Jazz Trotter : Amber Weekes - Round Midnight Re-Imaginated

“Round Midnight Re-Imagined” de la chanteuse de Los Angeles Amber Weekes qui paraît chez Amber Inn, est son hommage soul et swinguant à son défunt père et à ses histoires d’amour.

Jazz Trotter : Amber Weekes - Round Midnight Re-Imaginated
Amber Weekes, © Ed Gandara

Amber Weekes est soutenue par une superbe distribution de musiciens de Californie du Sud, dont les pianistes Danny Grissett et Eddy Olivieri, le bassiste Trevor Ware, le batteur Sherman Ferguson, le saxophoniste et flûtiste Louis Van Taylor, les guitaristes Phil Upchurch et Greg Cook, le trompettiste Scott Steen, ainsi que le violoniste et arrangeur Mark Cargill. Le répertoire va puiser du côté d'Oscar Brown Jr, Duke Pearson, Sting, George Gershwin, J.M. Williams et Danny Barker, Marcos Valle, Rogers & Hart, William Barnes, Harold Arlen et Johnny Mercer, Victor Youmans, Natalie Cole et Thelonious Monk.

Ce CD est une version commerciale entièrement remixée, remastérisée et réorchestrée d'un enregistrement promotionnel de 2002 réalisé pour démarcher des clubs et festivals. Il se présente comme un recueil de chansons liées à New York que Amber Weekes a entendues dans sa famille, en particulier avec son père, le regretté Martin Weekes. Ses grands-parents, Wilfred et Nettie Weekes, possédaient une cantine à Harlem située à l'angle de l'avenue St. Nicholas Ave. & 155th St., qui comptait des clients célèbres, dont Duke Ellington, Billy Strayhorn, Harry Belafonte, Lena Horne ou Sarah Vaughan. 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Le bondissant Hazel's Hips d’Oscar Brown Jr. plante la scène où Sidney Poitier, un autre client du bistrot, est tombé amoureux de la tante Dolores de Amber Weekes, qui y travaillait. 

Amber Weekes a commencé à chanter à l'âge de quatre ans. Grandissant dans un foyer musical, elle a entendu Sinatra, Fitzgerald, Nat King Cole, Barbra Streisand, Shirley Bassey et Nancy Wilson. Amber Weekes, qui jouait également du violon alto, a pris des cours de chant avec Gwendolyn Wyatt, Jeanne et Phil Moore Jr, Catherine Hansen, Sue Fink et Sue Raney. Elle s'est produite dans de nombreux lieux de la Californie du Sud, notamment au Jazz Bakery, au Sky Room et au Vitello's. Elle s'est également produite au Caesar's Palace à Las Vegas et au New Rochelle Jazz Festival à New York. Son premier CD, “Pure Imagination”, est sorti en 2019.
(extrait du communiqué de presse en anglais - tradutcion E. Lacaze / A. Dutilh)