Jazz Trotter : Benny Green - Benny's Crib

Parution de "Benny's Crib" de Benny Green chez Sunnyside.

Jazz Trotter : Benny Green  - Benny's Crib
Benny Green, © Don Dixon

Mon instrument principal sera toujours le piano, mais en tant qu'enfant des années 70, j'ai grandi à une époque où le son d'un piano électrique était plus répandu dans la musique populaire de l'époque que celui d'un instrument acoustique. Le son du Fender Rhodes et du Wurlitzer était régulièrement entendu à la radio et les disques joués dans les fêtes lorsque j'étais enfant.

J'ai longtemps voulu intégrer les Rhodes dans ma palette musicale en tant que chef d'orchestre et mon disque Sunnyside de 2018, “Then and Now”, mon vingtième disque en tant que leader, a été la première fois que j'ai enregistré avec cet instrument sur un album à moi. J'ai beaucoup apprécié le genre de libération sonore que j'ai trouvé en combinant et en mélangeant librement les Rhodes avec le piano acoustique pour quelques morceaux.

J'aime les sonorités chaudes, sombres et saturées des Rhodes. C'est un son magnifique et, comme pour un piano acoustique, la façon dont ses harmoniques se répandent les unes dans les autres donne à l'instrument une véritable qualité orchestrale. Bien que le Rhodes ait des caractéristiques semblables à celles d'une cloche, il permet une dimension orchestrale luxuriante et substantielle. 

J'avais prévu que “Benny's Crib” serait la suite de l'ensemble que j'avais présenté sur “Then and Now”, qui est mon trio de travail complété par trois invités, la flûtiste Anne Drummond, la chanteuse Veronica Swift et le percussionniste Josh Jones pour quelques unes des sélections, comme une extension supplémentaire de ma palette instrumentale de base, composée de piano, de basse et de batterie. Avec les flûtes d'Anne et la voix de Veronica, j'aime "empiler" ou "superposer" un "petit nombre" virtuel pour faire des accords et du contrepoint, en doublant parfois les clusters que je joue au piano avec ma main droite.

Le bassiste David Wong travaille maintenant dans mon groupe depuis plus longtemps que quiconque, sept ans, et prête à nouveau son service impeccable à “Benny's Crib”. La seule variation de personnel par rapport à l'album précédent est notre nouveau batteur, Aaron Kimmel.

C'est au cours des sessions d'enregistrement et de la production de cet album que je me suis retrouvé à graviter autour des Rhodes de manière assez constante. En cours de route, il s'est avéré que c'est un album de piano entièrement électrique, sans intention préconçue. Cela dit, je ne crois pas que je cherchais à faire plus de bruit en faisant figurer les Rhodes sur cet album qu'en me laissant aller à ce que j'entendais à l'époque. 

La mélodie Tivoli de Dexter Gordon a une profonde signification émotionnelle pour moi. J'ai eu un amour à Copenhague, la ville des jardins Tivoli, où la plupart des enfants vont pour leur premier rendez-vous. Copenhague était un lieu de romance et de rajeunissement pour Dexter et je ressens tellement de choses à partir de cette simple mélodie. J'avais enregistré mon Central Park South original il y a vingt-quatre ans en 1996 pour l'album Blue Note, “Kaleidoscope”, et j'ai récemment pris plaisir à revisiter certaines de mes compositions et arrangements antérieurs. Mon professeur et "New York Father", le regretté et merveilleux Walter Bishop, Jr, a écrit Coral Keys. Ce morceau met également en scène les flûtes d'Anne et Josh Jones qui joue les congas. J'aime la simplicité de ce morceau, c'est une atmosphère très relaxante pour moi et c'est pourquoi je l'adore.

My Girl Bill a également été enregistré à l'origine sur Kaleidoscope, un enregistrement en trio avec Russell Malone et Ron Carter. Le titre a été "commandé" par ma petite amie de l'époque, à qui ses frères aînés avaient donné le surnom. J'aime beaucoup jouer cette musique, que j'ai écrite il y a si longtemps, directement sur un Rhodes. Elle met ma propre expression dans un autre type de vortex, ce qui est une expansion naturelle pour moi à cette époque et profondément libératrice. Anne Drummond a fait une très belle lecture de mon instrumental "Harold Land" (dédié au grand saxophoniste ténor-compositeur) il y a presque dix ans, sur son album “Revolving”, donc lui demander de l'enregistrer avec moi sur un Rhodes est quelque chose que je voulais faire depuis un certain temps.

Did We Try a trouvé son inspiration dans le regard rétrospectif sur une relation, reconnaissant que les deux personnes ont fait de leur mieux pour essayer de construire ce qui était une étincelle entre deux individus en une équipe durable. Il s'agit aussi de se laisser aller paisiblement et avec gratitude et acceptation. Kenny Barron est mon pianiste vivant préféré et c'est aussi un merveilleux écrivain. C'est le grand Buster Williams qui m'a fait découvrir son Seascape il y a trente-cinq ans, au milieu des années 80. Il est toujours aussi frais et aussi chaud que la brise qui souffle sur l'océan. My One And Only Love est l'une de mes ballades "standard" préférées. Chaque fois que je la joue (traditionnellement au piano acoustique), je ressens tant de "seuls" amours : l'amour d'une personne et mon amour du piano, ainsi que mon amour des gens et de pouvoir jouer pour eux. C'est un "seul" amour, mon seul et unique !

Cedar Walton a été l'une de mes principales inspirations pour devenir un pianiste et compositeur de jazz. Je joue beaucoup de ses compositions parce qu'elles sont une joie pour nous, musiciens, et pour notre public. Cedar est un pur rayon de soleil pour moi et son Something In Common est l'un de ses nombreux chefs-d'œuvre, que j’adore jouer. McCoy Tyner est l'un des musiciens les plus prolifiques, les plus innovants et les plus influents de ces soixante dernières années. Bien que je ne joue pas beaucoup de valses, je suis très attiré par son For Tomorrow, qui fait partie des mélodies les plus spirituelles qu'il nous a données. En plus de son talent de chanteuse, Veronica Swift est une brillante parolière qui a écrit et chanté ses propres paroles pour mon morceau original et la clôture de la chanson titre Benny's Crib, que j'avais déjà enregistrée en version instrumentale pour mon premier album Sunnyside en 2012, intitulé “Magic Beans”.
(extrait du communiqué de presse en anglais - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)