Jazz Trotter : Alchemy Sound Project - Afrika Love

“Afrika Love”, le troisième album d'Alchemy Sound Project, traverse les frontières du genre et de la géographie. Une ode à la nature, des réflexions sur les relations raciales et deux hommages musicaux composent cinq œuvres originales.

Jazz Trotter : Alchemy Sound Project - Afrika Love
Alchemy Sound Project, © Karen Sterling

." Une combinaison hypnotique de jazz de chambre, de musique symphonique, de jazz moderne et de big band. Vous pourriez même entendre des effluves de Charles Mingus dans ce délicieux cocktail sonore. " - Bob Protzman, DownBeat Magazine

L’alchimie se définit comme "un processus apparemment magique de transformation, de création ou de combinaison" (Oxford English Dictionary). Il est difficile d'imaginer un mot qui convienne mieux à Alchemy Sound Project, un collectif dans lequel cinq compositeurs et chefs d'orchestre - la pianiste Sumi Tonooka, les saxophonistes Salim Washington et Erica Lindsay, la trompettiste Samantha Boshnack et le bassiste David Arend - forment un ensemble qui dépasse la somme de ses parties. Une synergie qui semble presque surnaturelle, surtout si l'on considère les origines éloignées à partir desquelles ces artistes convergent, pour ”Afrika Love”, troisième album du groupe, qui paraît chez Artists Recording Collective.  

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Alchemy Sound Project s'est formé en 2014, deux ans après que les membres du groupe se soient rencontrés à Los Angeles au Jazz Composers Orchestra Institute, où, pendant une semaine, ils ont appris à utiliser les concepts de la musique classique occidentale et les techniques d'orchestration. "Nous étions cinq amis et collègues qui avions toutes ces connexions similaires", se souvient Sumi Tonooka, "et je voulais que nous puissions étendre ce que nous jouions ensemble, au lieu de nous appuyer sur d'autres projets ou d'autres commandes, pour créer notre propre ensemble de chambre." Le résultat est un groupe diversifié et éclectique qui produit une musique originale destinée à brouiller les frontières entre la composition et l'improvisation.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Les sessions pour “Afrika Love” ont eu lieu en janvier 2018 à Conshohocken, en Pennsylvanie. Mais le titre de l'album, emprunté à la composition de Salim Washington, reflète la conscience aiguë du groupe que cet enregistrement arrive dans le sillage de l'une des années les plus tumultueuses de l'histoire récente des États-Unis ; une période charnière où les relations raciales et les manifestations pour la justice sociale ont occupé le devant de la scène.

Selon Sumi Tonooka, le groupe a trouvé le titre "approprié au regard de ce qui s'est passé avec le mouvement Black Lives Matter, et avec ce que le pays doit encore gérer en termes de débats sur le racisme et les conséquences de l'esclavage, et le fait que nous n'avons toujours pas réussi à nous rassembler pour vraiment guérir, parce que personne ne semble en parler d'une manière qui guérit". Vu sous cet angle, la composition multigenre et multiraciale d'Alchemy Sound Project est en soi un exemple positif de coopération et de respect mutuel.

Sumi Tonooka, qui vit actuellement à Philadelphie, a reçu la bourse de compositeur Painted Bride 2020, la bourse New Jazz Works 2019 de Chamber Music America et le prix Philadelphia Jazz Legacy 2018, entre autres récompenses. Samantha Boshnack, qui réside à Seattle, a publié un premier album avec son groupe Seismic Belt en 2019 et s’est produite au Winter Jazzfest, au Festival of New Trumpet Music et au Earshot Jazz Festival de Seattle.

David Arend s'est installé à Los Angeles en 2018, juste à temps pour assister aux projections locales de Changyou's Journey, un court-métrage pour lequel il a été compositeur et coproducteur. Après avoir fait ses débuts en tant que bassiste intérimaire de l'Orchestre de chambre de Los Angeles, il a achevé sa première grande partition orchestrale. EricaLindsay, basée dans le nord de l'État de New York, est artiste en résidence au Bard College, où elle enseigne la composition et l'arrangement de jazz et dirige un ensemble de musique contemporaine. En 2019, elle a été artiste en résidence au Kimmel Center de Philadelphie. Salim Washington, basé à Durban, en Afrique du Sud, mène une carrière très active avec plusieurs groupes, le plus récent étant un quartet qu'elle dirige conjointement avec le pianiste Afrika Mkhize, en l'honneur duquel Salim Washington a écrit le titre de l'album.

Deux collègues polyvalents complètent la formation d'”Afrika Love” : le tromboniste Michael Ventoso, élève de Lindsay qui joue dans des contextes classiques et jazz, et le batteur Chad Taylor, artiste solo et chef d'orchestre dynamique, cofondateur du célèbre Chicago Underground Duo. Le groupe a choisi David Arend, une personne expérimentée en studio, pour produire l'album, qui présente une composition originale de chaque membre.

"Le titre dit tout", dit David Arend à propos de The Fountain, qui ouvre l'album. "J'ai été inspiré pour dépeindre en musique l'image d'une immense fontaine d'eau. À la fois à la grande échelle des énergies jaillissantes et à celle plus petite des gouttelettes d'eau. Précisément écrit au début et à la fin, le morceau contient une section centrale qui est une improvisation libre." 

Chacune des cinq compositions raconte une histoire qui mérite d'être entendue. Ensemble, elles servent à rappeler à l'auditeur que, malgré l'unanimité de ses intentions, Alchemy Sound Project présente cinq individus fascinants, chacun avec sa propre vision créative. La véritable magie du travail du groupe réside dans le fait que des artistes aussi forts et distincts les uns des autres peuvent se fondre dans les visions des autres de manière aussi empathique. Le résultat est une alchimie.
(extrait du communiqué de presse en an glais - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)