Jazz Trotter : Alexander Von Schlippenbach - Slow Pieces for Aki

L'éloge de la lenteur de Alexander von Schlippenbach avec “Slow Pieces For Aki” qui paraît chez Intakt/Orkhêstra.

Jazz Trotter : Alexander Von Schlippenbach - Slow Pieces for Aki
Alexander Von Schlippenbach, © Intakt

Le légendaire pianiste allemand, deux jours enfermé en studio, seul au piano. Une retraite à Zurich. Pleine concentration sur l’instant présent, l'enregistrement tourne. Temps de préparation pour les nouvelles compositions : environ un an. Faire la musique sienne : toute une vie. Dans Slow Pieces For Aki, Alexander von Schlippenbach choisit de mettre l'accent sur le mot "lent". Non pas sur la redécouverte de la lenteur mais sur la découverte de la lenteur comme si c’était l’éblouissement de la première fois. 

Un geste dédié à sa femme, Aki Takase, avec des pièces lentes, des pièces courtes, des compositions dans lesquelles chaque note exige le plus haut degré d'attention, où la virtuosité glisse de la technique pure à l’expression de la note proprement dite, en valorisant la nécessité. Des sons qui sont capables de briller dans l'obscurité, comme des étoiles dans le ciel. Ce n'est pas seulement le jazz et la nouvelle musique qui se distinguent au loin, mais aussi la musique classique et romantique, toutes passées au prisme de la personnalité, la vie et le jeu de Alexander von Schlippenbach.

De mon point de vue, coule là un intense lyrisme. Lent, débordant de passion et d’investissement dans la musique. Bert Noglik
(extrait des notes de pochette en anglais - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)