Jazz Trotter : Cæcilie Norby - Sisters in Jazz

Avec Rita Marcotulli au piano, Nicole Johänntgen au saxophone, Hildegunn Øiseth à la trompette, Lisa Wulff à la contrebasse, Dorota Piotrowska à la batterie et Cæcilie Norby à la voix, Siggi Loch a réuni une pléiade de grandes musiciennes européennes pour “Sisters in Jazz” qui paraît chez ACT.

Jazz Trotter : Cæcilie Norby - Sisters in Jazz
Sisters in Jazz, © Isak Hoffmeyer

Il suffit de regarder l’histoire du jazz pour s’apercevoir que c’est quand même en grande partie une histoire d’hommes ! Bien sûr, il y a toujours eu des chanteuses de premier plan, mais peu d’instrumentistes et compositrices comme Mary Lou Williams, Jutta Hipp, Carla Bley, Geri Allen… De nos jours, même si les hommes sont toujours majoritaires, les femmes prennent de plus en plus leur place.

C’est tout le sens de ce nouvel album de la chanteuse danoise Cæcilie Norby : “j’ai toujours été entourée par des hommes dans mes différents groupes. De temps à autre, une femme peut certes faire partie d’un projet en big band par exemple, mais je me demandais depuis longtemps ce que cela donnerait de ne jouer qu’avec des femmes. Et quand le producteur Siggi Loch m’a fait la proposition d’enregistrer un album avec des femmes, inutile de dire que j’ai foncé !

Avec Rita Marcotulli au piano, Nicole Johänntgen au saxophone, Hildegunn Øiseth à la trompette, Lisa Wulff à la contrebasse, Dorota Piotrowska à la batterie et bien sûr Cæcilie Norby à la voix, Siggi Loch a réuni une pléiade de grandes musiciennes européennes ! Après un concert “Jazz at Berlin Philharmonic” en novembre 2017 sous l’appellation “Sisters in Jazz” (sous la direction de la batteuse Terri Lyne Carrington), il a poussé l’idée un peu plus loin en emmenant un groupe intégralement féminin en studio.

Toutes les compositions sont écrites par des femmes, des références du jazz comme Betty Carter (Droppin Things), Abbey Lincoln (Love Has Gone Away) et Nina Simone (Do I Move You ?), la reine des chanteuses songwriters Joni Mitchell (Big Yellow Taxi et Man From Mars), Caecilie Norby (sur deux chansons) et Rita Marcotulli (sur une chanson).

Cet album célèbre les femmes dans le jazz”, déclare Cæcilie Norby . “C’est pourquoi il était important pour moi qu’il y ait des artistes femme qui ont eu une grande influence dans ma vie et dans mon développement artistique. Les chansons d’Abbey Lincoln et Nina Simone possèdent non seulement de superbes mélodies, mais aussi de belles paroles. Je voulais des paroles qui correspondent à mon âge et mon expérience de vie. Par exemple, la chanson de Bonnie Raitt All At Once est une sorte de chanson d’amour mais elle parle aussi de cœurs brisés et de familles éclatées. Ce sont des chansons adultes, des paroles mûres, et non les habituelles chansons d’amour dans le jazz.”

Les pays d’origine des musiciennes sont variés, tout comme leurs influences artistiques. Ce qui signifie que “Sisters in Jazz”  n’est pas seulement la preuve du potentiel créatif féminin, mais c’est aussi l’affirmation du pouvoir de la musique improvisée, capable de rassembler des personnes et même des pays différents. On peut en effet entendre de scintillants solos de piano de Rita Marcotulli (Italie), les lignes de trompettes uniques de la norvégienne Hildegunn Øiseth, le son ancré dans la tradition de la saxophoniste Suisse Nicole Johänntgen, et la section rythmique composée de la contrebassiste Lisa Wulff (du Nord de l’Allemagne) et la batteuse Dorota Piotrowska, originaire de Pologne. La percussionniste danoise Marilyn Mazur les rejoint sur quatre titres. Elles jouent à la fois swing, cool, avec le fameux son nordique, avec puissance, ou encore sens du blues; bref, un large panel de styles !

30 ans séparent la plus jeune de la plus âgée dans ce groupe ; ainsi, elles mettent en avant un autre critère important, l’âge des instrumentistes. “C’est ce qu’il y a de super dans le jazz : les frontières comme les nationalités, le genre et l’âge disparaissent dès que l’on commence à faire de la musique. Dès que l’on joue, il n’est plus question que d’interactivité et d’écoute ; alors, la seule chose qui ait de l’importance est la personnalité musicale”.  En définitive, le jazz n’est pas une histoire d’hommes, ni de femmes, mais c’est une seule chose : de l’humain !

En concert jeudi 31 janvier à 22h au Théâtre de Gütersloh (Allemagne) dans le cadre du WDR festival

Cæcilie Norby" Sisters In Jazz " Cæcilie Norby (voix)
Rita Marcotulli (piano)
Hildegunn Øiseth (trompette)
Nicole Johänntgen (saxophone)
Lisa Wulf (basse)
Dorota Piotrowska (batterie)