right Now !” provient du riche catalogue de Dayna Stephens en tant que leader, à commencer par son premier album de 2007,” The Timeless Now”, sur lequel on a pu entendre pour la première fois The Beginning of an Endless Happy Monday, Smoking Gun (basé sur Evidence de Monk) et Contagious. "D'une certaine manière, je vois “Right Now !” comme étant peut-être la fin de ce chapitre de mon évolution depuis “The Timeless Now"”, remarque Dayna Stephens, en laissant entrevoir les nouvelles directions à venir. 

Radio-Active Earworm et Loosy Goosy datent d’un album de 2012, “Today Is Tomorrow”, et JFK International de 2013 dans “I'll Take My Chances”. Ils sont bien sûr ici réinventés au Vanguard. "Chaque fois que je reprends un morceau, il commence un nouveau voyage, d'autant plus avec un personnel différent", explique Dayna Stephens. 

Il y a également cinq chansons de “Liberty” (dont Loosy Goosy), mais contrairement aux versions en trio plus éparses de Tarifa, Ran, Faith Leap et Planting Flowers d'Aaron Parks, on entend maintenant Aaron Parks ajouté au mix. "En trio, la conversation a tendance à être plus basée sur le rythme", note Dayna Stephens. "Aaron ajoute une profondeur rythmique et harmonique patiente que je trouve très engageante. Son solo sur Faith Leap m'impressionne à chaque fois que je l'entends. Et Planting Flowers, qu'il a écrit à l'âge de 15 ans, est l'un des compositions les plus parfaites que j'ai jamais jouées, et elle fonctionne à de nombreux tempos et avec des approches différentes". Il y a aussi de nouvelles compositions : Lesson One, un hommage en tempo moyen à John Spingarn, le mentor de Dayna Stephens dans la Bay Area ; You Are Me Blues, qui fait référence à la tendance humaine à "oublier notre unité en tant qu'espèce" ; et le Blakonian Groove de clôture, une dédicace au batteur Johnathan Blake, ami et voisin de Dayna Stephens, membre du Kenny Barron Quintet. Alors que Dayna Stephens joue du soprano sur Tarifa et de l'alto sur Faith Leap et Endless Happy Monday, “Right Now !” est surtout une vitrine pour son ténor chaleureux, révélant de nombreuses influences, dont Charlie Rouse, Sonny Rollins, Joe Henderson ou Lester Young.   

Un autre son émerge également, sur Blakonian Groove et Radio-Active Earworm : le Nyle Steiner Electronic Wind Instrument (EWI), qui apporte une richesse de textures et de couleurs alternatives au son du groupe. "Le son de mon EWI est directement influencé par le haut-parleur Leslie qui accompagne souvent l’orgue Hammond B3", explique Dayna Stephens. "J'utilise également des pédales de guitare et des générateurs de son pour iPad et je peux m'y perdre pendant des heures. Cette période de distanciation sociale m'a poussé à m'intéresser encore plus à la conception sonore. Mon prochain enregistrement sera réalisé avec le groupe Pluto Juice, qui se consacre à l'EWI, et sortira à l'hiver 2020".
(extrait du communiqué de presse en anglais - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)